Blast, tome 2 – Manu Larcenet

 

Blast t2 01

 

Auteur : Manu Larcenet

Editeur : Dargaud

Date de parution : Avril 2011

Prix : 22,90 €

  208 pages

 

 

Il y a quelques mois, je vous parlais de la claque que le premier tome de Blast avait été pour moi.


On y découvrait un homme, Polza Mancini, en pleine garde à vue, aux prises avec des flics bien pressés de lui soutirer les détails qui l’ont conduit à son arrestation, un crime dont on ne savait rien.

Polza se racontait, en détails et on découvrait son parcours atypique : homme obèse, mal dans sa peau, il avait décidé de tout abandonner après la mort de son père et de vivre en marge des hommes. Il y évoquait ses blessures, son enfance, la mort accidentelle de son frère par sa faute et surtout le Blast qui l’avait frappé, ce choc illuminatoire qui l’a libéré pour un bref moment de son enveloppe corporelle et de ses contraintes morales.

 

Dans ce deuxième tome, l’interrogatoire avec les policiers se poursuit. Les 2 hommes jouent contre la montre : ils doivent découvrir comment Carole est arrivé à l’hôpital avant que la garde à vue se termine. Mais Polza, lui, prend toujours son temps et continue de narrer son histoire à son propre rythme.

Sa clochardisation se fait encore plus extrême. Il vit dans les bois, nu, et agit presque comme un animal, à l’instinct, se nourissant de cadavres d’animaux et se mantient dans un état d’ébriété constant dans la perspective de retrouver le Blast tant désiré. Il se fait battre par les enfants et les chasseurs et finit par quitter la solitude de la forêt pour revenir vers les hommes. Il rencontre un certain Jacky, SDF lui aussi, et dealer violent avec qui il passera l’hiver. Avant de reprendre une fois encore sa quête de vagabond…

 

Si dans le premier tome, nous pouvions avoir une certaine tendresse pour Polza, touché par ses blessures intérieures et son choix de liberté, ce deuxième opus éloigne toute empathie que l’on pouvait avoir. Le portrait qui est fait de Polza est sombre, bien plus sombre. Le dégoût affleure devant cet homme qui vit pire qu’un chien. On ressent d’autant plus la folie de cet homme qui préfère s’annihiler plutôt que d’affronter ses démons qui n’hésitent pas à venir le hanter à l’occasion.

Ainsi le récit avance, les détails de son parcours se font jour sans pour autant dissiper tout mystère. Le lecteur se pose plus de questions qu’il n’en possède les réponses.

 

Inutile de vous dire que cet album est à nouveau un choc narratif et graphique !

Larcenet fait plonger son personnage dans les méandres de l’esprit humain et lui donne un comportement destructeur qui remonte à l’enfance. On découvre en effet que Polza s’auto-mutilait le corps, ce corps qu’il porte comme un fardeau depuis toujours et qui l’encombre toujours autant. Sa vie en dehors des hommes et des marges, les contraintes qu’il impose à son corps (alcoolisme, drogue, pb de nourriture,…) sont une autre manière de s’autodétruire. Son choix de vivre au coeur de la nature, non pas comme un hippie écolo mais comme un animal qui revient à son état originel le fait passer pour fou dans cette société où la norme est de mise.

 

Blast-t2-03.jpg

 

Graphiquement, Larcenet a poursuivi son travail entamé dans le premier tome. L’album est toujours en noir et blanc et les seuls touches de couleurs, symbolisées par les dessins de ses propres enfants, correspondent à l’enfance de Polza ou au Blast. Les lavis sont de toute beauté et Larcenet exploite toute la richesse des différents niveaux de gris. Certains applats de noir se voient hachurés et grattés.

La narration se fait lente, se passant souvent de paroles inutiles tant l’image nous touche par sa force. On y découvre des pleines pages qui touche parfois au sublime.


 

Blast-t2-02.jpg

 

Bref, ce deuxième tome confirme ici tout le bien que je pensais de Larcenet avec cette série qui restera surement un de ces chefs d’oeuvre qui défieront le temps.


C’est un indispensable que vous devez absolument découvrir !!!

 

 

Extraits :

 

 » C’est une erreur. L’ivresse n’est pas un asservissement, c’est une libération. C’est le seul moyen de se connaître sans se faire peur. Mais comme pour toutes les disciplines, si on veut dépasser le simple amateurisme, ça demande du courage, du travail et de la ténacité. Vivre soûl, ça se mérite. « 

 

 » L’expérience de la liberté est difficile et dangereuse. Elle impose de s’oublier et de s’affranchir de la société des hommes. RAres sont ceux qui résistent à la révolution intime qui résulte de ce sacrifice. Cet été-là, je suis devenu une bête, ni plus ni moins. Ailleurs, on m’aurait enfermé pour ça. La forêt m’a protégé… « 

 

 » Anxiolitiques, antidépresseurs, barbituriques, hypnotiques… et bien d’autres dont j’ignorais la fonction mais qui étaient si appétissants. Dans presque toutes les maisons que j’ai habitées sans y être invité, j’ai pu vérifier l’omniprésence de ces médicaments du mal-être… C’est étrange qu’ils soient l’apanage des sociétés dont la priorité n’est plus la survie. A croire que l’angoisse naît du confort. « 

 

 

 

D’autres avis chez :


Mo’ avec qui je faisais lecture commune, et que je remercie mille fois pour ce cadeau !!!!!!

Bulles et onomatopées -

 

 

 

Blast-t2-05.jpg

 

 

 

 

Blast-t2-06.jpg

 

 

Blast-t2-04.jpg

 

 

Blast-t2-07.jpg

 

 

 

 

bd du mercredi

Chez Mango



Bonus :

 

Larcenet qui parle de son travail sur cet album.

 


24 comments for “Blast, tome 2 – Manu Larcenet

  1. 4 mai 2011 at 5 h 33 min

    Ah il me faut ce deuxième tome!

    Tu parles d’une grande claque à la lecture du premier (c’est mon petit frère qui m’en a fait cadeau), c’est exactement l’effet que cela m’a fait, cette BD est d’une grande force (bien que sombre).

    Et Merci pour la video

    • 5 mai 2011 at 0 h 27 min

      Oui je crois que c’est le cas pour la majorité des lecteurs !! Larcenet est tellement à contre-courant de ces albums précédents avec cet album si noir et si déstabilisant !

      L’entendre parler de la réalisation est d’autant plus passionnante !

  2. 4 mai 2011 at 5 h 55 min

    Impressionnat, très impressionnant, ce que tu en dis, ce qu’en dit Mo’, les dessins que tu montres et l’histoire lle-même apparemment! Je tiens absolument à la lire! 

    • 5 mai 2011 at 0 h 29 min

      Un de mes bests de l’année dernière… et à nouveau cette année ! Franchement un chef d’oeuvre ! Je serais heureuse que tu le découvre à ton tour !

  3. 4 mai 2011 at 6 h 23 min

    Quel talent ce larcenet ! Vraiment un grand monsieur de la BD française.

    • 5 mai 2011 at 0 h 29 min

      Oui, c’est peu de le dire ! La suite de son oeuvre promet !

  4. 4 mai 2011 at 6 h 26 min

    Un grand merci, je ne savais pas que le tome 2 était sorti. J’avais lu le tome 1 à sa sortie et c’était si bien mais si sombre.

    • 5 mai 2011 at 0 h 30 min

      J’aime autant te prévenir, ce tome-ci l’est encore plus, sombre… !

  5. 4 mai 2011 at 6 h 49 min

    Si en plus vous êtes deux à enfoncer le clou, comment résister ?

    • 5 mai 2011 at 0 h 31 min

      C’est interdit de résister !

  6. Mo'
    4 mai 2011 at 7 h 46 min

    il n’y a plus qu’à attendre un an pour le tome 3 ?? ^^

    • 5 mai 2011 at 0 h 31 min

      Ah mazette ! M’en parle pas…

  7. 4 mai 2011 at 8 h 14 min

    J’envoie ton billet illico à L’Homme qui vient de terminer le premier Blast (notre médiathèque est fort en retard question BD!:)) Nous avions entendu Larcenet sur France inter il y 2 semaines et le bonhomme était très intéressant et surprenant…

    • 5 mai 2011 at 0 h 35 min

      Je suis tombé aussi sur plusieurs interviews de Larcenet et c’est assez passionnant le regard qu’il a sur cette série. On voit bien qu’il a mis bcp de lui dedans, ses peurs, ses angoisses.

      Un grand album que tu devrais essayé de piquer à ton homme d’ailleurs… ;) (enfin à la biblio ^^)

  8. 5 mai 2011 at 8 h 55 min

    J’ai du mal avec le graphisme (sur les 4 planches en fin de ton billet, j’aime bien la 1 et la 3 mais je ne raffole pas de la 2 et n’aime carrément pas du tout la 4 !) et vu l’histoire, je crains de ne vraiment pas accrocher mais tant que je n’essaie pas, je ne saurais pas ;)

    • 6 mai 2011 at 3 h 55 min

      Rhaaa oui mais non ^^

      Il faut absolument que tu essayes ! Juste pour nous faire plaisir à Mo et à moi

  9. Mo'
    5 mai 2011 at 9 h 18 min

    j’ai moins aimé le tome 2 que le tome 1 (il avait l’avantage de profiter de « l’effet découverte » je crois). Ici, Polza commence à me faire flipper… je me protège en me plaçant du coté des policiers (étrange expérience que voilà ^^)

    • 6 mai 2011 at 3 h 58 min

      Oui, je suis d’accord il n’y a plus l’effet choc de découvrir le bonhomme ! Je ne me suis pas mis du côté des flics mais je suis entièrement d’accord avec toi sur le fait qu’on prend de la distance par rapport à Polza ! Je le trouve bien plus barré que dans le premier tome et il acquiert en effet un côté bien flippant… quand il bouffe du cadavre, qu’il se tape des briques contre le crâne, qd il squatte et tape des délires dans les maisons…

  10. 5 mai 2011 at 9 h 42 min

    L’un des meilleurs albums que j’ai eu l’occasion de lire cette année, avec les « Légendes de la garde », « Renée » et « Polina ». Du grand Larcenet !

    • 6 mai 2011 at 4 h 01 min

      Comme je suis de ton avis ! Quand aux autres que tu cites, à force d’en entendre parler, je les ai bien relevés ! il faudra que je les attaque un de ces 4 !

  11. 7 mai 2011 at 4 h 41 min

    Il me les faut ! J’aime beaucoup le travail de Larcenet (son blog est intéressant aussi).

    • 7 mai 2011 at 8 h 47 min

      Oui, des indispensables !! J’aime beaucoup ce vers quoi son travail évolue !

Comments are closed.