AKAGAWA Jiro (1948-)

 

akagawa-jiro

 

 

 

Akagawa Jiro est né en 1948 dans la préfecture de Fukuoka.
Après avoir été diplômé du lycée Toho, il travaille comme homme d’affaire dans une compagnie.
C’est durant cette période qu’il commença à écrire.

En 1976, il a obtenu le prix de la revue Oru Yomimono (Toutes lectures) attribué à un jeune auteur de romans policiers, pour Yûrei ressha (Le train fantôme, non traduit).

Son premier roman a été publié en 1976 et remporte le Prix du roman policier Bungei shunju.

Auteur très prolifique, il a publié plus de 480 romans en 30 ans de carrière !!

Bon nombre d’entre eux ont d’ailleurs été adapté à la télévision ou au cinéma et sont devenu très populaires.

Ses romans policiers humoristiques lui valent une grande notoriété. Mais c’est aussi un auteur très apprécié du jeune public et son oeuvre la plus connue est certainement sa série avec le chat Holmes  où le héros s’évère être un chat policier.

 

Cécile Sakai, dans son histoire de la littérature populaire japonaise, voit un lui un des représantants de la nouvelle génération du « roman de déduction à portée sociale », courant initié par Matsumoto Seichô au milieu des années cinquante.

Malheureusement, il reste peu connu en France où l’on ne peut découvrir seulement que deux de ses oeuvres traduites.

 


 

Bibliographie traduite en français :

 

1977 : Le piège de la marionnette

1978 : Meutres pour tuer le temps

 

 

 

Le piège de la marionnette (1977)

 

piege-de-la-marionnette-01.jpg

Editions françaises :

 

- 1994 : Editions Picquier

traduit du japonais par Rose-Marie Fayolle

192 pages – 17,53€ (épuisé)

2-87730-191-5

 

-1998 : Editions Picquier, Poche

traduit du japonais par Rose-Marie Fayolle

192 pages – 7€

2-87730-386-1

 

 

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur :

 

Une petite soeur séquestrée dans un manoir excentrique. Une psychopathe dangereuse. Des meurtres en série. Un hôpital psychiatrique dans lequel les malades vivent un cauchemar… Elle est décidée à tuer. Pas n’importe quel homme. Mais qui tire les ficelles de la marionnette ?

 

 

Des avis chez :

Nini -

 

 

 

 

Meurtres pour tuer le temps (1978) :

 

 

meurtres-pour-tuer-le-temps-01.jpg

Editions françaises :

 

- 1995 : Editions Picquier

traduit du japonais par Aude Bellenger-Sugai

224 pages – 18,29€

2-87730-242-3

 

- 1998 : Editions Picquier, Poche

traduit du japonais par Aude Bellenger-Sugai

224 pages – 7,50€

2-87730-387-X

 


 

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur :

 

La famille Hayakawa est une drôle de famille. Mais Tachibanagen, le roi du pétrole, se révèle lui aussi un personnage bien mystérieux. Chacun ici a un secret ou un cadavre à cacher, et la seule chose claire, c’est la célèbre collection de diamants qui est l’objet de toutes les convoitises.


 

Des avis chez :

Littérature japonaise - Le vent sombreFiorile -

 

 


 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *