La mort, l’amour et les vagues – INOUE Yasushi

 

la-mort-l-amour-01.jpg« L’amour, la mort et les vagues » est une recueil de 3 nouvelles : la nouvelle éponyme, « Le jardin de pierre » et « Anniversaire de mariage ».

 

Dans « L’amour, la mort et les vagues », on suit un homme qui est descendu à un petit hôtel désert près des falaises. Sugi n’est pas venu pour le tourisme mais avec la ferme intention de se suicider, un scandale entachant son nom étant à venir. Il passe ses derniers jours à observer le temps passé et à terminer la lecture de « Voyage en Orient » de guillaume de Rubrouck. Seulement, il découvre la présence dans l’hôtel de  Nami, une jeune femme qui a elle aussi choisi de mettre fin à ses jours par amour. Oseront-ils malgré tout à aller jusqu’au bout ?


 » Il y a des gens qui prétendent que la gloire est due à une accumulation de malentendus. Il doit en être de même du déshonneur. « 


 

« Le jardin de pierre » nous transporte à Kyoto. Uomi vient de se marier et choisit d’emmener sa femme  en voyage de noces dans la ville où il a passé sa jeunesse. Conduisant Mitsuko au pavillon de thé du Ninnaji puis au jardin zen du Ryôanji, Uomi se rappelle des souvenirs liés à ces lieux : son amitié avec Totsuka et leur amour pour la même fille qu’ils se sont disputés. L’escapade se révèlera dramatique à bien des égards…

 

Dans « Anniversaire de mariage », nous découvrons les souvenirs de Karaki Shunkichi. Veuf à 37 ans, il a du mal à concevoir de se remarier. Mais ce n’est pas l’amour qu’il avait pour elle qui le retient mais un défaut commun qui les liait : le sens de l’économie poussé à l’extrême. Se remémorant leur vie passée, il porte un regard attendri sur le voyage effectué ensemble pour leur cinquième anniversaire de mariage. Shunkichi vient en effet de gagner 10 000 yens et c’est partagé entre le désir d’économiser et celui de laver la honte de n’être jamais parti en voyage de noces que le couple décide de partir. De partir, l’avarice en bandoulière…

 

Voilà un recueil bien ironique sur les les faits de la vie et de l’amour !

Inoué dépeint ici 3 couples qui se mentent, et parfois même à eux-même. L’amour n’est qu’une façade bien commode qui cache parfois lâcheté, regret et avarice. L’amour n’est pas vraiment de l’amour et les personnages de ce recueil jouent tous la comédie.

C’est une vision bien pessimiste que nous livre l’auteur mais loin de nous faire éprouver de la compassion pour ces personnages, Inoué use d’une ironie cinglante à l’écriture simple et belle à la fois !

 

Un très bon recueil pour découvrir la littérature japonaise !


 

la-mort-l-amour-02.jpgJardin du Ryôanji – Kyoto

 

 

La mort, l’amour et les vagues

INOUE Yasushi

Editions Picquier – 1994 – épuisé

Editions Picquier Poche – 1999 – 104 pages – 5,50€

 

 

challenge In the mood for Japanquinzaine nippone


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quinzaine nippone Day 2

 

Vous pouvez aussi découvrir  :

 

Mango nous parle de l’artiste Japonais Takashi Murakami

The Bursar nous présente les 2 premiers tomes du manga « No money »

Emma nous fait découvrir « Le jour de la gratitude au travail »

 

A suivre !


16 comments for “La mort, l’amour et les vagues – INOUE Yasushi

  1. 21 juin 2011 at 0 h 40 min

    Alors comme ça on en profite pour changer la déco ! Très réussi en tout cas (tu sais bien, le rouge et moi ^^).

    Une histoire de suicide, pas de doute c’est bien du nippon

    J’ai déjà noté « Le fusil de chasse » chez Manu mais je note ce titre aussi ;)

    • 21 juin 2011 at 0 h 49 min

      Ah ben je suis contente que ça plaise au moins à quelqu’un !! Nous et le rouge, c’est une grande histoire . Je m’interroge malgré tout sur le fond noir. N’est-ce pas trop agressif ?

      Sinon, je pense que ce recueil te plairait bien en plus !

  2. 21 juin 2011 at 1 h 29 min

    Ah non j’aime bien avec le noir ! Et puis le rouge et le blanc sont les couleurs du Japon ;)

    • 21 juin 2011 at 3 h 32 min

      Si j’ai ta caution ma zaz et celle des japonais ! :)

      Ben alors, t’es pas allée voir Nagui au fait ?

       

  3. 21 juin 2011 at 1 h 52 min

    C’est vrai, ça, c’est le chantier chez moi, tendance rouge  ( j’y pense, j’y pense, promis-juré-…)

    Comme Cynthia, j’avais noté Le fusil de chasse, alors celui-ci en plus, tout aussi joyeux…

    • 21 juin 2011 at 3 h 35 min

      Le chantier, le chantier… ? pas tout suivi là… Le chantier, comme les persos ?

  4. 21 juin 2011 at 1 h 57 min

    Je note ce titre ! j’aime beaucoup ce genre d’écriture !

  5. 21 juin 2011 at 3 h 35 min

    Non pas de Nagui, ni de Nolwenn ^^

  6. 22 juin 2011 at 9 h 30 min

    Hello !! Un billet suuuuuuuper intéressant chez moi pour la quinzaine nippone hihi. Voici le lien direct : http://lacavernedankya.canalblog.com/archives/2011/06/22/21371554.html

    • 22 juin 2011 at 4 h 05 min

      Intéressant et drôle, j’ai adoré !

  7. 22 juin 2011 at 9 h 45 min

    Ben oui, le chantier, ton blog est en travaux, ça surprend quand on arrive !

    • 22 juin 2011 at 4 h 05 min

      Ahvoui, d’accord, j’y étais pas du tout ! Choco à la masse…

  8. 22 juin 2011 at 2 h 11 min

    aaaaaaaaah j’aime beaucoup la nouvelle présentation 

    bon revenons à ton billet, vu ton enthousiasme pour la littérature japonaise, je vais m’y essayer à la rentrée – enfin je crois 

    • 22 juin 2011 at 4 h 10 min

      Ah, ça fait plaisir Niki, merci ! Que tu oses ENFIN lire du japonais, ça fait aussi plaisir ça !!! Ce recueil-ci serait parfait pour toi commencer :)

  9. 22 juin 2011 at 2 h 35 min

    J’aime beaucoup ta nouvelle déco ! Et je note ce titre à défaut de noter l’auteur, ce qui est déjà fait !

    • 22 juin 2011 at 4 h 10 min

      Toi aussi ! Bon, ça me rassure un peu tout ça ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *