Sous l’eau, l’obscurité – Yoon-sun Park

sous-l-eau-l-obscurite-01Corée, années 80. Min-Sun, huit ans, habite en banlieue de Séoul avec sa grande sœur Min-Jin et ses parents. Comme tous les autres enfants du quartier, elle fréquente les cours de natation. Cependant, Min-Sun végète dans la section « canard » des débutants. C’est que la piscine, elle n’aime pas ça. Petite fille solitaire qui souffre de la comparaison avec sa grande sœur qui réussit tout, elle se sent transparente et inférieure aux autres et ses façons de se faire remarquer sont souvent maladroites et malvenues. Son père est quasiment absent et sa mère est bien trop accaparée par ses histoires d’argent et de bourse pour s’occuper d’elle, si ce n’est pour l’encourager à devenir une meilleure nageuse. La petite Min-Sun se sent donc bien seule et son enfance se déroule dans un contexte bien triste que viendra finalement égayer une autre gamine rejetée.

A travers la tranche d’enfance de Min-sun, on découvre une Corée du Sud contemporaine sous un jour des moins heureux. Les bâtiments et les logements sont des parallélépipèdes froids et austères. La société coréenne valorise avant tout l’argent et la réussite. Les enfants sont incités constamment à devenir les meilleurs et la notion de compétition pèse dès le plus jeune âge. Les relations entre parents et enfants sont rigides et exempt de toute chaleur.

C’est dans cette environnement que grandit Min-Sun, qui porte aussi les soucis et les interrogations de son âge. L’album est centrée sur cette petite fille et ses sentiments. Elle est d’ailleurs la narratrice de cette histoire et nous fait partager la moindre de ses impressions : tristesse, déception, colère, et surtout la solitude. Rabrouée par sa grande sœur, oubliée par sa mère, évitée par ses camarades de classe, Min-Sun peine à trouver sa place dans un monde qui ne valorise que les gagnants.
Se dresse ainsi un portrait très touchant d’une petite fille émouvante qui se débat dans ses problèmes.
On y retrouve ici une enfance universelle avec ses jalousies, ses disputes, ses questions, le besoin d’affection et d’exister pour les autres, son envie de faire partie du groupe comme de s’en distinguer.

Beaucoup de lecteurs n’ont pas su s’attacher à Min-Sun à cause d’une froideur, d’une absence de sentiments que j’ai dû mal à comprendre. Pour ma part, j’ai été extrêmement touchée par cette petite coréenne dans laquelle je m’identifie pleinement. J’ai trouvé au contraire qu’on ressentait parfaitement la moindre de ses émotions, présentées avec pudeur et parfois non-dits. Suis-je plus sensible que d’autres justement à ces fameux non-dits ? Dans tous les cas, j’ai vibré avec elle, j’ai détesté, je me suis accroché en sa compagnie et j’ai refermé cet album gardant toute la tristesse que cet album contenait.

Le graphisme est plus déstabilisant. La très belle couverture annonce des dessins dans une palette de bleus et de blancs exclusifs qui rappelle l’élément centrale de l’eau et de la piscine. Si les couleurs sont très agréables, la physionomie des personnages m’a semblé moins heureuse. Réduits à leur plus simple expression, les détails de leur corps sont souvent absents ou juste suggérés. Les mains et les pieds sont esquissés ou laissés blancs, les visages sont réduit à quelques traits symbolisant les différents orifices. Malgré tout, les personnages ne sont pas dénués d’expression.

Au final, si le dessin ne m’a pas complètement convaincue, j’ai trouvé le scénario plus qu’intéressant et touchant. Pour moi, Sous l’eau, l’obscurité est un bel album intimiste qui, au-delà du portrait sans concession d’une Corée en pleine poussée économique, se révèle être la chronique d’une enfance blessée par la solitude.
A vous de vous faire votre propre avis !

Merci à Mo’ de m’avoir transmis cet album et à Jérôme de l’avoir fait voyager !

 

D’autres avis :
Mo’JérômeLiyah qui sont mitigés
Catherine qui a apprécié

Liens :
Interview de l’auteur

 

 

sous-l-eau-l-obscurite-04

sous-l-eau-l-obscurite-02

sous-l-eau-l-obscurite-03

-

 Sous l’eau, l’obscurité
Yoon-Sun Park
Editions Sarbacane
Mars 2011
160 pages
19,50€

 

 

palsechesChallenge PAL sèches chez Mo’

 

Women-bdChez Théoma

 

14 comments for “Sous l’eau, l’obscurité – Yoon-sun Park

  1. 29 juillet 2011 at 8 h 54 min

    Oui il est bizarre cet album. Y’a du fonds mais y’a quelque chose qui fait que la majorité des gens n’accroche pas. Le graphisme sans doute qui est un peu froid comme tu le dis.

    • 29 juillet 2011 at 2 h 08 min

      T’avais fait un billet ? car je ne l’ai pas trouvé.

      Ouais, il manque un truc mais bon, au final, j’ai quand même beaucoup aimé cet album. Pour le coup, le souci du dessin ne m’a pas trop gênée !

       

  2. 29 juillet 2011 at 2 h 26 min

    Ah non j’avais pas fait de billet. Je l’ai lu mais mon temps est compté donc je fais pas un billet à chaque lecture ! Surtout en BD, je mets que mes coups de coeur car sinon j’y passerai ma vie !

    • 30 juillet 2011 at 2 h 01 min

      Oui, je sais que tu zappes plein de lecture faute de temps mais je demandais au cas où je l’aurais raté ! :)

  3. 29 juillet 2011 at 0 h 37 min

    Je dois avouer que les planches que tu montres ne m’emballent pas plus que ça… Cela dit, l’histoire parait touchante, à voir donc…

    • 30 juillet 2011 at 2 h 04 min

      C’est sûr, le dessin est très particulier et il m’a un peu genée mais l’histoire m’a complètement emportée pour finir !

  4. 29 juillet 2011 at 2 h 57 min

    Content de voir que l’album t’ait plu. Ton analyse très fine me pousse à porter un nouveau regard sur ce titre. Un très beau billet en tout cas !

    • 30 juillet 2011 at 2 h 06 min

      Merci à toi de l’avoir fait voyager ! C’est vraiment bizarre que vous soyiez resté froid devant cette petite fille. Comme tu le vois, elle m’a vraiment beaucoup touchée !

  5. 4 août 2011 at 6 h 11 min

    Il n’est pas à la biblio pour le moment et comme les avis sont assez mitigés (tu es la seule à être vraiment positive), un achat n’est pas prévu ! Je vais déjà d’abord lire tous les albums qu’on a ;)

  6. Mo'
    16 août 2011 at 5 h 38 min

    Merci pour cet échange autour de l’album M’dame, et merci d’avoir finalisé ton billet. Comme Jérôme, tu me forces à prendre d’avantage de recul sur cette lecture.

    • 17 août 2011 at 0 h 36 min

      Damned, le retour de Mo’ ! La BD va retrouver son activité ^^

      Merci à toi pour cette découverte. JE ne suis pas sure d’avoir donné envie à quelqu’un mais je suis contente d’avoir pris plus de plaisir que vous !

  7. Mo'
    17 août 2011 at 3 h 40 min

    D’un autre côté, ce n’était pas difficile de l’apprécier plus que nous

    Il va voyager vers qui… hein ?? ^^ Et l’autre, tu l’as reçu ???

    • 17 août 2011 at 4 h 41 min

      nan, pas reçu l’autre. Visiblement Lystig est en train de lire, si j’en crois son billet.

      J’ai proposé le voyage à Joelle qui semblait intéressée mais elle n’a pas rebondit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *