Le joli mois de mai – Emilie de Turckheim

 

joli-mois-de-mai-1.jpg

 

Auteur : Emilie de Turckheim

Editeur : Eloise d’Ormesson

Date de parution : 26 Aout 2010

Prix : 14  €

125 pages

 

Ce week-end, Aimé se prépare à accueilir des hotes dans la vaste propriété dont il a l’entretien. Mais cette fois-ci, il ne s’agit pas de recevoir des chasseurs de la ville mais plutot les étranges héritiers de Monsieur Louis, le propriétaire.

En effet, ce dernier vient de mourir et son testament stipule que 5 anciens clients du pavillon de chasse bénéfieront de l’héritage. Voici donc 5 « têtes de chien » qui, affichant plus ou moins une tristesse de circonstances, viennent surtout pour l’argent.

Aimé, avec l’aide de Martial, un jeune homme simple d’esprit, recoit donc les Truchon, un couple plutôt vénal ; Sacha Milou, un tenancier de bordel ; L’asiatique et discret Monsieur Hi ; et enfin le ccommandant Lyon-Saëck. Tous les six n’attendent qu’une chose : l’arrivée du notaire, prévue pour le lendemain. Ils patientent comme ils peuvent jusqu’à ce que l’imprévu survient : un des invités tombe raide mort.

De l’imprévu ? Hum… pas si sûr…

 

Ce court roman nous est donné par la voix d’Aimé qui nous parait un peu bênet de par la langue qu’il utilise. Homme simple et rustre, il ne sait pas parler le langage des nantis, des parisiens et le texte est émaillé de fautes de syntaxe et de construction. Il semble être dévoué à Monsieur Louis et à une certaine Lucette qui revient tout au long du récit.

 


Ce que le lecteur va découvrir, c’est que Aimé n’est pas si bête et naïf que ça.

Aimé décrit donc la situation avec ses mots à lui et cela donne un récit assez drôle entre son innocence supposé et le dramatique de la situation. Quelque mots « compliqués » s’insèrent dans son vocabulaire et la définition qu’il en donne lui-même est savoureuse.


  «  La vulgarité, Lucette dit que c’est quand on fait des efforts tellement voyants pour être belle que tout ce qu’on voit au bout du compte c’est les efforts et pas la beauté. »

 

  «  Alors Lucette m’avait expliqué que la solennité c’est quand on veut montrer par tous les moyens qu’on vit un grand moment, quitte à faire un peu semblant. « 

 

Peu à peu, l’histoire se densifie et ménage des révélations au détour des phrases. On apprend avec surprise qui est Lucette, autour de laquelle est centrée toute l’histoire. On découvre les travers des futurs héritiers, leur passé. On partage les souffrances d’Aimé qui porte si mal son nom.

L’intrigue se déroule innocemment, on soupçonne quelques liens et puis la chute arrive : savoureuse et dure à la fois. Les dernières pages éclairent tout, les connexions se font entre les personnages et on comprend l’ironie de ce « joli mois de Mai ».

 

 

Emilie de Turckheim nous offre ici une histoire douce-amère de vengeance qui oscille entre humoir noir et tristesse et se laisse découvrir avec plaisir.

Un roman léger malgré son thème, auquel on peut tout de même reprocher l’emploi systématique du langage « bas de gamme » d’Aimé : un emploi qui finit par agacer quelque peu par sa répétition.

 

  Extrait :


   » Pourquoi que la taille des valises a rien à voir avec la taille des gens ? M. Truchonje l’ai reconnu même avant qu’il a mis son nom sur le registre des invités. Comme il avait peur qu’on le prend pas pour lui, il avait mis sa tête en photmaton sur le courrier qui disait je suis très honoré, je viendrais avec mon épouse et en dépit du chagrin qui nous frappe je me sens consolé en apprenant que Louis Yoke considérait mon amitié si hautement que, et caetera et caetera, je ne vais pas non plus vous le lire en entier son courrier, mais ce qu’est certain c’est qu’il avait l’air plus consolé que chagriné,et d’ailleurs lui et sa femme quand ils sont entrés je les ai trouvé pudiques à souhait parce qu’ils laissaient vraiment rien voir de leur chagrin. « 

 

 

Ce roman a été chroniqué dans le cadre d’un partenariat avec le site

chroniquesdelarentréelitteraire.com.

 

 

chronique_de_la_rentree_litteraire.jpg

 

N’hésitez pas à voter pour vos auteurs et chroniques préférées !


 

32 comments for “Le joli mois de mai – Emilie de Turckheim

  1. 3 septembre 2010 at 8 h 53 min

    Tiens c’est marrant mon billet est paru aussi aujourd’hui je rajoute ton lien

    • 3 septembre 2010 at 1 h 08 min

      Il semblerait que nos avis se rejoignent !

       

  2. 3 septembre 2010 at 9 h 21 min

    J’ai très envie de le lire…

    • 3 septembre 2010 at 1 h 12 min

      Bon je vois que tu l’as déjà trouvé en livre voyageur !

  3. 3 septembre 2010 at 9 h 38 min

    Mais, ça a l’air drôlement bien, dis moi?! Je retiens ce titre dans un coin de ma caboche.

    J’ai lu aussi un livre pour Chroniquesdelarentreelitteraire.com. Le billet sera en ligne la semaine prochaine normalement.

    • 3 septembre 2010 at 1 h 14 min

      Drolement bien, je ne dirais pas ça. C’est sympa à lire, assez léger malgré le thème.

      Un roman qui se lit vite et qu’on oublie aussi un peu vite…

      C’est quoi ton partenariat ?

  4. 3 septembre 2010 at 0 h 47 min

    Je retiens  mais pas seulement pour l’histoire ,  la couverture est si belle aussi! 

    • 3 septembre 2010 at 1 h 26 min

      ça n’est pas l’indispensable de la rentrée mais ça se laisse lire avec plaisir !

  5. 3 septembre 2010 at 1 h 59 min

    Excellente chronique ! Qui atteint son objectif: j’ai le goût de me procurer ce livre … tout de suite.

    Merci !

    • 3 septembre 2010 at 1 h 28 min

      Tu es toujours aussi généreux avec moi…Merci !

      Roman intéressant mais pas indispensable non plus hein !

  6. 3 septembre 2010 at 3 h 13 min

    J’ai l’impression que ce texte n’a pas la légèreté du papillon de la couverture ! Il faut s’attendre à un texte plutôt oppressant ?!

     

    • 3 septembre 2010 at 1 h 35 min

      Voui c’est sûr que le sujet est un peu noir. Mais d’un autre côté, c’est un roman assez « facile » si je puis dire, il y a de l’humour et donc pas vraiment d’opression pour le lecteur, plutôt, de l’ironie morbide ! :)

  7. 3 septembre 2010 at 3 h 34 min

    J’ai peur que le langage utilisé ne me lasse plus que l’histoire ne m’intéressera…

    • 3 septembre 2010 at 1 h 40 min

      Le langage m’a beaucoup agacé au début mais j’ai fini par rentrer dans l’histoire.

      Après, ce n’est pas la découverte de la rentrée, en même temps.

  8. 3 septembre 2010 at 3 h 46 min

    Je suis un peu comme Resling, je vais attendre, voir les billets suivants. La couverture est très belle.

    • 3 septembre 2010 at 1 h 40 min

      A mon avis, sympa mais pas essentiel…

  9. 3 septembre 2010 at 4 h 22 min

    Ben moi j’ai rencontré l’auteur dimanche dernier, na na nère! Mais je n’ai pas acheté le roman (bon, on ne peut pas TOUT acheter non plus), juste pris le chouette marque page qui va avec…

    • 3 septembre 2010 at 1 h 41 min

      Lol, voilà que tu continues à te la jouer raisonnable ! Bon, si tu veux, il peut voyager…

  10. 3 septembre 2010 at 8 h 28 min

    Ce demi papillon ne passe pas inaperçu !

    Un sacré mélange de personnages, l’histoire me tente bien !

    • 3 septembre 2010 at 2 h 05 min

      Décidemment, ce papillon interpelle beaucoup de monde !

  11. 3 septembre 2010 at 3 h 02 min

    J’ai lu « Le confident » d’Hélène Grémillon.

    • 3 septembre 2010 at 3 h 34 min

      Ah… Rien lu à son propos !

  12. 4 septembre 2010 at 8 h 03 min

    Ah bon, rien lu sur Le confident?  j’en ai parlé sur mon blog, et j’ai même aussi rencontré l’auteur… je fais voyager le roman aussi. Fin des infos!

    • 4 septembre 2010 at 8 h 50 min

      Ah ben oui, t’as raison ! et j’ai lu ton article en plus…

      c’est la nana de machin…FAut croire que le sujet ne m’a pas marqué !

  13. 4 septembre 2010 at 0 h 29 min

    Ah, je ne crois pas qu’il sera dans ma sélection pour la rentrée littéraire… je veux de belles plumes :) !

    • 5 septembre 2010 at 7 h 47 min

      Ce n’est pas mauvais, c’est un premier roman quoi !

  14. 5 septembre 2010 at 7 h 27 min

    L’histoire a l’air sympa mais si tu dis qu’il n’est pas indispensable, je ne note pas !

    • 6 septembre 2010 at 8 h 44 min

      Chacun a son niveau de référence pour les indispensables

      Il est bien mais je ne pense pas qu’il sortira du lot au milieu d’autres romans tout aussi bien.

  15. 5 septembre 2010 at 9 h 37 min

    Tu as réussi à m’intriguer et à me donner envie de le noter dans ma liste… 

    • 6 septembre 2010 at 8 h 54 min

      Objectif réussi donc ! ;)

  16. 10 septembre 2010 at 9 h 48 min

    Ton bilelt m’a mis l’eau à la bouche. Je le note.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *