Rides – Paco Roca

 

 

rides 1

 

Auteur : Paco Roca

Editeur : Delcourt, Mirages

Date de parution : Mars 2007

Prix : 14,95 €

  94 pages

 

 

Ernest est un vieux monsieur que ces enfants viennent de placer en résidence spécialisée pour personnes agés. Vivant assez mal cet abandon, il est néanmoins chaleureusement accueilli par Emile qui lui fait faire la visite. Les pensionnaires se succèdent, tous plus félés les uns que les autres : Simone qui cherche désespéremment un téléphone pour mieux l’oublier 2 minutes après, Rose qui s’imagine dans l’Orient-express, un couple d’amoureux où une georgette nourrit un Marcel qui a pris le large… et enfin Emile, lui-même qui extorque par la ruse de l’argent à tout ce petit monde ! Emile qui évitera d’ailleurs de montrer à son nouveau compagnon le 1er étage où les cas graves sont placés : ceux qui deviennent dépendants…

Malheureusement, Ernest perd lui aussi un peu la tête. La maladie d’Alzheimer est rapidemment diagnostiqué et dès lors sa seule hantise : attérir au 1er étage. Son copain Emile va alors tout faire pour retarder l’échéance.

 

Voilà un album bouleversant qui traite comme aucun autre du sujet délicat de la vieillesse, de la maladie et du placement des personnes agées.

Suivant les pas d’Ernest depuis son arrivée, on découvre avec lui les « joies » de la vie en résidence pour 3ème age et son manque d’attractivité évident. Les jours sont réglés par les repas, la prise de médicaments, la télévision bloquée sur la même chaine, les activités de « gymnastique »et les rares visites des proches.

Le temps est long, très long pour Ernest dont le seul réconfort est l’amitié d’Emile. Car Ernest perd un peu les pédales et il va pouvoir compter sur un coup de main de ce dernier pour faire illusion. S’habiller, garder la notion du temps et de l’espace, réussir les tests des médecins,… la vie quotidienne devient difficile à gérer quand on perd la mémoire. Les souvenirs s’envolent et une partie d’ Ernest avec.

 

Voilà donc un sujet difficile mais traité avec tendresse et même humour. Emile semble être le cataliseur de l’autodérison. Sa présentation de la résidence est savoureuse, ses ruses et l’organisation d’une escapade interdite au volant d’un bolide est plus que comique !

Tous les personnages sont touchants et on n’y trouve aucune pité à leur égard.

 

Au delà de tout ça, Paco Roca s’interroge habilement sur la position des personnes agées dans notre société. Le déchirement de quitter sa maison ou sa famille, la perte de repères, l’inactivité, les rares visites des proches et leur incompréhension (comme, par exemple, la mamie qui offre à son petit-fils exédé des sachets de sauce, récupéré avec économie et persévérance), etc… concourt à démontrer que le fossé est désormais large entre les générations et que les « vieux » trouvent difficilement leur place quand ils redeviennent dépendants.



« Rides » est un récit très poignant qui sait toucher chacun de nous au coeur sans tomber dans

Un de ces albums d’une telle forceet d’une telle humanité

qu’on se demande bien pourquoi il ne vous est pas tombé dans les mains avant !

 


 

Les premières pages peuvent être lues ici !

 

Les avis tous convaincus de Mo’, Mango, Keisha,…

 

 

 

rides-3.jpg

 

 

 

 

rides-4.jpg

 

 

rides 2

 

 

 

 

C’était la BD du mercredi avec Mango et les zôtres !

 

bd du mercredi

 

17 comments for “Rides – Paco Roca

  1. 22 septembre 2010 at 8 h 32 min

    Un sujet trop difficile pour moi. Même si c’est traité sans pathos ni rien.
    Pour le Chabouté, tu as vu la brique ? J’attends les prochaines vacances !

    • 24 septembre 2010 at 0 h 37 min

      La brique ? une petite brique de rien de tout oui !

  2. 22 septembre 2010 at 9 h 04 min

    Un album bouleversant et pourtant très agréable et apaisant en fin de compte! Une belle réussite. L’auteur a su éviter tous les pièges de ce sujet difficile et rarement traité! 

    • 24 septembre 2010 at 0 h 39 min

      JE ne dirais pas que j’ai été bouleversée mais c’est sans conteste une réussite oui ! Tout est suggéré avec finesse et poésie, c’est assez fort !

  3. 22 septembre 2010 at 0 h 22 min

    Je crois que c’est difficile de ne pas accrocher avec cet album. Roca a l’art et la finesse d’aborder des thèmes « casses gueules » en empruntant des chemins inattendus. J’ai aussi beaucoup aimé, et le personnage d’Emile y est pour beaucoup oui. Je suis allée refaire un tour sur ta chronique du jeu lugubre, je vais le lire

    • 24 septembre 2010 at 0 h 43 min

      Oui c’est un sujet de société qui parle à tout le monde ! J’ai apprécié les petites touches d’humour qui allègent le suejt difficile. Bon pour le jeu lugubre, ça n’a rien à voir, c’est beaucoup plus glauque ^^

       

  4. Kactusss
    22 septembre 2010 at 1 h 10 min

    Je l’avais lu à sa sortie bien avant la création de mon blog. Je l’avais bien aimé. Mon grand-père avait alzheimer aussi et la fin n’a pas été drôle, vraiment une maladie très moche. On voit que les auteurs on fait des recherches, c’est une bd qui sonne juste.

    • 24 septembre 2010 at 0 h 49 min

      C’est une fin de vie qu’on ne souhaite à personne. C’est dur pour les proches, en effet.

      C’est pour ça que cet album a une portée quelque peu universelle.

  5. 22 septembre 2010 at 5 h 21 min

    Ton billet donne envie de se plonger dans cette BD… J’aime quand les sujets difficiles sont traités de cette jolie façon…!

    • 24 septembre 2010 at 0 h 57 min

      Tu peux y aller ! Je n’ai vu personne ne pas l’apprécier !

  6. 22 septembre 2010 at 7 h 41 min

    J aime bien quand la bd se penche sur des problèmes de société.

    • 24 septembre 2010 at 1 h 02 min

      Moi aussi ! :)

  7. 23 septembre 2010 at 9 h 23 min

    Moi aussi, j’avais été totalement convaincue ;)

    • 24 septembre 2010 at 1 h 27 min

      Pas étonnant !

  8. 23 septembre 2010 at 7 h 25 min

    C’est ce que j’appelle de l’excellente BD, à ne rater sous aucun prétexte…(sauf si vraiment anti BD)

    • 24 septembre 2010 at 1 h 36 min

      Nan, même les anti-bd !

Comments are closed.