Le cantique de l’apocalypse joyeuse – Arto Paasilinna

 

 

apocalypse joyeuse 1

 

Auteur : Arto Paasilinna

Editions :

Denoël – 2008 – 20€ – 323 pages

Folio – 2009 – 7,70€ – 390 pages

 

 

Asser Toropainen est un vieux bouffeur de curé en fin de vie. Pourtant, avant de mourir, il crée une fondation funéraire et demande à son petit-fils Eemeli, d’édifier une église…

Dès lors, Eemeli va consacrer le reste de sa vie au projet de son grand-père.

Aidé de quelques bras vigoureux, Eemeli commence la construction en dépit de l’absence de toute autorisation. Un petit groupe d’écolos se greffe aux travailleurs et la communauté va peu à peu grossir au fil des ans. Ces derniers instaurent une vie saine et sans heurts où chacun apporte sa quote-part au village qui s’organise en mini-état.

Pendant ce temps là, le reste du monde sombre dans la troisième guerre mondiale : pénurie d’essence, de nourriture, salaires non versés, villes ensevelies sous les ordures, … C’est une véritable apocalypse à laquelle nous assistons et dont seule échappe la communauté de la Fondation Funéraire.


 

apocalypse joyeuse 3Eglise ancienne de Petajavesi (Patrimoine mondial de l’Unesco)

 

 

Débutant dans les années 90, l’histoire de la fondation de Toropainen va se poursuivre jusqu’en 2025.

Nous assistons à la construction de cette petite communauté qui va peu à peu devenir une véritable petite ville enviée par ses voisins.

Basée sur des règles simples et sur des valeurs traditionnelles, ses membres prône l’autosuffisance et refuse toute immiscion de l’état ou des religieux dans leurs affaires.


   » On adopta à titre de loi constitutionnelle un ensemble assez souple de dispositions fondées sur le bon sens paysan. « 

 

La communauté prospère et offre à ses membres protection et nourriture en échange de troc ou de travaux d’intérêt général. Elle atteindra même les 15 000 personnes à l’issue du roman !

 

apocalypse-joyeuse-4.jpgLe tout sera bien sûr agrémentés de personnages plus atypiques les uns que les autres et de situations rocambolesques comme Paasilinna sait si bien nous offrir !

Les collecteurs d’impôts et les autorités religieuses se font rembarrer de toutes les manières possibles, le pasteur de l’église est une femme, les unions amoureuses sont plus que libres, un avion devant bombarder Madagascar se retrouve en Finlande pour mieux s’écraser, une bombe H qui se retrouve trimballée dans un char à boeufs, New York noyée sous les déchets est abandonnée puis reconstruite à côté,… et j’en passe !

 

Une vision totalement irréaliste donc et pourtant Paaslilinna, sans donner de leçons, nous pousse à nous interroger sur notre devenir en prônant dans ce roman une vie simple au contact de la nature, loin des tentations de la société de consommation en pleine déliquescence, écologie et autosuffisance. Une belle utopie certes mais dans laquelle piocher quelque peu ne nous ferait pas de mal !

 

apocalypse joyeuse 5

 

 

Le roman souffre pourtant de nombreuses longueurs. Bien plus dense que ses autres romans, Le cantique de l’apocalypse joyeuse est constitué aussi de longues phases descriptives qui finissent par epprouver quelque peu le lecteur qui se demande où tout ça va bien le mener.

Pour ma part, je pense que quelques coupes dans ce texte abondant aurait permis d’aller un peu plus à l’essentiel, sans entamer son interêt. Tout le monde ne se passionnera peut-être pas pour les nombreux détails techniques de l’édification de bâtiments en bois…

Dommage, ça gâche un peu le plaisir de la loufouquerie de l’auteur.

 

 

 

 

L’avis de Mango, Keisha,Tulisquoi, …

 

 

Lecture faite dans le cadre du prixlittéraire des blogueurs

 

Prix-litt-raire-blogueurs.jpg

 


34 comments for “Le cantique de l’apocalypse joyeuse – Arto Paasilinna

  1. 11 septembre 2010 at 6 h 48 min

    Un bon roman de l’auteur, quand même, que j’ai pris plaisir à lire. Et quelles photos!

    • 11 septembre 2010 at 5 h 43 min

      Oui oui, j’ai aimé malgré mes bémols !

  2. 11 septembre 2010 at 8 h 12 min

    L’intrigue et l’esprit un rien loufoque (!) de l’auteur m’ont permis de ne pas trop souffrir des longueurs que tu signales très justement si bien que je garde un bon souvenir de cette lecture. Quelle jolie église en illustration! 

    • 11 septembre 2010 at 5 h 51 min

      L’intrigue vaut toujours son pesant d’or chez paasilinna !

      Dis, j’ai un doute, il me semblait t’avoir envoyé un mail pour la suite de son voyage mais je ne suis plus sure finalement  lol !

  3. 11 septembre 2010 at 8 h 38 min

    Je me souviens avoir lu nombre d’avis mitigés sur Paasilinna… et comme je peine toujours à me souvenir sur quels titres, je passe systématiquement sur cet auteur ! Les photos sont chouettes quand même :) !

    • 11 septembre 2010 at 5 h 52 min

      AH bon ? Pourtant moi j’aime beaucoup les délires de l’auteur ! Tu devrais tenter un de ces 4, qd même !

  4. 11 septembre 2010 at 9 h 10 min

    Zut, je dois le lire… ton billet me refroidit un peu !

    • 11 septembre 2010 at 5 h 54 min

      Pourquoi Zut ? J’ai aimé ma lecture quand même !

  5. 11 septembre 2010 at 9 h 13 min

    J’adore tes photos qui me rappellent un musée à Oslo où il y a de magnifiques églises de bois… Sinon, je n’ai pas lu ce Paasilinna en particulier, mais bien d’autres que j’ai aimés et un qui m’a déçu (Le bestial serviteur…)

    • 11 septembre 2010 at 5 h 55 min

      Ah… soupir… LA norvège me tente tellement…

      Pas lu le bestial mais quelques autres ! :)

  6. 11 septembre 2010 at 9 h 22 min

    Un auteur qui m’avait enthousiasmé avec « La douce empoisonneuse » et qui depuis me déçoit. Cela dit, je dois emprunter celui-ci à la biblio pour le challenge caprice.

    • 11 septembre 2010 at 5 h 57 min

      Ah bon ? l’empoisonneuse ne m’a pas marqué plus que ça… Je lui préfère Vatanen ou les suicides ! Vas-tu être aussi critique avec lui qu’avec tes lectures du moment ?

  7. 11 septembre 2010 at 9 h 27 min

    Bravo pour ce beau billet. J’avais beaucoup aimé « le lièvre de Vatanen » mais les longueurs de celui-ci me font peur, je passe.

    • 11 septembre 2010 at 5 h 58 min

      Il y a pleins d’autres de l’auteur qui t’attendent !

  8. 11 septembre 2010 at 0 h 04 min

    J’ai aimé ce que j’ai lu de l’écrivain, il me semble que j’avais noté celui-ci mais de toutes façons j’ai d’autres titres de Paasilinna dans ma PAL en attendant.

    • 11 septembre 2010 at 5 h 58 min

      Alors, il n’y a plus qu’à ! Moi j’aime assez son univers un peu loufoque !

  9. 11 septembre 2010 at 1 h 30 min

    Paasilinna publie un peu trop et c’est dommange parce sa verve, son inventivité sont vraiment attrayantes à condition de ne pas lire tous ces romans et de faire des breaks pour ne pas se lasser
    Et puis il ne peut pas être excellent tout le temps à ce rythme

    • 11 septembre 2010 at 6 h 00 min

      Paasilinna, le nothomb finlandais ?

      Je ne saurais dire s’il écrit trop mais son imagination est toujours aussi débridée ! et j’aime ça malgré les longueurs !

  10. 11 septembre 2010 at 3 h 08 min

    J’ai bien aimé La douce empoisonneuse du même auteur, le seul que j’ai lu. Et je m’étais promis d’en lire d’autres. Mais l’envie n’a jamais été assez forte pour prendre le pas sur tous les autres livres qui me tentent…

    • 11 septembre 2010 at 6 h 06 min

      Je comprends le dilemme… L’empoisonneuse n’est pas mon préféré… tu devrais tester autre chose à l’occase entre 2 romans japonais…

  11. 11 septembre 2010 at 6 h 00 min

    Même ressenti, un superbe moment de lecture avec quelques maladresses 

    • 11 septembre 2010 at 6 h 09 min

      Superbe, je n’irais pas jusque là tout de même !

  12. 11 septembre 2010 at 6 h 12 min

    Après toi, plus personne ne l’a demandé! 

    • 11 septembre 2010 at 6 h 35 min

      Ah ben tant pis ! J’attends de lire les autres et je groupe l’envoi alors ?

  13. 11 septembre 2010 at 7 h 07 min

    OK 

  14. 12 septembre 2010 at 1 h 08 min

    Un Ogawa vient de rejoindre ma PAL, je vais être Sensei !!! Yeepeeeeeee !!!

    • 14 septembre 2010 at 0 h 58 min

      Sensei ?!

      ah ben, c’est officiellement décidé : tu pars donc pour 12 titres !!

      Gniark, gniark, c’est bête de s’emmeler les pinceaux dans les niveaux… Pas de retour en arrière possible !

  15. 12 septembre 2010 at 1 h 24 min

    Je dois être une des rares à ne pas avoir lu cet auteur … j’ai noté plein de titres de lui mais je n’arrive jamais à me décider ! C’est peut-être son côté écolo qui me refroidit !

    • 14 septembre 2010 at 0 h 59 min

      POurquoi ? tu serais une anti-écolo ?!

  16. 14 septembre 2010 at 2 h 42 min

    Merde ! Ohlala c’est trop compliqué ce challenge !

    • 15 septembre 2010 at 1 h 05 min

      Meuh non, c’est juste que tu suis rien du tout !

  17. 15 septembre 2010 at 3 h 12 min

    Moi à l’ouest ?!? 1ère nouvelle !!!

    • 16 septembre 2010 at 2 h 58 min

      Chut, gardons ça secret !! ^^

  18. 15 octobre 2010 at 1 h 19 min

    Dommage en effet, Paasilina est capable de récits hilarants :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *