Entre les ombres – Arnaud Boutle

 

entre-les-ombres-1.jpg

 

Auteur : Arnaud Boutle

Editeur : Glénat

Date de parution :  Septembre 2010

Prix : 14 €

  72 pages

 

 

Après une apocalypse dont on ne sait pas grand chose et qui a décimée l’humanité toute entière, un seul homme erre encore sur cette planète dévastée. Seul rescapé, il survit dans une grande ville anonyme où la nature reprend peu à peu ses droits. Désespérement seul, notre héros continue à vivre avec ses souvenirs et ses regrets.


On pense forcément à « La route » et pourtant on en est tout de même éloigné.

On découvre ici un homme qui continue de vivre contre et malgré tout. Dévalisant les supermarchés pour se nourrir et habitant dans des magasins de meubles. Pas de menaces particulières dans cet enfer silencieux, pas de bêtes sauvages ou de zombies sortis de films d’horreur. Juste lui, le silence et les souvenirs qui l’aident à continuer à avancer. Les jours se suivent et se resemblent, les saisons passent, apportant leur lot d’inconfort.

Ses seules distractions :se remémorer son existence passée et ses petits riens qui en font le sel. Les parties de pêche avec le grand-père,  son rapport à la musique, ses histoires amoureuses, …. Mais des souvenirs qui le renvoient inexorablement à sa solitude désormais sans fin. Notre homme s’invente des compagnons, profite des dernières ressources électriques, se met à la lecture et passe son temps comme il peut pour mieux combattre son démon à lui : la solitude.

 

Les amateurs d’action passeront leur chemin. Voilà un album très contemplatif qui n’a d’autre souci que de nous montrer une tranche de vie d’un survivant, son quotidien, ses pensées, ses questionnements. L’ambiance de fin du monde est parfaitement retranscrite même si la vie dans un monde où on reste le dernier survivant ne semble pas si difficile de prime abord, d’un point de vue « technique ».

Si le pitch de départ semblait intéressant et original, l’album laisse néanmoins sur sa faim. L’histoire se cloture sans grande explication, laissant notre héros dans le même état que quand le lecteur l’a trouvé.

Les dessins, au contraire, sont plutôt bien grattés. La couverture qui m’a d’ailleurs attiré vers cet album reflète très bien le contenu de l’ouvrage. Les couleurs tendent majoritairement vers le noir, blanc et gris, ponctué de touches vert foncé, associées à la nature de plus en plus envahissante qui défait inexorablement l’oeuvre de l’Homme.

 

« Entre les ombres » est donc un bel album poétique et intimiste à déguster avec finesse mais qui aurait mérité un je ne sais quoi supplémentaire (un supplément d’âme ?) qui en aurait décuplé toute la force.

A découvrir tout de même !

 

 

entre les ombres 2

 

entre-les-ombres-3.jpg

 

 

 

Un avis un peu plus poussé chez Digital Univers.

 

 

bd du mercredi

 

Les autres sont à découvrir chez Mango

 


34 comments for “Entre les ombres – Arnaud Boutle

  1. 3 novembre 2010 at 1 h 07 min

    Ca donne envie et ça fait flipper en même temps ! Tu imagines toutes ces librairies à dévaliser et toute cette bouffe ^^

     

    • 5 novembre 2010 at 3 h 46 min

      Mouahahah ! La fille incorrigible ! Tu imagines tous ces livres à lire sans pouvoir le partager avec quelqu’un…

  2. 3 novembre 2010 at 6 h 26 min

    Les dessins sont très beaux, mais le peu d’histoire me fait passer mon chemin.

    • 5 novembre 2010 at 3 h 49 min

      Oui c’est dommage, je m’attendais à quelque chose de plus fort. Après, je n’y est peut-être pas été sensible. L’autre avis que je donne en lien est beaucoup plus profond dans son explication.

  3. 3 novembre 2010 at 6 h 47 min

    oui particulier. L’ambiance du premier visuel me plait bien mais ce n’est pas le cas pour le second. Bon, à voir quand même ^^ Et pour le reste, c’est annoncé comme un one shot et c’est vraiment sans appel ??

    • 5 novembre 2010 at 3 h 51 min

      Moi, c’est vraiment le dessin qui m’a attiré. C’est bien un one-shot même s’il n’y a pas vraiment de conclusion fermée. Je doute que l’auteur la reprenne pour développer une suite.

  4. 3 novembre 2010 at 9 h 04 min

    Je n’ai pas lu La route et du coup, je penserais plus facilement au livre d’Atwood Le dernier homme ! Je trouve la couverture très réussie et comme j’aime ce genre d’histoire, je note ;)

    • 5 novembre 2010 at 3 h 52 min

      Ah… moi je n’ai pas lu le dernier homme ! Je ne saurais dire… Oui très belle couverture qui fait envie !

  5. SBM
    3 novembre 2010 at 9 h 11 min

    Noir blanc gris, ça me parle, le sujet aussi. Noté !

    • 5 novembre 2010 at 3 h 53 min

      Je serais curieuse de savoir ce que tu en penses !

  6. 3 novembre 2010 at 9 h 21 min

    Je me rends compte que je préfère les récits intimistes comme celui-là peut-être aux albums basés sur trop d’action et de remue-ménage! J’aime aussi beaucoup la couverture. A voir par conséquent!

    • 5 novembre 2010 at 3 h 54 min

      Moi aussi, j’ai une grosse préférence pour les récits intimistes, les tranches de vie. Pour autant, je suis qd même restée un peu sur ma faim avec celui-ci. A voir donc !

  7. 3 novembre 2010 at 9 h 59 min

    Je n’ai rien contre les bd intimistes mais j’aime bien quand l’histoire avance, ce qui ne semble pas être le cas de cette bd … dommage ….

    • 5 novembre 2010 at 3 h 55 min

      Je pense que ce n’est pas le but de cet album en effet. Il s’agit plutôt d’une tranche de vie apocalyptique qui peut nous pousser à nous interroger sur le sens de la vie et de ses petits riens.

  8. 3 novembre 2010 at 0 h 31 min

    Pas cette fois…:)

    • 5 novembre 2010 at 3 h 56 min

      Je comprends !

  9. 3 novembre 2010 at 1 h 09 min

    La route mixé avec Je suis une légende ?

    • 5 novembre 2010 at 3 h 56 min

      N’ayant pas lu Je suis une légende…

  10. 3 novembre 2010 at 5 h 43 min

    Il me tente beaucoup cet album ! Je le note dans ma PAL. 

  11. 3 novembre 2010 at 7 h 28 min

    La couverture est très réussie je trouve ! Quant au thème, j’aime assez je dois dire…, reste le dessin, là je suis plus sceptique !

    • 5 novembre 2010 at 3 h 58 min

      Ah oui ? Moi, c’est surtout le dessin qui m’a interpellé !

  12. 3 novembre 2010 at 0 h 56 min

    Toute l’originalité de cet album résiderait-elle dans un optimisme sans borne ?

     

    • 5 novembre 2010 at 4 h 02 min

      Ah non, pas du tout, pas d’optimisme, ni de pessimisme d’ailleurs. La fin de l’humanité est comme un fait acquis. Le héros ne se pose pas de quetsions là-dessus. Je pense qu’il y a surtout une réflexion sur la vie, ses petits moments de bonheur qu’on n’apprécie pas assez et qui, dans le cas présent, suffisent à combler la solitude du survivant.

  13. 3 novembre 2010 at 1 h 25 min

    Je n’aime pas ces ambiances d’apocalypse.

    • 5 novembre 2010 at 4 h 03 min

      Tu es une fille difficile !

  14. 4 novembre 2010 at 9 h 22 min

    Je vais demander à ma bibliothèque si c’est dans les acquisitions futures.

    • 5 novembre 2010 at 4 h 03 min

      Je t’aurais donc tentée ?!

  15. 5 novembre 2010 at 4 h 06 min

    Moi ?

    Mais c’est le camembert qui dit au roquefort …

    • 5 novembre 2010 at 4 h 10 min

      J’aime pas vraiment le fromage en plus…

  16. 6 novembre 2010 at 9 h 52 min

    J’adore le graphisme de cet album. Je le note pour éventuellement l’emprunter. 

    • 8 novembre 2010 at 1 h 36 min

      Oui, les albums suivants vont être intéressants à suivre !

  17. 8 novembre 2010 at 6 h 08 min

    Quel curieux hasard!! Je viens justement de l’acheter pour le donner en cadeau à mon ami Marsi, bédéiste!! Il me semblait que la beauté du dessin allait le toucher particulièrement, de même que le caractère intimiste du récit. Dommage qu’il y manque ce petit quelque chose!!

    • 8 novembre 2010 at 3 h 41 min

      Il vaut la peine d’être découvert rien que pour la qualité du dessin ! Et puis, il y a des choses cachées dans cette histoire, c’est juste que je n’y ai pas été complètement sensible. Je serais curieuse de savoir ce que Marsi va en penser !

  18. 9 novembre 2010 at 6 h 45 min

    Bouh ! pas pour moi !

Comments are closed.