Bottomless Belly Button – Dash Shaw (2008)

Bienvenue dans la famille Loony ! Après 40 ans de mariage, les parents ont décidés de divorcer. Ils ont réunis leurs 3 enfants pour leur annoncer. La semaine de séjour dans leur maison en bord de plage s’annonce longue, très longue pour tous les membres de la famille. Chacun se retrouve face à ses échecs. Dennis l’ainé, lui même père d’une jeune bébé, est complètement bouleversé et cherche à tout prix une explication. Sa femme qui a l’impression que sa vie est toute tracée cherche de rares moments de liberté. Claire se remet difficillement de son divorce et cherche à comprendre une fille adolescente mal dans sa peau. Enfin Peter, le dernier fils, est un looser. Réalisateur raté, il découvre enfin l’amour dans les bras d’une jeune femme un peu spéciale. On va partager avec cette famille le dernier séjour où la famille sera réunie.

Tout d’abord, n’ayez pas peur du pavé de 700 pages sous lequel se présente ce formidable roman graphique. Sa lecture est très fluide et son graphisme prend le temps de s’attarder sur les détails du quotidien sans alourdir le récit. On y trouve des planches sans paroles, des plans de maison, des lettres,des messages crytptés …
Mais ce qui touche dans ce récit, c’est la richesse de la palette émotionnelle. Dash Shaw, auteur de 25 ans je le rappelle, a su rendre avec brio les sentiments contrastés des personnages qui ont une tous une personnalité bien marquée. Chacun est noyé dans sa solitude et les échanges sont rares dans cette famille.

Un roman graphique qui parle de mémoire, du passage à l’age adulte, de fuite des responsabilités, de relations humaines, où chaque lecteur pourra se reconnaitre.

Les 40 premières pages sont à lire gratuitement ici.
Vous pouvez aller faire un tour sur le site internet de Dash Shaw : http://www.dashshaw.com/ où il publie actuellement « Bodyworld » (un nouveau chapitre tous les mardis)

Note : ****

Editions ça et la – 30€

7 comments for “Bottomless Belly Button – Dash Shaw (2008)

  1. 10 septembre 2009 at 3 h 46 min

    Abandonné (je mélangeais les personnages…) peut être devrais je perséverer…

    • 10 septembre 2009 at 3 h 55 min

      ah bon ? c’est étonnant ça, ils ne sont pas beaucoup pourtant et ils sont bien différent graphiquement. A re-tester je pense :)

  2. LVE
    10 septembre 2009 at 4 h 19 min

    J’me d’mandais : qu’est-ce qui différencie un roman graphique d’une bande dessinée ? Le nombre de pages ?

    • 10 septembre 2009 at 4 h 47 min

      ouch ! question difficile !!

      Le roman graphique (ou graphic novel) est une bande dessinée pour adultes qui sort des classiques de la bd plus « industrielle ». C’est en général un one-shot ( en 1 tome) et effectivement il est souvent plus long que le format classique de 48 pages du franco-belge, même si ce n’est pas une règle.
      c’est souvent chez les éditeurs indépendants de Bd qu’on retrouve ces romans graphiques car ils sont plus souples et ouverts quant à la pagination et aux formats du livre et s’ouvrent à beaucoup d’expérimentations.

      Mais c’est aussi le graphisme qui est relevé. En général, le graphisme et l’organisation des cases sont plus « originaux » et on y trouve beaucoup de noir en blanc.
      Les thèmes sont souvent plus intimistes, parfois même autobiographiques.

      Pour exemples : « black hole  » de Burns, « persépolis » de Marianne Satrapi, « jimmy corrigan » de chris Ware, « tamara drewe » de posy Simmonds, guy Delisle, Will Eisner, Spiegelman, …etc !

      Il n’y a pas de définition très claire de ce sous-genre mais j’espère t’avoir un peu éclairée… :)

  3. 5 janvier 2011 at 8 h 19 min

    Tu parles très bien de ce beau roman graphique de Dash Shaw que je suis en train de terminer. J’aime beaucoup l’exploration des sentiments de chaque personnage et l’originalité du traitement graphique.

    • 5 janvier 2011 at 3 h 11 min

      Ah tiens, je l’avais un peu oublié cet album…

      Bon j’attends de lire ton billet alors !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *