Pourquoi Tokyo ? – Agathe Parmentier

pourquoi tokyo 01Agathe est une jeune française qui est partie vivre pendant un an à Tokyo. Dotée d’un visa vacances-travail d’un an, elle va se plier plus ou moins (et plutôt moins que plus) aux codes japonais qu’elle va s’attacher à nous raconter.
Loin de se conformer aux nombreux gaijins qui partent vivre au Japon, Agathe vit plutôt en marge du système. Elle vit dans une minuscule pièce de 9 m² et gagne de quoi vivre grâce de petits boulots assez mal rémunérés. Elle donne des cours particuliers de français, participe à des échanges linguistiques dans des cafés pour ceux qui veulent améliorer leur anglais, postule comme figurante dans des publicités ou des soaps caricaturaux. Mais cette vie lui convient, peu désireuse de se conformer aux règles strictes de la bienséance japonaise. Son propre apprentissage du japonais est assez laborieux et semble être un frein à une intégration plus poussée qu’elle ne désire d’ailleurs pas plus que ça, la jeune femme se présentant souvent avec humour comme une asociale.

Semaine coréenne : Un dimanche poétique

 

semaine coréenne 01

Cette petite semaine coréenne se termine sur un air de poésie.
J’espère qu’elle vous aura donné envie d’en savoir plus.

Je remercie Bidib de m’avoir accompagnée sur ces terres dépaysantes !
Je n’ai pu relayer dans la semaine ses articles, aussi je le fais aujourd’hui :

Elle nous a invité à découvrir la chanteuse Min Chae et le groupe Winterplay.
Elle nous a présenté les manhwa Coy crush on you  et Che.
Et elle n’a pas oublié la jeunesse avec 3 albums coréens.

Pour ma part, je clôture mon voyage avec la poétesse coréenne Jin Eun-young.

-Des-flocons-de-neige-rouge01

-

Premier amour

Me saisissant par le col le garçon y glissa un poisson
Mon cœur devint deux truites blanches
Suivant un banc de trois poissons
on nagea dans le courant bleu

-

Semaine coréenne – Le photographe du samedi : Hyung S. Kim

 semaine coréenne 01

-

Sur l’île coréenne de Jeju, on trouve encore des Haenyeo. En coréen, le terme « Haenyeo » désigne des femmes plongeuses. Avec un masque et une combinaison néoprène pour tout équipement, elles s’aventurent en apnée dans les profondeurs à la recherche de crustacés pour subvenir ainsi aux besoins de leur famille. Leur équipement est minimaliste : un sarcloir pour arracher les crustacés des roches, un filet pour y mettre leur récolte et un ballon flotteur qu’elles utilisent comme appui pour s’aider à sortir de l’eau. Au sein de cette communauté matriarcale, les jeunes filles apprennent, dès huit ans, toutes les techniques de cette pêche risquée de leur mère et de leur grand-mère. Ces dernières pratiquant la pêche en apnée (jusqu’à 2 minutes !) jusqu’à bien plus de 60 ans. Une tradition en voie de disparition, qui n’attire plus les jeunes, tant le travail est difficile. On en dénombre aujourd’hui environ 2 500 plongeuses dont la plupart sont âgées de plus de soixante ans.

Fasciné par cette culture, le photographe Hyung S. Kim, diplômé du Seoul Institute of the Arts, est allé s’installer sur l’île en 2012. Il photographie quotidiennement ces femmes plongeuses et réalise ces portraits sur un fond neutre qui met en valeur le visage marqué et l’équipement de ces femmes hors normes. Il en ressort des images troublantes d’humanité.
-
Hyung S. Kim 01

Semaine coréenne : Regarde en haut ! – Jin-Ho Jung

 semaine coréenne 01

-

regarde-en-haut-01

-

  »Les roues de de la voiture ne pouvaient plus rouler. Les jambes de Suji ne pouvaient plus marcher. »

Un accident dramatique et une petite fille qui vit désormais immobile, penchée à sa fenêtre.
Elle observe la rue, ses passants, la vie qui s’y déroule. Les gens sont pressés, les enfants jouent et quand la pluie fait des siennes, tout le monde se cache sous un pluie. Mais, jamais, non jamais aucun ne lèvent les yeux vers elle.

« Eh ! Je suis là !!! Est-ce que quelqu’un peut… regarder en haut ?! « 

Semaine coréenne : Toutes les choses de notre vie – Hwang Sok-yong

semaine coréenne 01

-

toutes les choses de notre vie 01Depuis que son mari a disparu (condamné pour vol, il a été envoyé en camp de rééducation) la mère de Gros-Yeux a bien du mal à subvenir à leurs besoins malgré son petit étal de légumes au marché. Aussi, quand un chiffonnier de l’Île-aux-Fleurs vient lui proposer un travail mieux rémunéré, par amitié pour son camarade disparu, elle accepte. Gros-Yeux et sa mère quittent alors Séoul pour s’installer en lisière de la ville, au cœur même d’une décharge à ciel ouvert où tout un village fait de bric et de broc s’est construit. Le travail consiste à trier les déchets qui arrivent chaque jour de tous les coins de la ville et à mettre de côté tout ce qui peut être recyclé et réutilisé. Peu à peu, la mère de Gros-Yeux devient l’amante du chiffonnier tandis que son fils se rapproche du petit garçon de ce dernier, surnommé Le Pelé. Débrouillards, ils vivent au cœur des déchets, trainent avec la bande de La Taupe et apprivoisent le monde des esprits qui leur apparaissent sous forme de lueurs bleues, doués de parole.

Semaine coréenne : La mal-aimée – Kim Dong-hwa

semaine coréenne 01

-

mal_aimee 01

-

Kim Dong-Hwa est l’auteur de l’amour, de la féminité, de l’éveil à la sensualité. Ce recueil de 11 histoires ne fait pas exception et reprend les thèmes fétiches de son auteur. On retrouve ici la Corée d’autrefois, au cœur d’un monde rural et encore très traditionnel, ancré dans une morale confucianiste où les femmes sont empreintes d’une certaine pudeur et naïveté.
Les femmes sont d’ailleurs au centre de chacune de ces histoires où leur beauté, leur sensibilité sont célébrés. Jeunes ou âgées, célibataires, mariées ou veuves, les récits font la part belle aux relations amoureuses toujours poétiques, souvent romanesques et parfois mélancoliques.

Semaine coréenne : En beauté – KIM Hoon

semaine coréenne 01

 

 

 

en beauté 01Après de long mois de souffrance et de lutte contre la maladie, une femme vient de mourir. Son mari, directeur commercial d’une entreprise de cosmétiques, doit désormais organiser ses funérailles. Alors qu’il se débat entre son deuil vécu presque comme une libération, il doit faire face à un problème urinaire (il n’arrive plus à vider sa vessie) et surtout doit continuer à gérer ses responsabilités de cadre supérieur.  Le lancement d’une nouvelle campagne publicitaire est en cours et sa présence est indispensable, notamment pour décider du bon slogan à choisir.

Drame tragi-comique, En beauté est un roman court (moins de 100 pages) mais puissant.
Puissant par sa dimension absurde et presque choquante. C’est le temps du deuil mais le temps n’est pas aux larmes. Les personnages n’ont pas le temps pour ça, engloutis par des considérations plus superficielles, des émotions plus terre à terre.

Semaine coréenne : Princesse Prout – SHIN Se-Jung

semaine coréenne 01-

Princesse prout 01

Il était une fois une princesse coréenne à la rare beauté qui cachait pourtant un terrible secret : elle ne pouvait s’empêcher de péter ! Ses flatulences sont tellement fortes qu’elles provoquent de nombreux dégâts autour d’elle.
Pourtant, le jour où elle se marie avec un riche héritier, elle décide de ne plus jamais péter. Jour après jour, elle se retient jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus. Et là, l’énorme prout qu’elle finit par émettre est si dévastateur qu’elle est chassée par sa belle-famille.
En chemin, elle rencontre  un marchand qui aimerait bien cueillir les fruits d’un arbre inaccessible. Cela lui donne une idée : un prout géant qui fera chuter les fruits ! Transformant ainsi son handicap en une qualité bien vertueuse qui est celle d’aider son prochain !

Cassant l’image de bienséance des princesses traditionnelles, Princesse Prout joue sur la corde scatologique avec pourtant beaucoup de finesse ! Cassant l’image parfaite des petites princesses, le récit rappelle que nous faisons tous des prouts et qu’il faut aussi accepter le côté terre à terre de notre condition humaine !
Si le thème se révèle original, les illustrations s’inscrivent dans la tradition classique coréenne. A l’image de la couverture (car je n’ai pas trouvé d’extraits à vous proposer pour une fois…), les dessins très colorés montrent une Corée ancienne où les jeunes femmes portent encore le fameux Hanbok et se plient à un mariage d’intérêt. Des règles strictes qui accordent toute son importance au moindre déshonneur familial et permettaient de renvoyer une jeune mariée qui ne convenait pas.
Mais c’est l’humour ici qui contrecarre cette rigueur et se révèle un véritable pied de nez à la tradition ! Se libérant des convenances, des secrets qui pèsent moralement et physiquement, notre petite princesse prout se révèle finalement beaucoup plus engagée qu’elle n’y parait !
Moi, je dis : Vive les princesses qui proutent !!

-

Titre : Princesse Prout
Auteur : SHIN Se-jung
Éditeur : Chan OK
Parution : Mars 2010
40 pages
Prix : 14,25€

Don Quichotte sur le yangsté – Bi Feiyu

don quichotte 01Bi Feiyu nous livre ici un beau témoignage sur une enfance campagnarde dans les années 60-70. Intellectuel, né en 1964, il grandit pourtant dans un petit village dans la région de Xinghua. Son père, jugé comme droitiste, a été relégué et la famille survit désormais grâce à sa mère, enseignante. La vie est dure et la faim tenaille les ventres. Leurs possessions se limitent au strict minimum.

Pourtant le futur écrivain s’adapte à ces conditions de vie difficiles. Sa vie d’enfant se ponctue de petits bonheurs, faits de peu. Bi Feiyu ressuscite ces moments souvent innocents, mais parfois coupables.

Halte, on ne passe pas ! – Isabel Minhós Martin / Bernardo Carvalho

halte 01-

Un soldat se tient seul au milieu de la page blanche quand un chien pointe le bout de son nez. Puis c’est un homme qui surgit et se balade tranquillement. Alors qu’il s’apprête à dépasser le soldat, ce dernier lui hurle dessus.

«- Halte ! Désolé, mais il n’est pas permis de passer.»
- Mais… Mais pourquoi ? Il y a danger de mort ? Une invasion ? Il va y avoir une manif ?
-
Rien de tout cela. Mon général se réserve le droit de garder cette page en blanc pour pouvoir entrer dans l’histoire chaque fois qu’il le voudra.
-
Mais… C’est totalement absurde.»

Oui, c’est totalement absurde et l’arrivée de nouveaux passants n’y changera rien. Peu à peu, la page de gauche se remplit : couple dansant, vieil homme à la canne, enfants jouant au ballon, guitariste, prisonniers en fuite, le petit chaperon rouge, etc… Les gens s’agitent, râlent mais le soldat ne cède pas.

Une petit semaine coréenne !

semaine coréenne 01

Camarades lecteurs,

Le Japon est bien souvent à l’honneur ici, vous le savez.
Mais depuis quelques années, je m’intéresse de plus en plus au monde merveilleux de la Corée, sensibilisé par un compagnon qui la connaît bien.
Cette année, elle est particulièrement mise à l’honneur avec l’année France-Corée, ainsi que par sa présence en tant qu’invité d’honneur au salon du livre de Paris.
Un beau prétexte pour mettre en avant ce pays enthousiasmant en profitant de l’effet mode.

Lectures de Février 2016

Jeunesse :
- Premiers printemps – Anne Crausaz (MeMo, 2010)
- Les yeux d’Otonashi – Isabelle Wlodarczyk / Sacha Poliakova ( Didier jeunesse, janvier 2016)
- Monsieur Chocolat – Bénédicte Rivière / Bruno Pilorget (Rue du monde, février 2016)
- Le monstre de la Seine – Laurent Audouin / Amélie Sarn (Le petit lézard, février 2016)
- De  maman en maman – Emilie Vast ( MeMo, avril 2016)
- De papa en papa – Emilie Vast ( MeMo, avril 2016)
- Tommy à l’aventure – Rotraut Suzanne Berner (La joie de lire, avril 2016)
- Tommy la surprise – Rotraut Suzanne Berner (La joie de lire, avril 2016)
- Santa fruta – Delphine Perret / Sebastien Mourrain (Les fourmis rouges, avril 2016)
- La maman de la maman de mon papa – Gaëtan Doremus (Les fourmis rouges, avril 2016)
- Gros mensonges – Clothilde Delacroix (Talents hauts, avril 2016)
- Nids – Pepe Marquez / Natalia Columbo (La joie de lire, avril 2016)
- C’est comme ça – Paloma Valdivia (La joie de lire, avril 2016)
- Blackie et la pelote – Fredun Shapur (MeMo, avril 2016)
- Spot et la peinture – Fredun Shapur (MeMo, avril 2016)
- En suivant le tracteur ! Susan Stegall (Rue du monde, février 2016)
- Une maison, quel chantier ! – Susan Stegall (Rue du monde, février 2016)
- Je sais que tu sais – Gilles Abier (Talents hauts, février 2016)

Littérature :
- Rose minuit – Marina de Van (Allia, avril 2016)
- KO à la  8e reprise – Bill Cardoso (Alia, février 2016)
- Allison – Laurent Queyssi (Les moutons électriques, avril 2016)
- Les fondamentaux de l’aide à la personne – Jonathan Evinson (Monsieur Toussaint Louverture, avril 2016)
- Demande à la nuit – Anne Laure Jaeglé (La ville brûle, avril 2016)
- Entre les rounds – Rodolphe Barry (Finitude, avril 2016)

BD :
- Dora – Ignacio Minaverry (Agrume, 2012)
- Okko, tomes 5 à 10 – Hub (Delcourt, 2009 à 2015)
- La belle absente – Severine Vidal / Constance Joly / Barroux (Les enfants rouges, avril 2016)
- Le pacha – Blutch / Viscoglioso (Flbl, février 2016)

Lectures de janvier 2016

Revue :
- Reliefs n°1 – Collectif (Panorama 5, janvier 2016)

Littérature :
- Mokusei ! – Cees Nooteboom (Actes sud, 1987)
- Algèbre – Yann Pradeau (Allia, janvier 2016)

Jeunesse :
- Le festin de Citronnette – Delphine Renon / Angélique Villeneuve (Sarbacane, janvier 2016)
- Mauvaise connexion – Jo Witek (Talents hauts, septembre 2012)
- T-vegi – Smriti Prasadam-Halls / Katherina Manolessou (Gallimard jeunesse, janvier 2016)

 Livre audio :
- Au revoir là-haut – Pascal Lemaitre

BD :
- La tristesse de  l’éléphant – Nicolas Antona / Nina Jacqmin ( Les enfants rouges, janvier 2016)

Le petit barbare – Renato Moriconi

petit barbare 01

C’est l’histoire d’un petit barbare qui, armé d’un casque pointu, d’un bouclier et d’une épée, enfourche un beau destrier.
Page après page, il affronte de terribles dangers les yeux fermés : un précipice, une mer de serpents, une volée de flèches, des cyclopes terrifiants et des monstres plus affreux les uns que les autres. Son cheval est impassible et se tient tantôt en haut de la page, tantôt en bas. Mais qu’est-ce qui attend notre valeureux soldat à la fin de ses aventures ? Un dur retour à la réalité ! Alors qu’il ouvre les yeux, un géant barbu vient l’accueillir…

John Brown, Rose et le Chat de minuit – Jenny Wagner / Ron Brooks

john brown 01

Depuis que son mari est mort, Rose vit seule avec son fidèle chien John Brown. Toujours présent à ses côtés, il veille affectueusement sur sa maîtresse qui le lui rend bien.

 - »Ne sommes-nous pas heureux ensemble, John Brown ? demanda Rose. Rien que tous les deux ».

Mais un jour, le quotidien de John Brown va être bouleversé. Un soir, Rose aperçoit quelque chose par la fenêtre. Elle pense que c’est un chat et propose de lui laisser du lait. Le chien refuse de le voir et fais l’indifférent. La nuit venue, pourtant, John Brown interdit au chat de minuit de s’approcher. « Nous n’avons besoin de personne, Rose et moi ». Fâché, toutes les nuits, John Brown renverse la coupelle du lait que lui verse Rose. Alors qu’il ne veut rien entendre à l’arrivée de ce chat, Rose décide de ne plus quitter son lit dans lequel elle se morfond petit à petit. Touchée par la tristesse de sa maîtresse, John Brown va bien devoir réfléchir à la situation… et accepter ce qu’il pensait inacceptable.

Pablo et la chaise – Delphine Perret

pablo et la chaise 01

Aujourd’hui, Pablo fête son anniversaire ! Les journaux n’en parlent pas mais c’est l’évènement le plus important de la journée !
La famille est réunie et assiste au déballage du cadeau. Qu-a donc reçu Pablo ? Mais… une chaise !?!
« Pourquoi offrait-on une chaise à un anniversaire ?
- Pour te tenir tranquille un peu ! »
Vexé, Pablo s’enferme dans sa chambre en compagnie de cette maudite chaise.
Le truc, c’est qu’à la fin de la journée, quand il en sort, Pablo est devenu funanmbule-de-dossier-de-chaise !
Il quitte alors la maison et pars découvrir le monde. Il s’arrête dans les villes, fait ses numéros d’équilibristes. Il gagne 3 francs 6 sous avant de rencontrer le succès. Une réussite retentissante qui ne lui fera pas oublier d’où il vient.

Pieter et le lokken / La poudre d’escampette

Une nouvelle collection pour la jeunesse vient de naître aux éditions Delcourt
et c’est tant mieux !
Intitulé Les enfants gâtés, elle est destinée aux plus jeunes, à partir de 6 ans,
et permet à ces derniers d’aborder l’univers de la bande dessinée de façon simple et surtout qualitative.
2 titres sont sortis à ce jour et je vous en parle tout de suite car ils m’ont fortement enthousiasmés !

-

pieter-et-le-lokken 01Pieter vit dans un petit village qui a vu sa vie bouleversée par l’arrivée des lokkens. Ces étranges monstres fantastiques ont chassés tous les oiseaux et se nourrissent des rêves humains. Ils ont aussi la particularité d’être tout mignon, à l’état de larves. C’est ce qui perdra Pieter, malgré les nombreux avertissements de son père, grand chasseur de lokken.
Mis au défi par les garnements du coin, Pieter s’enfonce dans la forêt interdite et va croiser une larve de lokken qui va réussir à l’amadouer. Il le ramène chez lui et le cache dans l’écurie. C’est le point de départ d’une série de catastrophes à venir qui mettra le village en danger : les rêves et cauchemars du garçon deviennent réalité.

C’est Olivier Supiot (La patrouille des invisibles) et Olivier Ka (Pourquoi j’ai tué Pierre) qui signe ce premier titre de la collection.
Voilà une petite fable morale qui ouvre la porte à de nombreuses thématiques : la transgression de l’interdit, l’univers des rêves, la peur.

Lectures de décembre 2015

BD / manga :
- Pieter et le lokken – Olivier Ka / Olivier Supiot (Delcourt, novembre 2015)
- La poudre d’escampette – Chloé Cruchaudet (Delcourt, novembre 2015)
- Okko, tomes 1 à 4 – Hub
- La conquête de mars – Gregory Jarry / Otto T. (FLBL, novembre 2015)
- Petite histoire de la révolution française – Gregory Jarry / Otto T. (FLBL, novembre 2015)
- Village toxique – Gregory Jarry / Otto T. (FLBL, novembre 2015)
- Les aventures – Jimmy Beaulieu (Impressions nouvelles, janvier 2015)
- Last hero Inuyashiki, tome 2 – Hiroya OKU (Ki-oon, novembre 2015)
- Sangsues, tome 3 – Daisuke Imai (Casterman, octobre 2015)
- Le linceul du vieux monde, livre 1 – Christophe Girard (Les enfants rouges, janvier 2013)
- La maison aux insectes – Kazuo Umezu ( Le lézard noir, mars 2014)

Jeunesse :
- La machine à câlins – Scott Campbell (Little urban, octobre 2015)
- La légende du chien noir – Levi Pinfold (Little urban, novembre 2015)
- Papy, il neige ! – Sam Usher (Little urban, novembre 2015)
- Lettres ouvertes à tous les terriens – Collectif / Laurent Corvaisier (Rue du monde, novembre 2015)
- Dans le sapin – Fredun Shapur (MeMo, novembre 2015)
- Des filles dans l’équipe – Sophie Dieuaide (Talents hauts, octobre 2014)
- La déclaration des droits des filles – Elisabeth Brami / Estelle Billon-Spagnol (Talents hauts, mars 2014)

Littérature :
- Haïkus de Soseki à rire et à sourire – Minami Shinbô (Picquier, novembre 2015)
- Le royaume des oiseaux – Marie Gaulis ( Zoé, janvier 2016)
- L’homme qui se croyait plus beau qu’il n’était – Mickael Korvin (Le Serpent à plumes, janvier 2016)
- Psychiko – Paul Nirvanas (Mirobole, janvier 2016)
- La dénonciation – Bandi (Picquier, février 2016)

Non fiction :
- Le pari impossible des japonaises – Valérie Harvey (Septentrion, août 2012)

Beaux-livres :
- Kirigami, petit théâtre japonais – Dominique Ehrhard (Picquier, novembre 2015)
- Génération Tahrir – Pauline Beugnies (Bec en l’air, janvier 2016)

Lectures de novembre 2015

Jeunesse :

- Sous la toise – Keitarô Kikaseya / Jun Takabatake (Picquier, octobre 2015)
- Le petit tailleur de pierre qui voulait devenir aussi grand que le soleil – Nathalie Dargent / Jean-Marc Langue (Picquier, octobre 2015)
- Le caméléon et les fourmis blanches – Emmanuel Bourdier (La joie de lire, octobre 2015)
- Couac – Emilie Vast (MeMo, novembre 2015)
- Jojo le pirate partage le butin – Charlotte Dugrand / Bruno Bartkowiak (Libertalia, novembre 2015)
- L’as-tu vu ? – Marjorie Béal (L’âne bâté, octobre 2015)
- Maman renard – Amandine Momenceau (L’agrume, octobre 2015)
- Mon super cahier d’activités antisexiste – Claire Cantais (La ville brûle, novembre 2015)
- Ni poupées, ni super-héros ! – Delphine Beauvois / Claire Cantais (La ville brûle, novembre 2015)
- Malala pour le droit des filles à l’éducation – Aurélia Fronty / Raphaëlle Frier (Rue du monde, novembre 2015)
- La jeune fille à la laine – Seung-Youn Kim (Didier jeunesse, octobre 2013)
- Taupeville – Torben Kulhmann (Nordsud, octobre 2015)
- La cagoule – Anne-Caroline Pandolfo (Talents hauts, octobre 2015)
- Issunboshi, l’autre Tom Pouce – Marie Caillou / Céline Lavignette-Ammoun (Père-castor Flammarion, novembre 2015)
- Le héros – Pierre Cornuel (Hongfei, novembre 2015)
- Les oiseaux de l’espoir – Judith Loske (Mineditions, septembre 2011)
- Là où les crevettes mangent les mouettes – Coralie Saudo / Prisca Le Tandé (Frimousse, octobre 2013)
- C’est quoi être féministe ? – Annie Sugier (Aube, octobre 2015)
- La princesse aux perles – Mary de Morgan (Editions des éléphants, octobre 2015)
- Au bureau – Paul Martin / Guillaumit (Les fourmis rouges, octobre 2015)
- Partager – Veronica Salinas / Camilla Engman (Rue du monde, octobre 2015)
- Alphabet galopin – Françoise Morvan / Françoise (Les fourmis rouges, octobre 2015)
- La guerre qui a changé Rondo – Romana Romanyshyn / Andriy Lesiv (Rue du monde, octobre 2015)
- L’abécéfaire – Ruth Kaufman / Raquel Franco / Diego Bianki (Rue du monde, octobre 2015)
- Les aventures de Marta – Albertine / Germano Zullo (La joie de lire, septembre 2015)
- Liberté d’expression : a-t-on le droit de tout dire ? – Daniel Schneidermann / Etienne Lecroart (La ville brûle, septembre 2015)
- En forêt – Maria Dek (Marcel & Joachim, Novembre 2015)
- 9 mois – Jean-Marc Fiess (Albin michel jeunesse, novembre 2015)
- Un singe dans la neige – Elmodie (La martiniere jeunesse, novembre 2015)
- Le panier à pique-nique – Gabriele Rebagliati /Susumu Fujimoto (Grasset jeunesse, mai 2015)
- Amis retrouvés – Cristina Sitja Rubio (Les fourmis rouges, février 2016)
- Le petit bonhomme et le monde – Sylvie Neeman/Ingrid Godon (LA joie de lire, février 2016)
- Interdit aux éléphants – Lisa Mantchev / Taeeun Yoo (Éditions des éléphants, février 2016)
- Boum – Karelle Menine / Mirjina Farkas (LA joie de lire, février 2016)
- Avec trois brins de laine (on peut refaire le monde) – Henriqueta Cristina / Yara Kono (Editions des éléphants, février 2016)
- La journée de Nip et Nimp – Lionel Serve (Les fourmis rouges, février 2016)

Bd / manga:
- J’aime pas la musique – David Snug (Les enfants rouges, octobre 2011)
- Sangsues, tome 2 – Daisuke Imai (Casterman, août 2015)
- Courir deux lièvres – Simon Grennan / Trollope (Impressions nouvelles, janvier 2015)
- Zioum tchabada tchou tchou – Otto T. (FLBL, avril 2015)
- L’âge d’or de la bande dessinée belge – collectif (Impressions nouvelles, janvier 2015)
- Le sentier lumineux – Rossell / Villar /Cossio (L’agrume, octobre 2015)
- Bello ciao – Barilli / De Carli (Les enfants rouges, février 2013)

Livres audio :
- Le chuchoteur – Donato Carrisi

Littérature :
- L’échelle de Jacob – Gong, Ji-young (Picquier, janvier 2016)