Cette main qui a pris la mienne – Maggie O’Farrell

cette-main-qui-a-pris-la-mienne-01.jpgMilieu des années 50. Alexandra, 21 ans, ne rêve que d’une chose : quitter sa campagne du Devon insipide et les récriminations maternelles pour aller à Londres. Elle croise par hasard, un jeune londonien en panne, Innes Kent qui bientôt lui ouvrira les portes de la  vie londonienne. En effet, nous retrouvons la jeune femme quelques mois plus tard dans la capitale et c’est Innes, charmé par Lexie (comme il l’a surnomme) qui va l’initier à la vie moderne. Rédacteur en chef d’une revue d’art, il va l’embaucher comme secrétaire, lui apprendre le journalisme. Devenue son amante, Lexie prend son envol mais c’est sans compter les hasards malheureux de la vie…

Parallèlement à l’histoire de Lexie et 40 ans plus tard, nous découvrons le nouveau quotidien d’Elina. Elle vient d’accoucher dans des circonstances difficiles et semble totalement perdue devant cette maternité qu’elle ne comprend pas totalement. Ted, son mari, est sujet à d’étranges réminiscences ou absences qui perturbent de plus en plus sa vie de famille. N’ayant aucun souvenir de ses années précédant ses 9 ans, sa nouvelle paternité le renvoie à ses propres parents et réactive des souvenirs perdus.

Les 2 histoires sont bien évidemment liées mais ce n’est qu’à la fin de l’ouvrage que le lecteur découvrira ce qu’il en est réellement.

 

Après la lecture de 2 précédents romans de Maggie O’Farrell ( La distance entre nous ; La disparition d’Esme Lennox), ce nouvel opus m’a séduit tout autant même s’il n’en devient pas mon préféré.

On retrouve ici le type de construction qu’elle aime employer : 2 narrations différentes qui finissent par se recouper d’une manière ou d’une autre.

Nous suivons ici 2 parcours à 50 ans de distance. Lexie personnifie la jeune femme qui s’émancipe en faisant fi des règles de l’époque. Elle vit avec un homme marié, plus âgé que lui qui plus est, fait un enfant presque toute seule et l’assume avec force et courage. J’ai aimé cette figure maternelle qui fait preuve de combativité et ne s’en laisse pas compter. La relation qu’elle noue avec son enfant est forte et semble même l’aider à se dépasser.

Bien plus tard, c’est au tour d’Elina d’être mère. Artiste peintre, son accouchement et la mort vue de près l’a complètement déstabilisée. Son attitude envers le bébé nous fait craindre le pire. On découvre à travers elle la naissance du sentiment maternel, la difficulté d’y faire face mais aussi les petits bonheurs qu’une naissance offre. Alors qu’elle reprend pied pourtant, c’est son mari qui commence à réagir étrangement. Un drame se prépare mais sûrement pas celui auquel on s’attendait.

Tout l’art de l’auteur est là : la manière dont elle alterne les 2 intrigues et provoque chez le lecteur l’attente du petit détail qui nous permettra de comprendre le lien.  Si on connaît assez rapidement le sort de Lexie qu’elle révèle en avance, O’ Farrell prend son temps pour fusionner les différents destins de ses personnages et se plaît à décrire avec force détail leur destinée. Mais loin de faire traîner en longueur son roman, elle nous raconte avec beaucoup de sensibilité leur vie, leurs attentes, leurs espoirs et leurs déceptions. On se passionne pour chacun, on les voit grandir, mûrir, apprendre à être mère ou père.

Une fois de plus, c’est encore une histoire de secret de famille et de non-dits qui bouleversera les vies de chacun. Pour ma part, la révélation finale qu’on finit par soupçonner a réussi à me surprendre et m’a laissé la gorge bien serrée devant l’émotion du personnage.

 

Si je n’ai pas eu de coup de coeur, j’ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce roman qui prend son temps pour raconter les destins de plusieurs femmes, pour évoquer à des époques différentes les questionnements de la filiation et de la transmission. On pourra même y trouver une évocation lointaine de la création et de l’artiste, avec le personnage d’Elina. Son écriture est toujours fluide et se laisse aborder sans difficultés. On regrettera peut-être un petit manque d’originalité et on pourrait lui reprocher de ne pas se renouveler dans la construction de ses textes. Néanmoins, Cette main qui a pris la mienne vaut d’être découvert tant pour l’émotion qui en ressort que pour la belle analyse de la maternité et de la paternité.

 

 

D’autres avis :

CathuluYsAntigoneClaraAifelleMélopéeLeiloona -

 

 

Titre : Cette main qui a pris la mienne

Auteur : Maggie O’Farrell

Editeur : Belfond

Parution :Avril 2011

Pages : 418

Prix : 21,50€


 

prix lectrices ELLE

30 comments for “Cette main qui a pris la mienne – Maggie O’Farrell

  1. 23 août 2011 at 7 h 00 min

    Il est toujours noté sur ma LAL même si il est vrai que la trame semble très proche de celle d’Esme Lennox ;)

    • 24 août 2011 at 0 h 47 min

      la construction oui mais le sujet est tout de même différent même si on retrouve l’idée du secret de famille !

  2. 23 août 2011 at 7 h 04 min

    Un roman qu’on a beaucoup vu sur les blogs et qui me tente toujours… Je n’ai rien lu de cette auteure, peut-être que je devrais commencer par un autre titre non ?

    • 24 août 2011 at 0 h 49 min

      Oui, j’arrive un peu en retard ! C’est une auteur que j’avais découvert par les blogs et au bout de 3 romans, je continue de l’apprécier ! Pour le moment, j’ai une petite préférence pour Esme s’il te faut débuter :)

  3. keisha
    23 août 2011 at 7 h 56 min

    Une construction déjà vue, oui.

    le prix Elle démarre bien!

    • 24 août 2011 at 0 h 49 min

      Hum, faut voir, ne nous emballons pas ^^

  4. 23 août 2011 at 8 h 12 min

    Mon préféré reste « la disparition d’Esme Lennox » mais celui-ci est vraiment bon aussi.

    • 24 août 2011 at 0 h 50 min

      Pareil ! Mais il m’en reste un autre à découvrir au moins : Quand tu es parti

  5. 23 août 2011 at 8 h 32 min

     

    J’ai terminé il y a peu « L’étrange disparition d’Esme Lennox » que j’ai adoré. Alors que je n’avais pas aimé « La maîtresse de mon amant ». Les livres de cette auteure sont d’une qualité inégale je trouve. Mais j’ai bien l’intention de découvrir celui-ci – peut-être quand il sera sorti en poche :-) .

    • 24 août 2011 at 0 h 57 min

      Ah je ne connais pas ce titre là. En tout cas, pour le moment, ceux que j’ai lu ne m’ont pas déçus.

  6. 23 août 2011 at 0 h 06 min

    J’ai beaucoup aimé ce livre, mais j’ai remarqué qu’avec un auteur le roman de la découverte restait souvent le préféré. ;)

    • 24 août 2011 at 1 h 03 min

      Oui, je crois que ta remarque est très juste !

  7. 23 août 2011 at 2 h 13 min

    On peut lui reprocher un manque d’originalité par rapport à la construction…Il s’agit du premier livre de cette auteure que j’ai lu !

    • 24 août 2011 at 1 h 05 min

      Oui tout à fait, il ne faudrait pas que ça devienne un tic d’écriture, ça serait dommage !

  8. 24 août 2011 at 9 h 36 min

    Je les ai tous notés mais je pense commencer par L’étrange disparition d’Esme Lennox ! Je dis ça mais je trouve un des autres titres dispos à la biblio, je ne ferai pas la fine bouche ;)

    • 24 août 2011 at 8 h 51 min

      Non, je pense qu’ils sont tous intéressants, je n’ai pas encore été déçue pour le moment !

  9. 24 août 2011 at 1 h 13 min

    J’ai déjà lu ses autres romans, au moins trois d’entre eux, et je lirai sûrement celui-ci mais rien ne presse…

    • 24 août 2011 at 8 h 52 min

      Rien ne presse, je dirais pareil :)

  10. 24 août 2011 at 7 h 31 min

    C’était mon premier Maggie O’Farrell et j’ai été déçue. J’avoue que je traîne un peu des pieds pour relire l’un de ses romans.

    • 24 août 2011 at 8 h 52 min

      Ah mince ! Qu’est-ce qui t’avais déplu ? Tu as trouvé trop long à se mettre en place peut-être ?

  11. 25 août 2011 at 6 h 03 min

    C’est super de faire partie de ce jury, j’aimerais beaucoup. J’aime bien cette auteure également mais j’ai envie d’abord de lire cette histoire autour d’esme Lennox.

    • 26 août 2011 at 8 h 32 min

      Essaie de tenter ta chance l’année prochaine ! Je l’ai fait un peu par hasard et ça a marché !

  12. 25 août 2011 at 9 h 10 min

    Une auteure que je souhaite découvrir.

  13. 28 août 2011 at 9 h 10 min

    Zut, zut, mes billets pour le Prix Elle étaient programmés (je suis aprtie en vacances) et les tiens n’étaient pas encore parus, du coup je n’avais pas pu mettre tes liens ! Mais pour le doc’,, mon avis doit paraître ces jours-ci, je pourrai donc remettre ton lien ! ;)

    • 28 août 2011 at 2 h 39 min

      Pas grave ! Moi non plus, du coup, je n’avais pas tes liens… mais je vais les rajouter :)

  14. 28 août 2011 at 1 h 44 min

    Il m’intrigue depuis un moment, j’attendrai tranquillement sa sortie poche.

    • 29 août 2011 at 2 h 17 min

      Si tu as aimé ces précédents, tu aimeras celui-ci ! C’est vraiment dans la même veine !

  15. 16 septembre 2011 at 2 h 12 min

    Quand tu es parti, fut mon coup de coeur de cette auteure mais c’était le 1er que je lisais, du coup j’ai été un peu déçue par Esmé. Je pense que je lirais celui-ci mais pas de suite …

    • 18 septembre 2011 at 1 h 06 min

      Comme souvent, c’est le premier roman lu de l’auteur qui reste notre préféré !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *