Quand souffle le vent du nord – Daniel Glattauer

 

quand souffle le vent du nord 01

 

Auteur : Daniel Glattauer

Editeur : Grasset

Date de parution : Mars 2010

Prix : 18 €

348 pages

 

 

 

Emmi Rothner souhaite se désabonner de la revue « Like ». Malheureusement, suite à une erreur d’orthographe, ses mails répétés aboutissent chez un certain Leo Leike qui finit par s’amuser de la chose et lui répond avec politesse et humour. De fil en aiguille, le dialogue s’installe et nos 2 correspondants font preuve de réparties intelligentes et cultivées qui les amèneront à s’apprécier mutuellement. A s’apprécier oui mais jusqu’à quel point ? Car petit à petit, insidieusement leurs rapports purement épistolaires tombent peu à peu dans le badinage amoureux… Rien de bien méchant me direz-vous, sauf que Emmi a un mari et une famille. Où tout cela les mènera-t’ils ?

 

Ce roman a bien sûr été vu un peu partout sur les blogs et j’arrive après la bataille ! Lu il y a 2 mois, j’ai beaucoup de mal à écrire ce billet…

 

quand-souffle-le-vent-du-nord-02.jpg« Quand souffle le vent du Nord » n’est pas un roman bouleversant pour son écriture même si les mails de Léo ont fait se pâmer de nombreuses lectrices…

C’est surtout un roman passionnant pour la manière extrêmement juste dont il analyse la rencontre amoureuse à distance et la cristallisation que cela provoque.

 

Les échanges entre Léo et Emmi se font tout d’abord sur un plan amical. On ne se dévoile pas trop. La rencontre dans la vraie vie n’est pas envisagé et chacun apprécie ces échanges dont la pertinence et l’humour égayent les journées de chacun.

Léo s’est fait largué par sa femme, Emmi a sa petite vie routinière. Et les mails sont pour eux une manière de s’évader du quotidien.

Chacun se fait une image de l’autre à travers ses messages et cet inconnu leur permet d’être eux-même, sans fard, libre de toute contrainte sociale ou morale.


« Dans mes mails, je peux être comme jamais la vraie Emmi. Dans la « vraie vie », si on veut réussir, si on veut tenir le coup, il faut sans cesse faire des compromis avec sa propre émotivité (…) Nous adaptons en permanence nos sentiments à notre entourage, nous ménageons ceux que nous aimons, nous nous glissons dans les cent petits rôles du quotidien, nous nous tenons en équilibre, nous pesons le pour et le contre pour ne pas mettre en danger la structure à laquelle nous appartenons. »

 

Et à force de se dévoiler, on finit par être attiré par l’Autre. On s’interdit les actes mais on commence à s’autoriser la pensée. Et là, on sait que c’est foutu, que rien n’est jamais innocent.

On fantasme sur une voix, une image, sur ce qui pourrait être.

Emmi aime son mari, s’interdit toute forme de tromperie et d’adultère mais est attirée malgré elle par cet inconnu dont les messages lui deviennent plus que indispensables. Une absence, un retard dans la réponse et voilà nos épistoliers, inquiets et éperdus. L’amour a cristallisé et la perte de l’Autre devient insupportable.

 

 » Ecrire, c’est comme embrasser mais sans les lèvres.  Ecrire c’est embrasser avec l’esprit.« 

 

Se rencontreront-ils ou pas ? Je vous laisse le découvrir !

Nombreux lecteurs on été déçus ou frustrés de la fin. Pour ma part, je dirais que ça ne pouvait pas se finir autrement…  Je n’en imaginais pas d’autre et la suite présumé de l’auteur m’inquiète un peu.

 

quand-souffle-le-vent-du-nord-03.jpg

C’est donc un roman à la fois classique dans cette forme d’amour épistolaire et très contemporain pour l’aspect virtuel de leur rencontre. Un roman qui décrit merveilleusement bien les mécanismes de l’amour virtuel et s’avère très réaliste (et je peux vous dire que je sais de quoi je parle…. ahem…).

Un roman original qui donne l’impression de farfouiller dans les historiques d’un ordinateur. Le lecteur lit la succession de mails, la date et l’heure de leur envoi. Et rien que dans ces détails, on peut découvrir la fébrilité de leurs auteurs et l’évolution de leur correspondance.

A côté de ça, les échanges entre Emmi et Léo sont extrêmement savoureux, bourrés d’humour, d’ironie, de réparties cinglantes et de gentilles piques à l’adresse de l’autre. Si tous nos correspondants pouvaient être de ce niveau… soupir…


 

Bref, un roman admirable de finesse et d’analyse psychologique que je vous recommande chaudement comme les autres lecteurs…


 

 

Les avis de Cathulu, Cuné, Fashion, Keisha, Leiloona, Karine, Emeraude, Clara, Tamara, Cynthia, Antigone, Stephie, Mango, Aurore, Bladelor, Kathel,  …

 


34 comments for “Quand souffle le vent du nord – Daniel Glattauer

  1. 20 janvier 2011 at 8 h 07 min

    Toi ma cocotte, tu en dis trop et trop peu… Tu connais un (presque) Léo?

    • 20 janvier 2011 at 7 h 59 min

      Tu ne crois tout de même pas que je vais étaler ma vie privée ici…

  2. 20 janvier 2011 at 8 h 29 min

    Et la suite sort bientôt !!!!!!! Bon ceci dit j’ai peur…

    • 20 janvier 2011 at 8 h 05 min

      Oui ça peut être tout ou rien…

  3. 20 janvier 2011 at 9 h 10 min

    je l’ai trouvé moyen, limite énervant d’ailleurs. Lecture distrayante mais sans plus pour moi.

    • 20 janvier 2011 at 8 h 06 min

      Ah c’est fort dommage ça… :(

  4. Ys
    20 janvier 2011 at 9 h 23 min

    « un roman admirable de finesse et d’analyse psychologique » : euh… vraiment ? le côté analyse de l’amour virtuel, ça m’intéresse beaucoup, comment chacun peut investir une relation qui n’a aucune réalité tangible, fabriquée sur le fantasme, une part plus ou moins importante et assumée de mensonge, c’est très intéressant. Mais me taper tout le reste de ce roman, la romance et tout, ben là, c’est trop pour moi…

    • 20 janvier 2011 at 8 h 12 min

      Si si je t’assure, madame la rabat-joie ^^

      Comme le dit Cynthia plus bas, la romance n’arrive pas tt de suite. Ce qui m’a plu justement, c’est comment l’auteur a parfaitement décrypté le processus de ce type de relation.

      Sans vouloir m’étaler, j’y ai reconnu pas mal de faits que j’ai moi-même vécu…

      Après c’est sûr, ça reste tout de même une histoire d’amour qu’on voit se créer sous nos yeux. Mais si ça peut te rassurer, on échappe au happy end éculé mais je ne peux en dire plus… :)

  5. 20 janvier 2011 at 9 h 37 min

    une vraie déception pour moi

  6. 20 janvier 2011 at 9 h 44 min

    Je le vois partout, dans quasiment tous les blogs ! Va falloir que je le feuillette un de ces quatre ! 

    • 20 janvier 2011 at 8 h 14 min

      C’est vrai qu’il a été lu par de nombreuses blogueuses ! Mais ça s’est calmé un peu ces derniers temps.

  7. 20 janvier 2011 at 0 h 43 min

    J’ai bien aimé ce livre mais sans plus. J’ai trouvé l’idée des mails originale et ce que j’ai beaucoup aimé, c’est la fin ; je n’en dis pas plus. Mais entre deux, il y avait pour moi trop de mail un peu répétitif à la longue. 

    • 20 janvier 2011 at 8 h 26 min

      Dommage, pourtant on sent qu’il y a une évolution constante dans leur rapport tout au long du roman.

  8. 20 janvier 2011 at 0 h 59 min

    @Ys : toute leur discussion porte sur l’éventualité de se rencontrer ou non, et bien que leur relation prenne un tournant amoureux, la romance ne vient que beaucoup plus tard dans mes souvenirs ( ce qui permet à l’auteur d’éviter le côté gnangnan).

    L’auteur nous fait entrer dans l’esprit de ses personnages et de leurs fantasmes et j’ai trouvé que le rapport au virtuel et les projections que cela induit étaient fort bien déconstruits.

    @Choco : comme tu le sais, la tournure des événements a fini par m’agacer, mais qui sait ce que nous réserve l’auteur pour la suite ^^

     

    • 20 janvier 2011 at 8 h 27 min

      Oui je suis curieuse de voir la suite malgré tout…

  9. 20 janvier 2011 at 1 h 17 min

    Il traine dans ma PAL depuis sa sortie mais j’attends que la frénésie passe un peu. J’espère être aussi séduite que toi et succomber au fameux charme de Léo.

    • 20 janvier 2011 at 8 h 28 min

      Oh je crois que le frénésie est un peu retombée justement. Il faut que tu le lise avant que la suite ne réactive le sujet ! ^^

  10. 20 janvier 2011 at 2 h 19 min

    Une histoire tellement contemporaine !

    Je suis d’accors avec ton analyse.

    Merci !

    • 20 janvier 2011 at 8 h 30 min

      Je suis heureuse de voir que tu es de mon avis ! Tu avais fait un billet sur ta lecture ?

  11. 20 janvier 2011 at 3 h 19 min

    Voilà un livre que j’ai lu d’une seule traite! Il paraît qu’il y a une suite pas encore traduite pour les déçus de la fin comme moi….

    • 20 janvier 2011 at 8 h 34 min

      oui, une suite est bien prévue… A voir !

  12. 20 janvier 2011 at 2 h 19 min

    Je ne l’ai pas encore lu, mais ça viendra, bientôt !!! 

    • 21 janvier 2011 at 7 h 21 min

      Oui bientôt, comme le reste de la PAL…

  13. 21 janvier 2011 at 1 h 12 min

    Enfin une lectrice qui, comme moi, trouve cette fin adaptée !!!

    • 22 janvier 2011 at 3 h 36 min

      aaaah ! Je ne suis pas seule !

  14. 22 janvier 2011 at 9 h 34 min

    Ah bon? c’est juste un blog qui parle de livres? pas de « c’est ma vie et je l’étale à fond? »

    Bon, je me doutais bien, je faisais juste un clin d’oeil!

    • 22 janvier 2011 at 4 h 09 min

      ouais d’ailleurs, maintenant que je ne travaille plus, il faudrait que je pense à reprendre mes chroniques « vis ma vie de libraire  »

  15. 23 janvier 2011 at 7 h 17 min

    Ah tiens oui, ça manquait, tu nous as laissés à l’épisode 2 ou 3. Maintenant tu as surement des choses à raconter?

    Mais quand même je te souhaite de retrouver une place, si possible dans une belle librairie!

    • 24 janvier 2011 at 7 h 27 min

      J’ai dû en faire que 2, je crois…. J’ai lâchement abandonné la suite, faute de temps…

      ça va être l’occasion de s’y remettre !

  16. 23 janvier 2011 at 2 h 55 min

    Il m’a  beaucoup plu, ce roman.  comme toi, je trouve que le roman ne peut se terminer autrement.   Et je me suis fait spoiler la fin du tome 2 hein!!  Non mais!

    • 24 janvier 2011 at 8 h 04 min

      Spoiler la fin du 2 ?! alors ça c’est ultra hard ! tu l’as frappé, celui qui osé ?

  17. 26 janvier 2011 at 5 h 32 min

    Pas lu, ça me parraissait gnan gnan… Mais vu le nombre d’avis élogieux, je me trompe peut-être ! ;-)

    • 27 janvier 2011 at 3 h 40 min

      Pas trouvé ça gnan gnan, non… Après, faut être un tant soit peu romantique ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *