Brako – Hippolyte

 

 

brako-01.jpg

 

Auteur : Hippolyte

Editeur : Sarbacane

Date de parution : Novembre 2010

Prix : 21 €

112  pages

 

 

Brako, c’est l’histoire de 4 gars d’une cité de banlieue : Karnal, Marko, Medhi le falzard et Vato. Ils se connaissent depuis l’enfance, ont fait les quatre cent coups ensemble. Ce sont les 4 doigts d’une main auquel on aurait supprimé le pouce.

Nous sommes le 31 décembre, les 4 copains se retrouvent pour une petite soirée de fête. Sauf que la petite fête n’est pas celle qui était prévue… A minuit, Karnal découvre que ses potes ont décidés de braquer un fourgon de la Banks. Alors qu’il refuse de s’engager dans ce casse, Marko le menace et l’oblige à les accompagner. Voilà donc le jeune Karnal entrainé dans un braquage qui va forcément mal tourner….

 

L’histoire, adaptée d’un roman ado de Hamid Jemaï, « Dans la peau d’un youv », se révèle très percutante.

D’apparence classique, le scénario offre un développement très intéressant. L’histoire est raconté par Karnal et démarre déjà sur une scène forte : Karnal fait un curieux rêve où une curieuse fée l’emmène loin de ses barres d’immeubles. Au moment où cette dernière l’embrasse, il se réveille un flingue dans la bouche.

Une entrée en matière choc pour un album qui va faire monter la tension au fur et à mesure de l’histoire.

 

Marko est un petit caïd qui rêve de devenir le parrain de son quartier en se revisionnant Scarface. C’est lui qui mène la bande et va entrainer ses copains dans cette histoire de braquage qui doit leur rapporter plus de 4 millions d’euros. Avide d’argent, de pouvoir et de reconnaissance, il  va peu à peu tomber dans la violence pour parvenir à ses fins, quite à traiter ses copains et partenaires comme des sous-fifres. Son orgueil ne plaira pourtant pas à tout le monde.

Les 3 autres, aux caractères tout aussi marqués, n’auront d’autre choix que de le suivre et l’appât du gain aidant, ils passeront de simples gamins des cités à des criminels de haut vol.

 

 » Brako » se révèle ainsi un portrait noir et pessimiste de cette jeunesse oubliée des cités qui rêvent à un avenir meilleur et se laisse entrainer dans une spirale de violence par un vain espoir de mieux s’en sortir. On imagine aisément combien cette chute dans la criminalité est facile et combien elle doit fleurir dans les quartiers d’aujourd’hui. Un réalisme bien flippant…

 

Hippolyte qu’on connaissait pour d’autres albums graphiquement très marqués, comme « le maitre de Ballantrae » par exemple, aborde ici un nouveau style qui rappellera Baru ou Gipi. Entièrement en noir et blanc, son dessin accentue la tension de l’histoire et les nombreux séquences symbolisant les rêves de Karnal sont plus que réussies.

 

Pour moi, « Brako » est un album très réussi : une fable sociale et désenchantée, un scénario efficace, une ambiance très noire qui sert le propos, une tension qui va crescendo pour se terminer dans un très beau final, un dessin extrêmement intéressant,…

Bref, il n’en faut pas plus pour vous le recommander très chaleureusement ! Ne le ratez pas !

 

 

N’hésitez pas à en découvrir plus sur le blog de l’auteur ici !

 

 

 

brako-07.jpg

 

 

brako-06.jpg

 

 

 

brako-02.jpg


 

brako-03.jpg

 

brako-05.jpg

 

 

 

 

C’était ma Bd du mercredi avec Mango et les zôtres !

 

bd du mercredi

 


18 comments for “Brako – Hippolyte

  1. 22 décembre 2010 at 9 h 50 min

    Je l’ai aperçu à Montreuil celui-là mais il est parti comme des petits pains!

    Je note avec intérêt alors!

    • 22 décembre 2010 at 1 h 01 min

      ouiiiiii !!

  2. 22 décembre 2010 at 9 h 56 min

    En voyant la couverture j’ai tout de suite penséé à Baru. Le thème est d’ailleurs aussi proche de ses préocuppations. Je vais y jeter un oeil quand je retournerai à la librairie.

    • 26 décembre 2010 at 2 h 48 min

      Oui vraiment, n’hésite pas ! Un très bon album selon moi !

  3. 22 décembre 2010 at 0 h 31 min

    les visuels d’albums me font penser comme toi à Gipi, mais à Alfred aussi. Baru pas trop

    En tout cas, ça me donne bien envie tout ça, l’album semble péchu à souhait et pertinent. Toujours le même constat sinon : Dame Choco n’épargne rien à mon porte-monnaie.

    • 26 décembre 2010 at 2 h 50 min

      Alfred ? ah, ça ne m’est pas venu à l’esprit… Pour Baru, je trouve que si, on le retrouve pas mal dans les expressions des personnages.

      Ouais super album entre polar et chronique sociale qui ne doit pas épargner ta bourse… c’est un fait  ^^

       

  4. Kactusss
    22 décembre 2010 at 0 h 51 min

    Le dessin rappel beaucoup trop celui de Gippi, c’est dommage car Hippolyte mérite d’être plus reconnu pour son dessin qui change à chaque publication d’ailleurs….

    • 26 décembre 2010 at 2 h 52 min

      Je trouve intéressant justement cette remise en question de son style graphique à chaque album. A l’intérieur même de cet album, tu trouves presque 2 styles différents d’ailleurs. Etant amatrice de Gippi, je dois dire que le rapprochement avec son dessin ne m’a psa gêné.

  5. 22 décembre 2010 at 1 h 00 min

    L’histoire ne me plaît pas tant que ça a priori car trop proche de ce que j’ai connu dans un endroit où j’ai travaillé mais quand j’ai vu les dessins, j’ai été émerveillée! Quelle touche! Je ne connais pas les autres dessinateurs cités donc je ne peux comparer mais là, comme ça, à première vue, j’ai dit Whaou!! Un vrai choc! 

    • 26 décembre 2010 at 2 h 53 min

      Et bien, je n’ai qu’une chose à dire : tu as maintenant 3 auteurs à chroniquer pour tes futurs mercredis de la BD…

  6. 22 décembre 2010 at 2 h 27 min

    Je ne suis pas très sûre d’accrocher à l’histoire !!! Mais bon, si je le trouve à la biblio, pourquoi pas ?

    • 26 décembre 2010 at 2 h 55 min

      Oui teste le si tu tombes dessus, tu pourrais être agréablement surprise !

  7. 22 décembre 2010 at 7 h 53 min

    Pas tentée mais par contre, je t’ai taguée pour le TAG de noël

    • 26 décembre 2010 at 3 h 08 min

      Boudiou, tu trouves que je ne suis déjà pas assez en retard dans mes publications…

  8. 22 décembre 2010 at 9 h 29 min

    Convaincue à mon tour, je note !

    • 26 décembre 2010 at 3 h 22 min

      Chouette !

  9. 23 décembre 2010 at 0 h 28 min

    Outch, percutant en effet ! Une BD sombre comme son thème, il faudra que j’essaye d’y jeter un oeil !

    • 26 décembre 2010 at 3 h 22 min

      Percutante, oui c’est le mot !

Comments are closed.