Octave, tome 1 : Octave et le cachalot – Alfred / Chauvel

Octave_et_le_cachalot-01.jpgOctave vit avec sa maman dans une maison au bord de l’océan. Mais Octave n’aime pas la mer. On ne l’obligerait pour rien au monde à mettre un pied dans l’eau.

 » C’est froid. C’est mouillé. Et ça sent mauvais. « 

La plage est envahie de touristes, alors le petit garçon s’occupe comme il peut pendant les vacances. Un jour, il va farfouiller dans le grenier et tombe sur un livre évoquant des histoires de monstres marins, des batailles de poulpes et de cachalots qu’il recrée à l’aide de figurines en papier. Mais une nuit, le petit garçon est réveillé par un rêve étrange où une voix semble l’appeller. C’est alors qu’il découvre une ombre sur la plage : un immense cachalot échoué qui lui demande de l’aide. Comment faire quand on est si petit et que la mer vous effraie ?

 

Cet album à destination des plus jeunes (6-8 ans) fait partie, à juste titre, des recommandations de l’Education Nationale.

Octave est un petit personnage très attachant qui semble vouer à la mer une haine et une peur viscérales liées. C’est que, nous l’apprendrons plus loin dans l’histoire, la mer lui a pris son papa.

Pourtant, par l’intermédiaire d’un livre d’aventures marines, voilà notre petit héros rêvant de combats dans les grandes profondeurs pendant que ses petits copains s’amusent sur la plage. Pourtant quand une situation d’urgence se présente, Octave réussira à affronter ses peurs pour sauver son ami le cachalot du danger.

 

Voilà un joli album plein de fraicheur et de naïveté qui aborde le sujet des peurs enfantines. La mer étant symbole de mort, Octave éprouve une peur classique devant cet immense étendue d’eau.

Seul le monde des rêves permet au petit garçon de se libérer. Monde du rêve et du fantastique ! Car les auteurs n’ont pas hésité à intégrer à leur histoire de cachalot, un personnage de farfadet qui détiendrais le pouvoir d’animer la mer et de provoquer une tempête salvatrice pour l’animal échoué. Jouant sur les oppositions entre le rêve et la réalité, la mer et la terre, l’album fait aussi référence de manière subtile aux contes traditionnels ( le « c’que t’as de grandes dents » d’Octave devant la machoire du cachalot par exemple rappelle le Petit chaperon rouge) tout en préservant une atmosphère légère et parfois humoristique. Le narrateur de l’histoire est omniscient mais reprend les sentiments ou impressions du petit garçon, comme lorsqu’il souligne que la maman « fait sa tête de c’est pas l’moment d’m'embêter ». Aussi, le ton reste léger et simple tout en offrant une histoire consistante pour les jeunes enfants.

Au niveau du dessin, l’album est tout aussi intéressant. Sans surcharger les cases, les couleurs sont particulièrement prégnantes pour donner de la force aux illustrations qui appuient de manière intelligente la séparation entre rêve et réalité. Le visage d’Octave est très expressif et ses moues prêtent même à sourire.

Bref, l’album nous plonge dans une véritable ambiance onirique où tout est possible : que les cachalots prennent la parole et apprennent à nager aux petits garçons !

Une très bonne série donc à faire découvrir aux jeunes enfants !

 

Octave_et_le_cachalot-04.jpg

 

Octave_et_le_cachalot-02.jpg

 

Octave_et_le_cachalot-03.jpg

 

 


Titre : Octave et le cachalot

 Dessinateur : Alfred

Scénariste : David Chavel

Editeur : Delcourt, jeunesse

Parution : Février 2003

    32 pages 

Prix : 9,95€


 


4 comments for “Octave, tome 1 : Octave et le cachalot – Alfred / Chauvel

  1. 12 janvier 2012 at 9 h 18 min

    Ah je l’ai lu y’a longtemps ! Très belle bd jeunesse ! J’aime beaucoup ce que fait Alfred. Tu vas lire les suites ?

    • 15 janvier 2012 at 8 h 17 min

      Oui, je vais essayer de lire les suites :) J’aime beaucoup ce que fait Alfred et je m’étais fixé il y a longtemps, de lire tous ces albums… je n’y suis pas encore ^^

  2. 12 janvier 2012 at 0 h 54 min

    J’aime bien le style des dessins mais moins ceux de la partie onirique ! Ça m’a quand même l’air assez original, comme histoire, avec ses petits rappels de contes tradtionnels :)

    • 15 janvier 2012 at 8 h 20 min

      La partie onirique, plutôt faite aux crayons de couleurs (planche 2 ci-dessus), ne fait que 2-3 pages. POur le reste, ça devrait donc te satisfaire même si tu n’es plus une petite fille ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *