3 secondes – Marc-Antoine Mathieu

3-secondes-01.jpgImaginez : vous suivez le parcours d’un rayon de lumière se réfléchissant  sur la moindre surface qui croise son parcours.

Imaginez que ce parcours de 3 secondes soit ralenti et découpé de manière à vous permettre de voir à taille humaine l’environnement qu’elle parcoure.

Imaginez que cet environnement que vous découvrez contient en son sein l’intrigue d’un meurtre, ses protagonistes et ses raisons.

Imaginez que c’est à vous de démêler le pourquoi du comment en faisant preuve d’observation.

Vous obtiendrez l’album 3 ».

 

Difficile d’expliciter mieux cet album hors-norme et très conceptuel. 3  » est un album sans paroles qui place le lecteur au coeur du trajet d’un photon et va lui permettre de suivre le trajet de la lumière sur 3 secondes. Un trajet pas anodin qui va traverser une ville de divers côtés et former peu à peu un scénario que le lecteur va devoir reconstituer. 

Par exemple, vous partez d’un oeil dans lequel se reflète le téléphone portable que tend devant lui le personnage ; téléphone qui lui-même reflète la scène qui se passe derrière le personnage, scène qui contient un miroir, etc…  Vous allez ainsi sauter d’une surface réfléchissante à une autre, dans une sorte de travelling zoomé. A vous d’observer attentivement les éléments du décor et de reconstruire un récit de manière linéaire à l’aide des différents indices.


L’intrigue en elle-même se base sur un scandale qui parait dans la presse et va entraîner la suppression de celui qui dérange. Qui est visé ? POurquoi ? Quels sont les commanditaires ? A vous de le découvrir !

Une intrigue qui, il faut bien le reconnaître, ne s’avère pas fort originale et laisse quelque peu froid.

Mais pour autant, l’intérêt de l’album est ailleurs. Vous l’aurez compris, il s’agit de la construction extrêmement ingénieuse que Marc-Antoine Mathieu a donné à cette histoire. Habitué aux expérimentations graphiques, il compose à travers des planches de 9 cases, un parcours étudié qui donne toutes les clés au lecteur à coup de ricochet lumineux.

En effet, en suivant les reflets de la lumière, le lecteur va avoir droit à différents angles de vue d’une même scène, complétant ainsi à chaque page les informations distillées sur la scène. Je dirais même les scènes. Car outre, la scène centrale, la lumière va se balader aux alentours, dans le ciel, dans d’autres bureaux, etc… offrant ici encore d’autres pistes.

3 secondes qui paraissent peu, d’un point de vue temporel, mais MAM réussit à faire sensiblement avancer les faits décrits. Par exemple, nous pouvons voir l’avancée d’une balle tiré d’un pistolet. Des secondes tout à fait essentielles qui vont amener les suppositions du début à une autre conclusion finale.

Bref, toute la difficulté et la prouesse de cet album est de tracer un découpage cohérent qui donne à chaque planche des indices pertinents pour le lecteur avec la contrainte de la réfléction de la lumière. Mais aussi, en dehors du scénario lui-même,c’est la justesse et la cohérence des images entre elles. Certaines images sont des reflets, des reflets de reflet. Le sens gauche / droit des décors doit être respecté.Le lecteur doit d’ailleurs se munir d’un miroir afin de découvrir certains indices.

Tout a été extrêmement calculé donc et a dû nécessiter une somme de travail !

 

On pourra noter également de nombreux clins d’oeil qur l’auteur a distillé tout le long. On peut relever Nikki de Saint-Phalle ou Anish Kapoor par exemple. On croisera aussi un certain Cantona dont l’anagramme du nom se retrouve chez tous les personnages (Tony Carcena, Carine Tonca, …). Sans compter tous les autres que de nombreux lecteurs s’acharnent à débusquer sur le forum dédié :)

 

Ce qu’il faut indiquer également, c’est que l’album possède un pendant numérique accessible grace à un code situé à l’intérieur. Le site en question vous permet de vivre la même expérience graphique mais sans la coupure de la page dans une sorte de zoom infini (ou presque !) que vous pouvez ralentir ou accélérer, ou même revenir en arrière. Une vidéo graphique intéressante mais qui ne m’a, pour ma part, rien apporté de plus par rapport à l’album papier.

 

Pour moi, s’il ne m’a pas totalement convaincu sur l’histoire en elle-même qui reste un poil légère de par le concept de l’album, 3  » est vraiment un chef d’oeuvre au niveau de la construction !

De plus, j’ai aimé que MAM mette ici le lecteur au centre de l’action. Loin de demander la lecture passive habituelle, l’auteur pousse son lecteur à réfléchir et d’une certaine façon à construire lui-même l’intrigue. Tout n’est pas donné dans cet album et finalement il y a un certain travail créatif à fournir. Un album qui ne se lit pas en 3 secondes donc !

Un album à l’expérimentation narrative et graphique fortes dont on parle beaucoup actuellement mais, pour une fois, à juste titre. N’hésitez pas !

 

D’autres avis :

Mo’NouketteLunchAntigoneYaneckmec d’AlfieLelf -

 

  3 secondes 03

 

 

3-secondes-02.jpg

 

3 secondes 04

 


Titre : 3  »

  Dessinateur / scénariste : Marc-Antoine Mathieu

Editeur : Delcourt

Parution : Septembre 2011

   80 pages 

Prix : 14,95€


 

bd du mercredi p>

 

 

Merci à Babelio et à Delcourt !

 

 

30 comments for “3 secondes – Marc-Antoine Mathieu

  1. Mo'
    5 octobre 2011 at 7 h 10 min

    Toi aussi tu as fait la lecture avec un miroir ! Je n’avais pas oser l’avouer dans ma chronique. Sinon, tues effectivement bien plus convaincue que moi par cet album. Si j’ai aimé l’investissement qu’il nous demande, nous positionnant en tant qu’investigateur et donc acteur, le coté émotionnel me manque cruellement

    • 5 octobre 2011 at 4 h 03 min

      Au début, je faisais la transcription dans la tête… mais à force, ça devenait compliqué et j’ai eu peur de rater des infos cruciales ! Pas de honte à avoir, moi je dis :)

      Bon sinon je reconnait que ça manque un peu de contenu et d’émotions mais j’ai su trouver mon plaisir ailleurs, pour une fois !

  2. 5 octobre 2011 at 7 h 27 min

    je suis vraiment tentée ! je n’arrive pas à la trouver… il me faudra sans doute retourner à la librairie le commander !

    • 5 octobre 2011 at 4 h 04 min

      Je suis vraiment étonnée, c’est un albums importants de la rentrée. Si ton libraire ne l’a pas, il faut changer de… libraire ! ^^

  3. 5 octobre 2011 at 7 h 38 min

    Encore un avis plus que positif sur ce titre. Un incontournable de l’année 2011 ?

    • 5 octobre 2011 at 4 h 04 min

      Incontournable, je ne sais pas mais important, oui !

  4. 5 octobre 2011 at 7 h 59 min

    Décidément! Impossible d’y échapper et je ne comprends toujours pas bien comment le lecteur peut être partie prenante de l’histoire! A voir! 

    • 5 octobre 2011 at 4 h 06 min

      Et oui ! L’éditeur a fait une belle campagne de pub ! Moi aussi, j’avais du mal à me rendre compte du concept avant de l’ouvrir ! J’ai essayé d’expliquer au mieux mais pas suffisamment apparemment

  5. 5 octobre 2011 at 8 h 14 min

    Quel billet intriguant ? Et quelle intrigue originale ! Je suis conquise !  :)

    • 5 octobre 2011 at 4 h 06 min

      Ce n’est pas l’intrigue qui est originale mais sa conception graphique surtout ! :)

  6. 5 octobre 2011 at 8 h 49 min

    Album de l’année? Pas sûr…. C’est excellent et conceptuel, mais ça souffre quand même grandement au niveau du scénario. Ca reste très bon dans le concept, mais encore un peu limité.

    • 5 octobre 2011 at 4 h 08 min

      Ah mais, je n’ai pas dit que c’était l’album de l’année ! Elle est effectivement un peu light côté scénario mais l’inventivité graphique est assez originale pour être souligné avec insistance ! Mais bon, après on connait ton amour des BDs sans paroles

  7. 5 octobre 2011 at 9 h 04 min

    Trop conceptuel pour moi, je crois.

  8. 5 octobre 2011 at 9 h 45 min

    J’adore le concept mais pas suffisamment pour l’acheter … il me faut un peu plus qu’une idée originale (une histoire intéressante n’est pas négligeable ! mdr !). Mais j’espère bien le lire le jour où la biblio l’achètera (et je vais pousser à la roue de ce côté-là !)

    • 5 octobre 2011 at 4 h 14 min

      L’histoire n’est pas inintéressante mais elle n’est pas le point central de l’album, je dirais !

  9. 5 octobre 2011 at 0 h 14 min

    déjà un article en ligne ! Je suis époustouflé par la rapidité de certains. Le mien est mis de côté chez mon libraire, faut juste que je trouve le temps d’y aller et après de le lire et après de faire la notice…. pfffff. Pourtant j’ai hâte de découvrir ce travail qui sort de l’ordinaire. Ta chronique me mets encore plus la pression !

    • 5 octobre 2011 at 4 h 17 min

      Oui, enfin je suis loin d’être la première ! C’est grace au partenariat sinon, je l’aurais ouvert plusieurs mois après sa sortie ! Je suis vraiment curieuse de lire ton avis. Seras-tu du groupe des bluffés ou de ceux qui vont regretter un scénario digne de ce nom… ?

  10. 5 octobre 2011 at 3 h 36 min

    Je suis d’accord avec toi en ce qui concerne le scénario, c’est vraiment la technique du zoom qui m’a plu.

    • 5 octobre 2011 at 4 h 18 min

      Oui, je crois que c’est ce qui ressort en majorité dans les avis.

  11. 5 octobre 2011 at 4 h 21 min

    En fait, je répondais à un commentaire fait avant moi. ^^
    Oui, je ne suis pas fan des bd sans paroles, mais Chabouté et Tout Seul m’a démontré que ça pouvait être intéressant.

    Là, je note surtout la prouesse technique.

    • 5 octobre 2011 at 7 h 40 min

      Ah oui pardon ! ^^

      Aaah Tout seul, un de mes chef d’oeuvre pour le coup !

  12. 5 octobre 2011 at 4 h 43 min

    Sacré concept, oui, même si le sujet, corruption et tutti quanti dans le monde du football n’est pas des plus fôlichons !

    • 5 octobre 2011 at 7 h 43 min

      C’est sûr, pas folichon et pas super original.

  13. 5 octobre 2011 at 5 h 28 min

    Très conceptuel et pas franchement convaincant niveau scénario. Le sens fait cruellement défaut à tout cela. En tout cas, elle est omniprésente cette BD en ce moment 

    • 5 octobre 2011 at 7 h 50 min

      Je viens d’aller lire ton avis :) Je te trouve bien dure même si je comprends que l’histoire n’est pas méga passionnante outre mesure. Le côté artificiel de l’intrigue, comme tu le soulignes, ne m’a vraiment génêé car pour ma part, j’attendais vraiment une démonstration graphique. Après, c’est sûr que si on attend une histoire consistante qui fait réfléchir sur le sujet, on en est loin. C’est jutement sur la forme et non le fond que le dessinateur nous interpelle .

  14. 5 octobre 2011 at 1 h 23 min

    Je n’hésite pas, je n’hésite pas !!! Je dois juste trouver le temps d’aller l’acheter… 

    • 8 octobre 2011 at 2 h 58 min

      Par d’urgence, tu ne dois pas manquer de lectures, je suppose ! :)

  15. Gene
    6 octobre 2011 at 3 h 50 min

    Ahhh Marc Antoine Mathieu!!!! Je suis assez de vos avis quant à cet album; c’est le premier que je n’ai pas acheté. Mais son travail « Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves » est juste formidable; je m’y replonge avec plaisir et j’y fais encore des découvertes. Prouesse technique de la narration et beauté des illustrations en noir et blanc qui ne sont pas si simples qu’elles le paraissent;  mais l’ensemble est basé sur un véritable scénario, qui a le temps de se développer dans les 5 albums.

    • 8 octobre 2011 at 3 h 18 min

      Oui, je crois que c’est le reproche récurrent qui est fait à cet album : le manque d’un scénario consistant. Après, il y a ceux qui réussissent à en faire abstraction pour apprécier le travail graphique de manière idépendante, comme moi, et ceux pour qui ça manque cruellement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *