Le bois des vierges, tome 1 – Dufaux / Tillier (2008 -2009)


Nous voici dans un monde fantastique où les humains cotoient les bêtes de Haute Taille et Basse Taille, doués de la parole. Un mariage va être célébré entre Aude, fille de Maitre Arcan, et Loup de Feu, fils du chef des Hautes Tailles, Loup de Traille, signant ainsi le pacte d’une paix durable entre les 2 races. Pourtant l’union n’est pas acceptée par tout le monde et l’assassinat de Loup de Feu va entrainer une guerre meurtrière. Aube échappe à la vengeance des Hautes Tailles en se réfugiant dans le mystérieux bois des vierges, où seules les pucelles peuvent pénétrer.

C’est un charmant univers fantastique, à l’aspect de conte que nous découvrons. L’humanisation des bêtes n’est pas sans rappeler d’autres séries animalières comme « De cape et de crocs ». On y retrouve les personnages des contes de notre enfance : le Chat Botté, des goupils perfides, des loups qui séduisent des belles.
Les guerres ancestrales entre hommes et bêtes évoque les conflits sociaux de classes sociales de l’Ancien régime et de la Renaissance.
Le rythme de l’histoire est enlevé, le lecteur ne s’ennuie jamais et de nombreux rebondissements émaillent le récit qui semble, par ailleurs, nous en promettre bien d’autres ! On suit avec passion et sans parti-pris cette haine séculaire.
Le dessin de Béatrice Tillier est absolument magnifique et les détails sont très travaillés, particulièrement au niveau des costumes d’époque, des intérieurs de chateaux et des expressions animales parfaitement rendues.

A travers cette histoire, nous apprendrons qu’il faut voir à travers les apparences et que le plus animal des deux n’est pas toujours celui qu’on croit ! Il y a une part de bestialité chez l’homme, souvent beaucoup plus violente qui dépasse la simple préservation de son territoire de l’animal.

Edité au préalable chez Robert Laffont (2008) qui, finalement arrête sa collection BD, l’album revoit le jour pour notre plus grand bonheur, chez Delcourt (2009) qui reprend une partie du fond. On retrouvera dans cette nouvelle édition une nouvelle couverture, un cahier bonus avec crayonnés et un entretien avec Dufaux.

A lire ici, une interview de Dufaux.


Note : ****


Editions Delcourt – 13,95€

2 comments for “Le bois des vierges, tome 1 – Dufaux / Tillier (2008 -2009)

  1. 29 août 2009 at 3 h 03 min

    gros gros coup de coeur ! Une merveille à tout point.

    • 29 août 2009 at 3 h 25 min

      ah, toi aussi tu as été charmée ! J’avoue que je l’ai lu complètement par hasard et que ça a été une grosse surprise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *