Quéquette blues – Baru

 

 

quequette blues 01 villerupt-1966.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Baru

Anciennes Editions :

1ère édition en 3 volumes – Dargaud – 1987

Réédition en intégrale – Albin Michel – 1991

Réédition en intégrale – Casterman – 2005


Nouvelle edition : Octobre 2010

Editeur : Casterman

Prix : 24 €

  142 pages


+ Edition en coffret : Novembre 2010

(avec « La piscine de Micheville » et « Vive la classe » + DVD bonus)

Editeur : Les rêveurs

Prix : 40€

300 pages

 

 

 

Aujourd’hui s’ouvre le festival de BD d’Angoulême ! Quoi de mieux que de vous présenter ces prochains jours quelques oeuvres de son président d’honneur : Baru !

 

« Quéquette Blues » est le premier album du dessinateur et s’inspire de sa jeunesse.

Nous sommes dans les années 60, dans une cité des hauts fourneaux de Lorraine. C’est la Saint-Sylvestre et on y suit une bande de copains bien décidés à fêter la soirée comme il se doit, avec des filles et de l’alcool. Hervé Baruléa dit Baru,  Larbi, Tonio, Robert, Franco, Saïd, sont tous des enfants d’ouvriers pauvres. L’usine, qui fait vivre la ville entière, est la seule perspective d’avenir pour ces adolescents qui cherchent à s’amuser tant qu’il en est encore temps. 

Baru, encore puceau à 18 ans, se fait régulièrement charrier par ses copains qui le mette au défi, ce soir là, de se trouver enfin une fille. La bande commence donc sa tournée des bals, des bars et autres bouges, chacun se cherche un « bon coup » avec plus ou moins de succès…

 

Loin d’être une simple histoire de dépucelage, « Quéquette blues » est une véritable chronique sociale. Sous couvert de soirées de fêtes et de dévergondages, Baru dresse un portrait très réaliste de la jeunesse des années 60 et débute dans les récit à caractère social qui vont devenir sa marque de fabrique.

Villerupt est une cité minière qui emploie la majeure partie de la ville. Ouvriers et dirigeants ont chacun leurs quartiers mais tous vivent dans l’ombre de l’usine. Au delà de la misère, on y retrouve une mixité sociale (français, italiens, polonais, arabes…) et la solidarité humaine de ceux qui galèrent. Les parents sont stricts et espèrent que les études permetteront à leurs enfants d’accéder à autre chose qu’à un poste d’ouvrier. Le décalage des générations se fait d’autant plus sentir quand le rock fait son apparition dans les bals et que les adolescents adoptent un style voyou.

Baru et ses copains sont à la fois touchants et drôles. Oscillant entre espoir et poids de l’avenir, ils ne cherchent pour le moment qu’à satisfaire leurs envies. Comme tous les garçons de leur âge, ils ne pensent qu’aux filles et à ce qui se trouvent sous leurs jupes. Leur obsession et les rateaux qui se font nombreux, les méthodes de chacun pour arriver à ses fins, les beuveries et les bagarres qui peuvent suivre, tout concourt à peindre une jeunesse tapageuse et quelque peu provocante.

Le récit, loin d’être plombant, est égayé par la verve des dialogues et l’humour déployé par les personnages.

Quant au trait de Baru, il est déjà reconnaissable. Les personnages ont déjà des « gueules » bien marquées. La ville et l’usine sont remarquablement rendues et dénotent une connaissance certaine du terrain !


« Quéquette Blues » se révèle un premier album très réussi qui combine chronique sociale et portrait du passage à la vie d’adulte. Un album finalement très fort qui semble toujours d’actualité aujourd’hui où les jeunes en rébellion avec l’autorité de leurs parents et la société, cherchent à s’amuser et oublier un avenir qui parait bien morose…

 

J’aimais déjà Baru mais cet album est un vrai coup de coeur !


 

A noter : Le DVD Bonus contient, entre autre, un long film documentaire de 52 minutes où nous suivons Baru à Villerupt, sa région d’origine. L’auteur et ses proches reviennent sur la génèse de l’album et explicite le contexte. Baru parcourt les rues de la ville qui lui ont inspirés les décors de Quéquette Blues et des 2 autres albums y prenant place. On le voit retrouver ses potes de jeunesse, désignés sous de faux noms dans l’album, expliquer l’importance de l’usine dans la vie de la cité, etc…  Passionnant ! Je vous le recommande.

 

Un petit extrait :

 


GENERATION BARU – extraits du film

 

 

 

 

quequette-blues-02.jpg

 

quequette-blues-03.jpg

 

 

onclick="return !window.open(this);" href="http://idata.over-blog.com/1/83/30/54/BD-2/quequette-blues-04.jpg">quequette-blues-04.jpg

 

 

quequette-blues-05.jpg

  Challenge roaarrr

Prix Alfred du meilleur album 1985

 


20 comments for “Quéquette blues – Baru

  1. 27 janvier 2011 at 9 h 22 min

    Je vais essayer d’aimer!

    • 27 janvier 2011 at 3 h 50 min

      T’as intérêt, oui !

  2. 27 janvier 2011 at 0 h 16 min

    J’ai découvert baru à l’occasion du festival, j’ai lu « fais péter les basses Bruno » et j’ai aussi beaucoup apprécié cette découverte…

    • 27 janvier 2011 at 3 h 51 min

      Oui, je pense que sa nomination l’a remis un peu au goût du jour et c’est tant mieux ! Je suis curieuse de connaitre le prochain président…

  3. 27 janvier 2011 at 1 h 56 min

    le titre me laisse songeuse…

    • 27 janvier 2011 at 3 h 54 min

      En fait, c’est le titre d’une chanson qu’un groupe de rock chante lors d’un bal, dans l’album. Mais je me demande si elle n’existe pas vraiment…. dans le dvd, on peut en entendre une version musicale…

  4. Mo'
    27 janvier 2011 at 9 h 09 min

    il faut que je le lise !!! merci pour la piqure de rappel

    • 27 janvier 2011 at 0 h 45 min

      C’est que le début….

  5. 27 janvier 2011 at 9 h 11 min

    Le titre me fait hurler de rire !

    • 27 janvier 2011 at 0 h 47 min

      Au moins c’est déjà ça ^^

      Ceci dit, il est parfait pour le sujet !

  6. XL
    27 janvier 2011 at 9 h 58 min

    Villerupt c’est aussi le lieu d’un fantastique festival du film italien chaque automne pour lequel Baru a dessiné six fois l’affiche (parmi les plus belles à mon avis) dont celle de 2010

    et Quéquette blues est une chanson de Gotainer !

    • 27 janvier 2011 at 0 h 48 min

      Ouiiii j’ai découvert ça dans le dvd !

      Une chanson de Gotainer…. … oh putain… ça fait moins rêver là…

  7. 27 janvier 2011 at 1 h 37 min

    Rien que le titre ferait fureur au CDI !

  8. 9 février 2011 at 2 h 11 min

    Un titre pour donner envie de se mettre enfin à la BD

    • 9 février 2011 at 2 h 14 min

      ça serait pas du luxe ^^

  9. 10 février 2011 at 8 h 13 min

    ;-) )

  10. 4 mai 2011 at 1 h 17 min

    Il me le faut ! (ce sera sûrement mon prochain achat bd)

    • 4 mai 2011 at 4 h 38 min

      Un de mes préférés, je dois dire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *