Sutures – David Small (01-2010)

Sutures 1

L’histoire de ce roman graphique commence dans les années 50, dans une famille de la middle class.
David grandit avec son frère auprès d’un père radiologue toujours absent et d’une mère froide et peu aimante.

Les premières phrases sont fortement explicites :
« Maman avait sa petite toux… Deux ou trois fois, un sanglot étouffé, hors de vue… ou le claquement des portes de placard de la cuisine… c’était son langage. Rien que le déplacement de sa fourchette de deux centimètres à droite annonçait un dîner sous le signe de la terreur. Ses replis sur soi furieux et muets pouvaient durer des jours, voire des semaines d’affilée… Comme elle ne disait jamais ce qu’elle avait sur le coeur, on ne savait jamais de quoi il retournait. Du moins pas nous, les deux garçons.
Papa, de retour du travail, descendait au sous-sol et cognait sur un punching-ball. C’était son langage à lui.
Mon frère, Ted, sur son tambour.
Et moi aussi, j’avais trouvé un moyen de m’exprimer sans les mots… Tomber malade. C’était ça, mon langage. « 

En effet, dès son plus jeune âge, David souffre de problèmes divers. Et plus particulièrement des sinus. Son père carrièriste expérimente alors sur lui le pouvoir supposé des séances de radiographie intensives.
Malheureusement quelques années plus tard, David développe un kyste dans le cou. Les parents font trainer l’opération, sous des prétextes financiers mais préfèrent s’offrir une nouvelle voiture quand le père gagne une augmentation…  Hélas, le pire arrive et le kyste se révèle une tumeur cancéreuse et David perd une corde vocale qui le rend muet…

Vous l’aurez compris, c’est pas la grande joie dans la famille. C’est David qui nous raconte son histoire et nous allons le voir grandir auprès de parents peu aimants. La communication est quasi nulle et la mère ne sait que crier ou faire des reproches à David.
Devant leur égoisme et leur indifférence, David n’aura d’autre solution que de s’évader par la lecture et l’imagination. Mais les cauchemars sont récurrents et le terrifient.
Certains passages sont particulièrement violents moralement. Par exemple, la mère de David qui, persuadée qu’il ne réchapperait pas de son opération, lui rachète un livre brûlé quelque temps avant (le sulfureux Lolita) pour mieux le lui retirer quand elle comprend qu’il va survivre… ou leur refus de parler du cancer et de leur erreur qu’ils semblent complètement occulter.

Le récit avance au fil d’évènements marquants et très significatifs qui arrivent à rendre parfaitement l’enfance du garçon. David décrit sa vie avec amertume mais sans la mechanceté ou la violence qu’on aurait pu attendre de la part d’un enfant rejeté. Devenu adulte, il ferait même preuve de compassion devant la déchéance de ses parents.
L’album est fait de sensibilité, de suggestions et de sobriété. Aucun misérabilisme ne l’habite et le récit en est d’autant plus poignant. Ce parcours si difficile sera finalement une vétitable quête de soi pour David qui saura déjouer les pièges de l’amertume et de la haine pour mieux avancer dans son futur.

Et maintenant, si je vous dit que cet album est autobiographique, que l’auteur David Small a sorti cet album de ses tripes pour en faire une sorte de thérapie et que tout ce que vous venez de lire est vrai….

…vous n’avez plus qu’à courir chez votre libraire !!!

C’est une lecture qui ne laisera personne indifférent et que vous ne devez pas laisser passer !

livre-coeur4.jpgVous vous doutez bien : cet album est un véritable coup de coeur pour moi !!!
Et je sais déja qu’il fera partie des ChocoBook 2010 !!

Note : 5 / 5


Editions Delcourt – 19,90€

Sutures 2

Sutures 3
Sutures 4

27 comments for “Sutures – David Small (01-2010)

  1. tibouba
    11 février 2010 at 0 h 00 min

    Mon anniversaire c’était il y a 2 jours, si t’as des timbres dame choco, tu sais ce qu’il te reste à faire !!!
    Merci pour tes conseils, j’avoue que les bds m’intéressent plus que les récits de voyages, aussi passionants soient ils, et j’apprécie donc ce post à sa juste valeur ! Biz mon amie.

    • 11 février 2010 at 1 h 35 min

      Déjà que je me tate à me l’offrir !! Moi je dis que quand on peut s’offrir un appart avec 12 pièces, on peut s’offrir une petite BD de rien du tout…
      Merci Tibouba de continuer à me lire ! Sinon c’est quand que tu descends me voir ? :)

  2. 11 février 2010 at 8 h 22 min

    Je l’avais déjà repéré quand il était dans ta colonne « billet à venir » ;) La couverture et le titre m’attiraient beaucoup et là, je suis encore plus tentée !!!!!

    • 11 février 2010 at 1 h 36 min

      Ah , je sais qu’il y a au moins quelqu’un qui la regarde ! lol
      Franchement n’hésite pas, c’est un petit bijou de sensibilité !

  3. tibouba
    12 février 2010 at 0 h 12 min

    Hey m’man.

    oui je peux me l’offrir c’est pas le problème, mais je dois payer une poussette, une chambre de bébé, des biberons et divers objets de puériculture dont je ne comprends même pas l’utilité à mon age. Bref, nouvelles priorités beurk.

    Sinon, pour passer te voir, je sais pas, faut que j’en parle à Madame histoire de pouvoir m’absenter 1 ou 2 jours, mais je pense qu’au pire des cas, j’attendrais le retour du beau temps !!! J’espère que tu tiendras jusque là.

    • 12 février 2010 at 0 h 55 min

      Ben je dirais que tu as passé l’âge de jouer à la poupée mais c’est pour la bonne cause ;)

      Oui c’est bizarre, je suis sure que tout le monde va venir cet été… ON se demande bien pourquoi…
      Dieu seul sait si j’y travaillerais encore… (mon côté « optimiste » qui ressort !)

  4. 12 février 2010 at 3 h 23 min

    pas sûre d’être prête pour tant de noirceur.

    • 13 février 2010 at 8 h 45 min

      Plus que de noirceur, c’sst un album plein de sensibilité !

  5. 12 février 2010 at 2 h 13 min

    Ah!! Encore ce Sutures… Décidement, il me le faut dans mes rayons et entre les mains! Allez zou, en commande demain! :D Merci Choco!!

    • 13 février 2010 at 8 h 53 min

      Ah bon, on t’en a déjà parlé ?
      Un incontournable de 2010 à mon avis ! ça y est, c’est commandé ? :D

  6. 13 février 2010 at 9 h 52 min

    Bon, pour le côté déprime, j’ai ce qu’il me faut, merci Par contre, le koala tueur, ça ça me plaît

    • 13 février 2010 at 0 h 35 min

      Je comprends !
      Quant au kaola, c’est bon, c’est très bon !! Super réjouissant même !!
      Pas eu le courage ces derniers jours de faire des billets alors ça devrait venir ce soir ou demain !

  7. 13 février 2010 at 9 h 15 min

    Et voilà.. C’est dans les tuyaux! Arrivage mardi! Youpi!!!

    • 13 février 2010 at 0 h 37 min

      J’ai hâte de lire ton avis !! Tu le fera pas trainer dans ta PAL hein ?!

  8. 13 février 2010 at 2 h 57 min

    Aucune chance!! Il traînera peut-être un poil le temps que son tour de billet arrive, mais ça c’est uniquement si j’ai aimé ou pas.. Si j’ai adoré (et comme tu m’as hypnotisée, j’y crois), il va griller les autres livres au passages!

    • 15 février 2010 at 8 h 57 min

      Hypnotisée ? et bien ! J’espère que tu ne seras pas déçue sinon je vais m’en vouloir… !

  9. 15 février 2010 at 3 h 02 min

    Oh la vilaine tentatrice ! Je vois que tes billets s’affinent en permanence dans l’art de faire craquer les lecteurs !….
    Mais je reste hermétique à tous tes arguments pour cette bd !   ;-)

    • 15 février 2010 at 1 h 20 min

      Comment ça mes billets s’affinent ? Tu veux dire qu’ils étaient grossiers ?
      Et tu persistes à ne pas céder ?
      Gniark gniark, Tu perds rien pour attendre !

  10. 21 février 2010 at 3 h 06 min

    Un de plus sur ma liste, misère…

    • 22 février 2010 at 0 h 33 min

      Mais non, bonheur… bonheur… !

  11. 26 février 2010 at 3 h 19 min

    Arffff, je l’avais repéré… et oublié. Ton post est salutaire, allez hop ! : dans la commande de mars !

    • 27 février 2010 at 1 h 41 min

      Ah je suis curieuse de lire ton avis ! Allons nous nous rejoindre sur cet album ?!

  12. 16 mai 2010 at 6 h 06 min

    il est dans ma PAL depuis un certain temps (honte à moi).

    • 16 mai 2010 at 6 h 26 min

      Oh oui grosse honte !! Je suis impatiente de connaitre ton avis sur cet album !

      allez on dit que tu le lis la semaine prochaine

  13. 28 août 2010 at 0 h 22 min

    J’émettrai un avis différent. Sutures, c’est beaucoup de pages pour pas grand chose. Je suis ravi que cela ait pu servir de thérapie à quelqu’un, mais du coups, il manque de manière flagrante le travail d’un éditeur qui recadre, qui fait aller à l’essentiel.  David Small se perd dans sa thérapie (en ayant fait une, je sais combien c’est bon de s’y perdre), et cela se ressent sur le livre.

    • 30 août 2010 at 2 h 36 min

      Ah tu es dur avec cet album ! Je n’ai pas trouvé qu’il y avait à élaguer. Moi, en tant que néophyte sur les thérapies, ça m’a permis de comprendre sur la longueur l’impact que ça pouvait avoir sur quelqu’un.

Comments are closed.