Une vue splendide – Fang Fang (2003)

Le petit Huitième, mort à 16 jours, a été enterré sous la fenêtre de la maison. Maison est un bien grand mot car il s’agit plus exactement d’une unique pièce de 13m², où s’entassent une famille chinoise de 11 personnes, frôlé toutes les 7 minutes par le train !
C’est Petit Huitième qui nous raconte le quotidien de ses parents, frères et soeurs.
Loin d’allier amour et protection, cette famille plongée dans la misère ne jure que par le chacun pour soi.
Le père, docker bagarreur et alcoolique bat sa femme et s’acharne sur Septième frère, dernier né traité comme un chien et qui dort sous le lit parental, faute de place. La mère aguiche les voisins et considère qu’être battue est une soupape nécessaire pour son mari. Grand frère travaille la nuit pour pouvoir dormir le jour, toujours faute de place. Bref les enfants ne souhaiteront qu’une chose : quitter au plus vite ce lieu sordide.

Vue par par l’innocence du regard du Petit Huitième, le portrait de cette famille est encore plus choquant. Aucun jugement de valeur n’est donné, au lecteur de se faire la sienne. Mais il n’est pas difficile de comprendre la cruauté des uns et des autres dans le luxe de détails offerts par l’auteur. La famille n’est qu’un cercle aléatoire de personnes. L’échec et le malheur leur ont fait oublier le sens des mots amour et famille. Fang Fang y dénonce aussi les conséquences du libéralisme : Il n’est pas anodin que le seul membre ayant « réussi » sa vie est celui qui aura écrasé tout le monde par rancoeur et qui aura su jouer de ses relations pour gagner de l’argent et un statut qu’il ne mérite pas.

Fang Fang, auteur du courant réaliste chinois,  nous donne ici un véritable documentaire sur la vie d’une famille ouvrière pauvre des années 60-70 par l’intermédiaire du regard d’un enfant nous rapportant les choses les plus crues, comme les plus violentes avec la candeur et l’inconséquence de son age.


Note : ***

Editions Picquier, poche – 6,50€

4 comments for “Une vue splendide – Fang Fang (2003)

  1. 3 septembre 2009 at 4 h 39 min

    Intéressant, je note.

    • 3 septembre 2009 at 1 h 41 min

      C’est pas LE roman ultime de tous les temps lol mais il très intéressant de découvrir la vie d’une famille chinoise prolétarienne.

  2. 11 décembre 2009 at 7 h 44 min

    Sympathique galerie chinoise ! Une vue splendide je l’ai lu aussi et viens de mettre un lien vers ta page. En tout cas, bien jolie critique :)

    • 11 décembre 2009 at 9 h 08 min

      Merci pour le lien ! Je découvre ton blog et y trouve plein de romans chinois ! ça me plait bien tout ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *