Le tigre blanc – Aravind Adiga

tigre-blanc-1.jpg

Auteur : Aravind Adiga
Editeur : Buchet Chastel
Date de parution : Septembre 2008
Prix : 22 Euros
 ISBN: 9782283023327
Pages : 320

Note :  4 / 5

Dans une société indienne inégalitaire où on est soit riche, soit pauvre, Balram Halwai fait partie des exclus. Son père gagne péniblement sa vie en tant que rickshaw et Balram est obligé d’arrêter l’école, malgré son intelligence, pour aller travailler dans un Tea-shop. Vivant à Bihar, dans un village où la misère règne, le salut ne peut venir que de ces nouveaux riches qui dirigent et possèdent tout. La chance sourit au jeune garçon qui va devenir le chauffeur de l’un d’eux, dans la grande ville de Delhi. Refusant de rester un esclave toute sa vie, Balram va se battre pour devenir un « entrepreneur », quitte à devenir un criminel…
Car dès le début, il nous l’annonce : il a tué son maître.

tigre blanc 2
Le récit se fait à la première personne par Balram qui décide d’écrire une longue lettre au président chinois en visite en Inde. Découpée en 7 nuits, la lettre va peu à peu dérouler le fil de son existence, sous le prétexte de lui faire le portrait d’une réussite entreprenariale.

 » Si j’ai bien compris, vous autres Jaunes, malgré vos immenses réussites en matière de canalisations, d’eau potable, de médailles d’or olympiques, vous n’avez pas la démocratie. A la radio, certains politiciens expliquent que c’est la raison pour laquelle nous, les indiens, allons vous surpasser. Nous n’avons pas de tout-à-l’égoût, d’eau potable ni de médailles d’or aux jeux olympiques, mais nous avons la démocratie.
En ce qui me concerne, si je construisais un pays, je commencerais par installer le tout-à-l’égoût, ensuite la démocratie, et après seulement je distribuerais des brochures et des statuettes de Gandhi. Mais que vaut mon avis ? Je ne suis qu’un criminel. « 

Nous allons découvrir une Inde bien réelle qui broie les pauvres pour mieux enrichir un cercle restreint de riches à qui sont accordés tous les pouvoirs. L’argent fait l’homme et la corruption règne à tous les étages. La police ferme les yeux sur des accidents de la route en échange de pots de vins, les riches arrosent les hommes politiques qui les soutiennent,… Bref le portrait qui est fait de l’Inde n’est pas très glorieux.
Les pauvres sont condamnés à le rester et se montrent aussi dans toute leur laideur : rapacité, saleté, chantage, …

 » En résumé, il y avait autrefois mille castes et destins en Inde. De nos jours, il ne reste que deux castes : les Gros Ventres et les Ventres Creux. Et deux destins : manger ou être mangé. « 

Balram, lui, se refuse à suivre le chemin tout tracé qu’il lui est offert, semblable à son père. Tel un Tigre blanc, espèce rare qui ne se présente qu’une fois par génération, Balram sera l’exception et gravira les échelons que sa naissance lui refuse normalement et réussira à s’évader de « la cage ».
Parti à Delhi, au service de Monsieur Ashok, Balram va découvrir un autre monde : celui des centres commerciaux, du luxe, des prostitués et du business. Il goutera au Whisky anglais, écoutera attentivement les conversations de son maitre et apprendra la corruption et le pouvoir de l’argent.

Balram se révèlera un personnage amoral et égoiste. Ne se souciant pas du sort de sa famille, il préferera travailler pour son bénéfice personnel. C’est en volant et tuant qu’il trouvera la clé de la réussite.
Mais sa confession en fait aussi un être attachant qui aura su se battre comme un tigre pour arriver là où personne ne l’attendait, et qui saura aussi épprouver de la compassion pour les pauvres dont il ne fait plus partie.
Cet anti-héros est un véritable personnage ambivalent, à l’image de son pays qui, en plein boom économique, fait se cotoyer villages sordides et villes high-tech, sans se poser de questions.

tigre-blanc-3.jpg

Récit de l’ascension d’un pauvre qui s’élèvera à la Lumière par le crime et le vol, Le tigre blanc est une formidable plongée dans l’Inde moderne. Critique et non dénué d’humour, le roman est une véritable dénonciation de l’aliénation et de l’amoralité qu’elle entraine.

 » Je clamerai que ça valait la peine de connaître, ne serait-ce qu’une journée, une heure, une minute, le sentiment de n’être pas un serviteur. « 

Doté du Booker price 2008, ce roman passionnant est à découvrir absolumment !

Je remercie Gambadou qui me l’a fait découvrir et Saxaoul qui me l’a prêté !

D’autres avis aussi chez : Kathel, Amanda, Papillon, Lily, Fashion,Brize, …

Edit du 19 Mars :

Saxaoul vient de m’indiquer que ce livre peut voyager ailleurs !
Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à me contacter avant que je le renvoie à sa propriétaire !

Edit du 26 mars :

Et bien, finalement, j’avais mal cherché !!
Ce roman sortira bien en poche le 1er Avril !
Plus d’excuses désormais pour l’acheter !


challenge inde

33 comments for “Le tigre blanc – Aravind Adiga

  1. 18 mars 2010 at 0 h 16 min

    Je suis contente que tu aies aimé ce livre aussi ! J’espère qu’il sortira en poche, ce serait pour lui l’occasion d’une seconde vie…

    • 19 mars 2010 at 1 h 55 min

      Oh oui j’ai beaucoup aimé !
      Je suis bien d’accord pour le poche mais ça ne semble pas encore à l’ordre du jour…

  2. 19 mars 2010 at 2 h 39 min

    je le note mais je le lirais quand mon moral sera au beau fixe .

    • 19 mars 2010 at 2 h 12 min

      Ah, je n’ai pas trouvé ça déprimant malgré ce constat difficile sur la socitété indienne.

  3. 19 mars 2010 at 3 h 06 min

    Il a l’air bien ce livre !!

    • 19 mars 2010 at 2 h 14 min

      Oui ! Oui !! Je le conseille fortement !!
      C’est bien mieux et bien plus réaliste que « loin de chandigarh », je trouve.

  4. 19 mars 2010 at 4 h 55 min

    Whaou ! Il a l’air indispensable !

    • 19 mars 2010 at 2 h 16 min

      Pour qui s’intéresse à la culture indienne, je dirais que oui !

  5. 19 mars 2010 at 5 h 28 min

    J’étais prête à le lire il y a quelques mois mais l’Homme me l’a piqué juste avant. Grrr! Il était un peu sorti de mon esprit depuis et ton billet arrive donc au bon moment.

    • 19 mars 2010 at 2 h 18 min

      Lol ! Ben voilà, tu savais pas quoi lire ce week-end… maintenant tu sais !

  6. 19 mars 2010 at 6 h 51 min

    Je l’avais noté il y a quelques temps, je le surligne.

    • 19 mars 2010 at 2 h 18 min

      Non ne surligne pas… achète ou emprunte !

  7. 19 mars 2010 at 8 h 16 min

    Un roman que j’avais beaucoup apprécié.

    • 19 mars 2010 at 2 h 19 min

      Ah bon ? mais je ne suis pas tombé sur ton billet…
      Il faut me donner le lien que je te lise et que je te rajoute !

  8. 20 mars 2010 at 0 h 52 min

    Le voici :http://brize.vefblog.net/Le_tigre_blanc_Aravind_ADIGA
    Bon week-end, Choco ! 

    • 21 mars 2010 at 1 h 14 min

      Ah merci pour le lien ! Je le rajoute !

  9. 20 mars 2010 at 3 h 46 min

    Il est à ma médiathèque et cela fait des mois que je dis que je vais le lire :-(

    • 21 mars 2010 at 1 h 16 min

      Et bien, il va falloir te mettre des coups de pied au cul !
      ça serait dommage de le rater !

  10. 20 mars 2010 at 0 h 13 min

    Ton billet donne bien envie.

    • 21 mars 2010 at 1 h 27 min

      Y’a plus qu’à alors !

  11. 20 mars 2010 at 0 h 27 min

    Je me joins à Hilde pour te dire bravo pour ce billet très convaincant !!!
    Que de belles découvertes grâce à ce challenge !!

    • 21 mars 2010 at 1 h 29 min

      Oulala ! Au moins, toi, tu n’as pas d’excuses pour ne pas le lire !!
      C’est vraiment un chouette challenge et du coup, j’envisage d’en faire un aussi sur ma littérature préférée… la littérature japonaise !! Mais je n’ai pas trop le temps en ce moment, et en plus, je ne sais pas si je serais très suivie… il y en a déjà tant !

  12. Ys
    20 mars 2010 at 3 h 34 min

    J’ai aimé Loin de Chandigarh, mais je ne crois pas que j’ai envie de plonger dans quelque chose d’encore plus réaliste…

    • 21 mars 2010 at 1 h 35 min

      Vu que de mon côté, il m’avait déçu… J’ai préféré mille fois l’ancrage dans la réalité de ce roman-ci ! Il est critique tout en étant léger avec des pointes d’humour !
      Moi je dis que tu devrais tester !

  13. 21 mars 2010 at 2 h 59 min

    Je suis haureuse que tu aies aimé. Je trouve qu’on a peu parlé de ce livre et j’espère que tu as réussi à convaincre d’autres lecteurs !

    • 21 mars 2010 at 1 h 42 min

      Vu que ça fait quelques années qu’il est sorti, je ne me souviens pas de la presse qu’il a eu ou pas mais effectivement, c’est un très bon roman qui mértie d’être connu ! et je compte bien lire les prochains romans de l’auteur !

  14. 21 mars 2010 at 3 h 07 min

    J’ai beaucoup aimé ce livre ! Un grand souvenir de l’année dernière ! ;-)

  15. 24 mars 2010 at 6 h 57 min

    C’est Lounima qui m’a conseillé cette lecture et ton billet me confirme bien mon envie de le lire ! Mais avant de lire « Le tigre blanc », je vais commencer par « L’Inde » de V.S. Naipaul, un pavé de 900 pages sur la société indienne … Donc, j’ai le temps ;-D

    • 26 mars 2010 at 2 h 32 min

      Elle a bien fait ! :)
      Naipaul est aussi une sacré référence en littérature indienne ! Joli programme de lecture !

  16. 3 mai 2010 at 1 h 31 min

    Merci, je l’ai bien reçu et merci à Saxaoul à laquelle je le renverrais.Je suis contente de le lire car on en dit que du bien.

    • 4 mai 2010 at 0 h 00 min

      J’espère qu’il te plaira autant que nous !

  17. 31 juillet 2010 at 9 h 44 min

    J’ai très envie de le lire maintenant, après ma lecture des « fabuleuses aventures d’un indien … »

    • 3 août 2010 at 0 h 44 min

      Ahhh ! En plus, celui-là est autrement plus travaillé et écrit que l’autre indien. Pour moi, il est un cran au-dessus, sans aucun doute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *