Le trésor de Cibola – Sergio Toppi

tresor-de-cibola-01Nous sommes au 16ème siècle sur les terres du nouveau monde. Cuchillo, un ancien conquistador traine ses guêtres dans le désert et se désespère de ne pas avoir fait fortune. Jusqu’au jour où un voyageur étranger, accompagné de son serviteur maure, Kaloumi, s’arrête à son misérable campement. Après qu’ils se restaurent, Martin de Urria lui parle alors d’une carte en sa possession, qui est censé les mener au fameux trésor de Cibola : les 7 cités d’or ! L’appât de l’or attise l’envie de Cuchillo qui accepte de les accompagner et de les aider dans leur quête. Commence alors une longue route qui ne les mènera peut-être pas là où ils l’auraient souhaités…

Voilà encore une grande aventure de la part de Toppi, nous conduisant sur les traces des mythes légendaires.
Le mythe des cités d’or dont il est question ici existe réellement. Il prend sa source au 12ème siècle lors de l’invasion de Mérida, en Espagne par les maures. 7 évêques se seraient enfuis en emportant les précieuses reliques en or et créèrent les cités de Cibola et Quivira. Le temps les transformera en cités faites entièrement en or. L’arrivée des conquistadors au Mexique et de multiples expéditions à la recherche de ces cités merveilleuses accentuèrent un peu plus la légende. Les cités ne furent jamais découvertes mais inspirèrent bon nombre de fictions.

La génération du club Dorothée pourra reconnaître dans cette histoire, la trame du dessin animée « Les mystérieuses cités d’or » qui repris la figure historique d’un certain Esteban… (Pour ma part, j’étais une grosse fan !! ).

Si Toppi utilise cette légende, c’est pour mieux montrer la folie des hommes. Nous allons suivre ici ces 3 hommes dans un désert où la faim et la soif seront leur compagne. Les paysages sont arides, désertiques et accablés par le soleil brulant. Outre la menace de la Nature, ils devront faire face à une tribu d’indiens sanguinaires qui ne se laissent pas compter par de ridicules subterfuges. La folie de l’or, la folie des grandeurs les mènent sur un chemin qui est trop vaste, trop dangereux pour eux. Certains mourront, d’autres survivront, d’autres parviendront à la cité. Mais dans tous les cas, pas de la manière qu’ils pensaient.

Cet album-ci ne sera pas dans le noir et blanc habituel de l’auteur mais Toppi magnifie son histoire en illustrant la destinée de ces 3 hommes, en couleurs directes. Les tons sont forts, ocres et ardents. Ils renvoient la brûlure du soleil, la poussière du désert et l’éblouissement de l’or. Les décors sont tourmentés à l’image des personnages. Le découpage est peut-être moins audacieux que dans d’autres albums, mais qu’importe !

Bref, moi, je suis toujours aussi admirative de son travail !!

Allez donc voir ce qu’en ont pensé Mo et Joëlle

 

tresor-de-cibola-02

 

tresor-de-cibola-03

 

 

tresor-de-cibola-05

 

 

tresor-de-cibola-04

Titre : Le trésor de Cibola
Auteur
: Sergio Toppi
Éditeur : Mosquito
Date de parution : Septembre 2004
Prix : 13 €
46 pages

15 comments for “Le trésor de Cibola – Sergio Toppi

  1. Mo'
    22 avril 2011 at 8 h 13 min

    je suis moins emballée que toi sur « Cibola » mais j’ai bien aimé.

    Je m’attendais effectivement à un graphisme plus fort, c’est peut-être pour cela que je suis plus réservée. J’adhère à la colorisation de cet album, j’avais de grosses appréhensions (les deux nouvelles mises en couleurs dans Sharaz-De servent mal le dessin de Toppi et je gardais cela en souvenir ; je préfère quand même ses univers en noir & blanc). Une belle lecture en tout cas. Sans cette lecture commune, je ne pense pas que j’aurais pris le temps de lire cet album (le visuel de couverture m’étouffe). A mardi ! ^^

    • 22 avril 2011 at 1 h 59 min

      Hum, il va vraiment falloir que j’attaque Sharaz-de, un de ces 4, ça a l’air d’être ton « étalon » de référence !!

      Moi, j’avais un peu peur de cette mise en couleurs justement, peur que ça affadisse le trait. MAis en fait, pas du tout ! Je trouve que ici, ça lui donne de l’ampleur. Même si le découpage est en effet plus classique. Et puis cette histoire de cités d’or… je suis fan

       

  2. 22 avril 2011 at 0 h 12 min

    Il a l’air vraiement bien cet album, moi qui me met en ce moment dans la bande-dessinée, je me la note.

    En plus les dessins sont très beaux. Merci et bonne journée.

    • 22 avril 2011 at 2 h 00 min

      Si tu aimes les dessins alors il faut foncer !! Toppi est un de mes dessinateurs préférés !

  3. 22 avril 2011 at 9 h 53 min

    Je n’ai jamais eu de fascination pour ce mythe des cités d’or et du coup, je pense que ça s’en est ressenti dans ma lecture ! Et pourtant, c’est vrai que c’est un thème souvent exploité et j’ai bien aimé le traitement qu’en a fait Toppi … la fin est assez ironique et les Indiens sont montrés sous un jour différent de ce qu’on voit d’habitude. Mais j’ai été assez frustrée par la « brièveté » de l’histoire (finalement, j’aurais bien aimé en savoir plus, qu’il y ait plus de pages !). Mais je suis quand même celle qui a l’avis le plus tiède mais je lirai les 2 autres albums de Toppi présents à la biblio :)

    • 22 avril 2011 at 1 h 24 min

      Je prends enfin du temps pr aller lire ton avis ! Je suis un peu triste que tu n’ai pas mon engouement mais c’est le jeu ! :)

      Toppi va toujours à l’essentiel dans ses histoires : peu de dialogues, scénario assez simple qui sert de faire valoir aux légendes de ce monde et à la vanité des hommes.

  4. Ys
    22 avril 2011 at 0 h 29 min

    Le sujet me tente bien par contre le graphisme beaucoup moins…

    • 22 avril 2011 at 1 h 25 min

      Ah non, ne dis pas ça, je trouve que ses dessins sont des trésors d’inventité et de détail !

  5. Mo'
    25 avril 2011 at 3 h 27 min

    Oui, Sharaz-De est ma référence en matière de Toppi. Il faut dire que c’est avec ce diptyque que j’ai découvert cet auteur et que j’ai pris une « claque graphique ». J’ai retrouvé ce fort plaisir à parcourir ses univers avec les cinq albums du Collectionneur. Après, Tanka, Ile Pacifique et cet album sur Cibola, je les place un cran en dessous (plaisir de lecture, immersion dans le monde,…)

    • 27 avril 2011 at 4 h 04 min

      Je ne t’en tiendrais pas rigueur car j’ai crû apercevoir le sieur Toppi dans un certain classement des 15…

  6. 26 avril 2011 at 7 h 35 min

    Bon, je ne risquerai pas découvrir Sharaz-de vu qu’il n’est pas à la blblio … j’aurai juste le choix entre Warramunga et La légende de Potosi ! C’est sûr que l’auteur met bien en valeur nos « ridicules » envies de pouvoir et de richesse (parce que les deux vont souvent ensemble) comparées aux légendes et aux réalités de notre monde mais comme de ce côté-là, il prêche déjà une convaincue ;) , j’ai besoin d’un peu plus de « choses », de développement.

    • 27 avril 2011 at 4 h 18 min

      Hum… de développement, pas sûre que tu en trouves beaucoup dans les albums de Toppi. Chez lui, le scénario appuie les dessins et non le contraire.

  7. 24 août 2012 at 0 h 47 min

    Coucou 

    en tout cas questions dessins je suis complètement charmée !

    Bises

    • 4 septembre 2012 at 0 h 40 min

      Alors c’est le principal ! :)

Comments are closed.