Appelle-moi Ferdinand – Durieux / Bourhis / Conty

appelle-moi-ferdinand-01.jpg

 

Oscar est un homme banal. Il vit avec sa femme Claire qui ne le voit plus et le fait cocu, et ses filles adolescentes avec qui il n’a aucun dialogue. Depuis quelque temps, Oscar a changé : mutique, il semble être ailleurs quand on lui parle et cherche à s’isoler. ça ne semble interpeller personne jusqu’à ce qu’il pète réellement les plombs.

Car Oscar est malade : son cancer va le tuer bientôt. Ses proches l’ignorent encore mais Oscar est bien décidé à vivre tout ce qu’il s’est refusé de vivre jusqu’à présent.

 

 » J’ai peur de mourir mais toute ma vie j’ai eu peur de vivre. « 

 

Voilà une intrigue qui peut paraitre banale mais les apparences sont bien plus compliquées qu’elles n’y paraissent. Oscar a grandi avec le poids d’un père artiste peintre qui refuse que son fils l’appelle papa. Le Ferdinand en question ne semble pas avoir été un père exemplaire, écrasant sa progéniture d’un égocentrisme absolu qui laisse peu de place aux autres. Un père haï donc qui l’a bien malgré lui obligé à se contenter d’une vie minable et sans relief.

Aujourd’hui, Oscar n’a plus rien à perdre et se lance dans des expériences nouvelles sans plus se soucier des règles : saut en parachute, nuit sexuelle avec une call-girl, apprentissage du vélo, absentéisme de travail, vol dans les magasins, … et retrouvailles inopinées avec son père qu’il n’avait pas vu depuis de nombreuses années. C’est le temps de régler ses comptes… mais pas du tout de la manière que l’on pourrait imaginer…

 

« Toute ma vie je me suis acharné à ne pas lui ressembler… j’ai fait en sorte d’être responsable, pondéré, sérieux… exemplaire. Pour devenir qui ? Pour m’enorgueillir de quoi ? Quelle prétention… Je me suis planté sur toute la ligne… »

 

J’ai adoré cet album qui fut une mini claque. Je ne sais pas comment j’ai pu passer à côté à l’époque mais je remercie Yvan d’en avoir parlé et de m’avoir donné envie !

Vous l’aurez compris, la mort approchant, c’est l’heure des bilans. Notre héros ne parait pas très sympathique de prime abord. Pas très causant, il ne montre aucune chaleur envers ses proches qui le lui rendent bien. Pourtant cet homme qui décide de n’en faire qu’à sa tête et de profiter de ces derniers instants devient attachant. En dehors des dialogues, le lecteur s’appuie sur la voix-off d’Oscar qui énonce ses impressions et ses pensées. Ainsi, on rentre d’autant plus dans la peau du personnage. On découvre que le mal-être de toute sa vie vient d’une seule personne, son père, qui cristallise tous ses échecs. Ferdinand est un homme qui lui a tout volé jusqu’à sa fin de vie. Il hait l’être qu’il est devenu, tout en étant conscient d’être responsable de sa situation. Il ne veut plus être raisonnable et lâche libre cours à ses envies, à la limite du raisonnable.

Le dénouement de l’album est poignant et totalement inattendu, même si l’on devine le drame qui se profile.

 

L’histoire a été traitée dans des tons sépias, rehaussé à chaque case ou presque par des touches de couleurs fortes qui mettent ainsi en valeur tel ou tel élément. Cela donne un côté nostalgique à une histoire de vie qui semble déjà achevée.

 

« Appelle-moi Ferdinand » est un album qui secoue, loin des histoires classiques de mourants qui veulent partir sans regrets. Un album plein d’émotions qui décrit avec justesse sans une page de trop ou de moins le portrait d’un homme qui a laissé un autre diriger sa vie bien malgré lui. L’histoire d’un homme qui mourra avec ses regrets, ses erreurs et ses échecs.

 

A lire absolument !!

 

Les premières pages sont d’ailleurs à lire  ici

 

D’autres avis :

Yvan -



Appelle-moi Ferdinand

 Scénaristes : Hervé Bourhis / Christophe Conty
Dessinateur :D urieux, Christian
 Editions Futuropolis – Août 2009 – 64 pages – 16€


 

appelle-moi-ferdinand-04.jpg


appelle-moi-ferdinand-02.jpg

 

 

appelle-moi-ferdinand-03.jpg

 

palseches Challenge PAL sèches chez Mo’

 


19 comments for “Appelle-moi Ferdinand – Durieux / Bourhis / Conty

  1. 6 juillet 2011 at 0 h 14 min

    L’histoire m’accroche et j’aime beaucoup ce bleu associé au sépia. Cette BD va me plaire. 

    • 7 juillet 2011 at 0 h 33 min

      Elle est très dure mais c’est ce qui amène la claque aussi ! Il faut la lire !!

  2. 6 juillet 2011 at 0 h 18 min

    Voilà un avis qui fait plaisir.

    Je crois que tu risques également d’adorer « L’accablante appathie des dimanches à risbif » alors ;)  

    http://brusselsboy.wordpress.com/2010/03/30/gilles-larher-laccablante-apathie-des-dimanches-a-rosbif/

    • 7 juillet 2011 at 0 h 34 min

      T’inquiète Yvan ! Je suis ton blog même si je suis silencieuse question commentaires et j’avais bien repéré cet album ! :) Je ne l’ai pas précisé mais c’est le tien qui m’avait donné envie pour ce Ferdinand !

  3. 6 juillet 2011 at 0 h 34 min

    Le scénario m’attire plus que les dessins. C’est sûr que je vais essayer de la trouver cette BD ! 

    • 7 juillet 2011 at 0 h 37 min

      Ne t’arrêtes pas à ça, ça vaut le coup !

  4. 6 juillet 2011 at 1 h 00 min

    Je viens de vérifier, il est à la bibliothèque. Il me reste maintenant à m’assurer que la bibliothèque est bien ouverte en ce moment

    • 7 juillet 2011 at 0 h 38 min

      Bingo ! Je suis contente de vous avoir donné envie avec ce bel et difficile album !

  5. Mo'
    6 juillet 2011 at 1 h 08 min

    Yvan aussi m’a donné envie de lire cet album ! Ton avis conforte le sien, je crois que je plongerais dans cet ouvrage à la première occasion. De mon côté, j’aborde aussi la question de la mort aujourd’hui avec « Les funérailles de Luce »

    • 7 juillet 2011 at 0 h 45 min

      Il faut absolument que tu le lise ! Quant aux funérailles de Luce, c’est un album que j’ai beaucoup aimé et que je possède ! Un dont j’avais oublié de te parler ?

  6. 6 juillet 2011 at 1 h 25 min

    Tu m’as donné envie de découvrir cet album. C’est un thème très difficile à aborder en littérature et je suis intriguée de voir son traitement en BD…

    • 7 juillet 2011 at 0 h 47 min

      Plus qu’un album sur la maladie, c’est surtout sur les rapports d’un fils à son père et l’influence que cela a pu avoir sur sa vie. Le traitement est vraiment terrible ! (dans tous les sens du terme ^^)

  7. 6 juillet 2011 at 2 h 32 min

    Ton billet donne vraiment envie. A découvrir d’urgence.

    • 7 juillet 2011 at 1 h 10 min

      Oui d’urgence ! :)

  8. 7 juillet 2011 at 9 h 39 min

    Je note !!

  9. 8 juillet 2011 at 0 h 49 min

    après un billet pareil… je note !

    • 9 juillet 2011 at 6 h 51 min

      Ah oui ! Il le faut !!

  10. 4 août 2011 at 5 h 35 min

    Moi aussi, je suis passée à côté car je ne l’avais jamais vu avant de le découvrir sur les blogs et depuis, il est noté … avec mon retour de vacances, j’ai plein de choix pour les emprunts à la biblio :)

    • 5 août 2011 at 1 h 09 min

      Je vais me régaler de les découvrir chez toi :) Franchement, celui-ci est à ne pas rater…

Comments are closed.