Ramayana, la divine ruse – Sanjay Patel

ramayana 01Le Ramayana est une des plus grandes légendes mythologiques de l’Inde. Ce grand texte épique d’inspiration hindouiste aurait été écrit au VIème siècle par un certain Valmiki mais sa datation prête encore à discussion. C’est un texte très long (48 000 vers…) qu’il est difficile d’appréhender dans son entier.

Pourtant tous les indiens la connaissent, même par petits bouts. Enfants et adultes se la transmettrent souvent oralement et les grands épisodes se récitent souvent par coeur agrémentés de scènes très visuels.

 

L’histoire, là voilà, dans ses grandes lignes : Ravana, un démon ivre de pouvoir, muni de 10 têtes et du double de bras, médita pendant plusieurs milliers d’années afin de pouvoir obtenir auprès des dieux la formulation d’un voeu. Brahma finit par exaucer son voeu de ne pouvoir être vaincu ni par un dieu, ni par un démon. Grace à son nouveau pouvoir, Ravana libère des démons des ténèbres qui, bientôt, envahissent l’univers. La Terre finit par se plaindre et le dieu de la justice, Vishnu, intervient. Ravana ne pouvant être neutralisé par un dieu, Vishnu décide de se réincarner sous la forme d’un avatar : Rama. Rama nait une famille royale et grandit entouré de ses frères. Il épouse la belle Sita et vit heureux jusqu’au jour où une des reines du royaume exige qu’il soit exilé au profit d »un de ses fils qu’elle désire voir accéder au trône. Rama, suivi de son demi-frère Lakshman et de Sita quittent le royaume et errent dans la jungle. Mais bientôt, c’est le démon Ravana qui enlève Sita pour la faire sienne. Rama et Lakshman, aidés du singe blanc Hanuman et de Jambavan, l’ours noir, se mettent à la recherche de la jeune femme. Après une longue et célèbre bataille, le prince exilé Rama réussit à tuer le démon, avant de retrouver le trône qui lui était dû.

 

Vous l’avez compris, c’est une grande fresque épique que ce Ramayana. Sanjay Patel, qui travaille pour les studios Pixar, s’est pris de passion pour cette histoire. C’est un homme que la lecture endort et pourtant, il s’est lancé dans l’adaptation illustrée de ce conte. Bien conscient que peu de personnes peuvent suivre le texte original dans son entier, il a choisi de présenter « une version bien plus courte et subjective de cette mythologie ».

Et de fait, l’ouvrage est une grande réussite !!

 

L’album n’est pas exactement une bande dessinée : il pourrait tout aussi bien être catégorisé en album jeunesse car il se présente plus comme une suite d’illustrations accompagnées de textes.

Le texte, parlons-en : l’auteur a su retranscrire toute la saveur du mythe d’origine en simplifiant l’histoire sans l’édulcorer. La narration est courte et ne s’encombre pas de détails superflus et trop compliqués pour les néophytes en mythologie indienne. Les principaux dieux sont présentés, les rares termes indiens expliqués ou traduits. la lecture se fait avec fluidité et le lecteur ne se perd pas en route !


Mais l’atout majeur de cet album est à trouver dans les illustrations, absolument surprenantes et fabuleuses !

Le style peut vraiment déstabiliser au début mais se révèle habile et convient parfaitement à cette histoire foisonnante. Les illustrations s’avèrent en effet très colorées. Les personnages, les décors sont constituées à partir de formes simples rondes ou géométriques. Mais loin de donner une ambiance académique, l’auteur fait preuve d’une grande inventivité qui met en scène le tout avec une très grande originalité. Renouant avec la tradition picturale indienne, Sanjay Patel revisite le mythe ancestral pour lui donner un véritable souffle de modernité.

Les personnages sont extrêmement expressifs, l’action est ultra dynamique . Les mots sont presque parfois inutiles tant l’histoire passe naturellement dans les images. Le texte se place d’ailleurs le plus souvent dans un cadre de couleur, sur le côté de l’illustration. Mais on trouve aussi des illustrations pleine page ou en double page, sans texte, accentuant ainsi un peu plus la valeur de l’image.

 

Enfin, le dernier quart de l’ouvrage se veut un peu plus didactique et apporte un intéressant bonus en présentant un glossaire explicatif des différents dieux et personnages présents dans l’histoire.

Suivront ensuite quelques pages de croquis préparatoires, avant le travail sur les formes et la mise en couleurs par ordinateur, qui permettent de se rendre compte de la masse de travail pour un album qui a demandé 4 ans d’effort.

 

Ramayana, la divine ruse est véritablement un petit bijou d’inventivité au style graphique détonnant qui s’adresse à un large public, enfant comme adulte. Permettant de (re)découvrir un des mythes indiens les plus importants, il offre au lecteur de pénétrer avec une grande facilité dans une mythologie pas toujours facile à appréhender. Un album d’une grande richesse qui donne vie à la légende. Bref, une découverte éblouissante ! Je vous la recommande chaleureusement !

 

 

Lien :

Vous pouvez feuilleter les premières pages sur le site de l’éditeur.


 

ramayana-03.jpg

 

 

ramayana-02.jpg

 

 

ramayana-04.jpg

 

ramayana-05.jpg

 

ramayana-06.jpg

 

 

ramayana-07.jpg

 

 

ramayana-08.jpg

 

 

ramayana-09.jpg

 

 


Titre : Ramayana, la divine ruse

  Auteur : Sanjay Patel

Editeur : Ankama

Parution : Octobre 2011

    184 pages 

Prix : 29,90€


 

bd du mercredi

 

 

Un grand merci à Babelio pour ce partenariat !

 


26 comments for “Ramayana, la divine ruse – Sanjay Patel

  1. 21 décembre 2011 at 8 h 05 min

    Les dessins que tu montres sont super beaux, mais je trouve que 30 € c’est un peu cher.

    • 21 décembre 2011 at 1 h 53 min

      Oui je comprends mais l’album est très épais, le papier de qualité. Ceci explique celà, j’imagine.

  2. 21 décembre 2011 at 0 h 33 min

    Je ne connais strictement rien à la mythologie indienne et du coup, je note cet album : les couleurs et les dessins sont vraiment pleins de dynamisme :)

    • 21 décembre 2011 at 1 h 59 min

      Je trouve que c’est une excellente introduction ! Elle pose vraiment les bases de toute une partie de la mythologie indienne.

  3. 21 décembre 2011 at 0 h 52 min

    C’est très très beau mais je ne suis pas spécialement fan de la mythologie et des textes fondateurs. Pas certain d’apprécier…

    • 21 décembre 2011 at 2 h 00 min

      Ah, dommage…J’avoue que l’Inde m’a longtemps passionnée, je suis le lecteur cible ! :)

  4. 21 décembre 2011 at 0 h 56 min

    Très bel album aux dessins surprenants d’abord mais que je trouve beaux, maintenant , dans un deuxième temps.  L’histoire que tu résumes me permet enfin de commencer à comprendre un peu mieux ce qui se raconte dans cette mythologie. Très intéressant. 

    • 21 décembre 2011 at 2 h 02 min

      Comme toi, j’ai été un peu déstabilisée au début, le graphisme est vraiment inhabituel pour un album papier. mais tu rentres très vite dans l’album et tu finis par grandement apprécier ses caractéristiques !

  5. 21 décembre 2011 at 1 h 05 min

     interessant , même si les livres ponctués d’illustration puis de textes , j’achète raremennt …

  6. 21 décembre 2011 at 2 h 15 min

    Quelles superbes illustrations ! Je me demande tout de même si cela pourrait plaire à des enfants… le sujet n’est aps évident…

    • 21 décembre 2011 at 2 h 18 min

      Et encore, je trouve que ça ne rend moins bien sur l’ordi et sans les textes…

      ça abordable par des enfants, le texte est vraiment simplifié.  je ne suis pas très forte pour les estimations d’âge mais je dirais à partir de 12 ans peut-être ?

  7. 21 décembre 2011 at 2 h 19 min

    j’ai le texte « sérieux » dans ma PAL des cours de civilisations antiques – mais j’avoue que ta version m’attire beaucoup plus encore 

    • 21 décembre 2011 at 2 h 20 min

      ça peut être sympa avant aborder le pavé ! Moi, j’ai jamais osé lire le texte d’origine ^^

  8. 21 décembre 2011 at 4 h 38 min

    Slendide! une découverte.

  9. 21 décembre 2011 at 1 h 08 min

    Feuilleté, hésité, c’est vrai, c’est beau, mais j’ai un peu de mal avec ce graphisme plat. D’accord, je sors…

    • 21 décembre 2011 at 2 h 21 min

      Tsss ! Là, je ne peux que m’insurger !! Tu dirais pour quel âge sinon, madame la prêtresse ?

  10. 22 décembre 2011 at 1 h 18 min

    Les dessins sont de prime abors assez déroutants je dois dire… Pour moi ce serait une expérience dans tous les sens du terme vu que je suis une quiche en histoire et mythologie indienne ! A voir donc !

    • 29 décembre 2011 at 1 h 02 min

      Oui, c’est très inhabituel pour de l’illustration mais à l’usage, le dessin se révèle très ingénieux !

  11. 22 décembre 2011 at 0 h 51 min

    Impossible de te répondre, pas lu, juste regarder les images

    • 29 décembre 2011 at 1 h 03 min

      Tssss ! Et après, ça vient critiquer !

  12. 22 décembre 2011 at 0 h 53 min

    regardE, oups

  13. 23 décembre 2011 at 6 h 52 min

    le 4/12 dernier, il y  avait sur France Culture une émission portant sur le Ramayana, et plus précisement sur la publication d’un ouvrage :  « Râmâyana de Vâlmîki illustré par les miniatures indiennes du XVIème au XIXème siècle ».

    Personnellement, je ne savais pas ce que c’était, mais aprés avoir parcouru ton article, je tenterais bien de réécouter le podcast

    le podcastt, ici:

    http://www.franceculture.fr/emission-les-racines-du-ciel-le-ramayana-avec-amina-taha-hussein-okada-2011-12-04

    • 29 décembre 2011 at 1 h 18 min

      Merci pour ce lien !! L’émission doit être très intéressante :)

  14. 4 février 2014 at 15 h 03 min

    J’adore les dessins, c’est un très bel album qui nous emmène à la découverte de cette légende de la mythologie hindoue. Je suis vraiment conquise par le style graphique de Sanjay Patel. :)

    • 9 février 2014 at 17 h 54 min

      Oui, superbe ! Il a su rendre accessible cette histoire vraiment pas facile à aborder de prime abord !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *