Jonathan, Atsuko – Cosey

atsuko-01.jpgJonathan est un voyageur au long cours qui a posé cette fois-ci ses bagages en Birmanie de manière un peu forcée à cause d’une panne de bus. Un matin, il découvre une ombre furtive sur le balcon de sa chambre. Il s’agit de Atsuko, une jeune japonaise qui revient sur les pas de ses ancêtres. Sa mère serait née dans la chambre que Jonathan occupe. Ils sympathisent rapidement et bientôt Atsuko lui raconte l’histoire de sa famille et plus particulièrement celle de Hisa, la soeur de son grand-père. Disparue de manière inexpliquée en 1949, Hisa effectuait des recherches sur le boudhisme et affirmait que les 8 cheveux de Bouddha sur lesquels a été construite la grande pagode de Rangoon au VIème siècle avt JC auraient été remplacés par des faux sous la menace de l’invasion anglaise, au 19ème. Mais pressée par le départ, Atsuko le quitte bientôt non sans inviter Jonathan à la retrouver au Japon. Peu après, Jonathan quitte à son tour l’hôtel mais un des employés lui confie un carnet à remettre à celle qu’il croit être son amie. Il s’agit du carnet d’Hisa dans lequel il y découvre quelques cheveux…. Intrigué par ce concours de circonstances, Jonathan change ses plans et part à Tokyo retrouver Atsuko pour lui remettre le carnet.

 

Voici la quinzième aventure du célèbre voyageur aventurier Jonathan. Créé en 1975 par Cosey, Jonathan nous fait voyager à ses côtés depuis de nombreuses années. Après avoir particulièrement parcouru les terres tibétaines, c’est au Japon que nous le retrouvons cette fois. Parti à Tokyo, Jonathan se voit obligé de continuer vers le Nord, dans la région du Takayama pour retrouver la jeune femme. La neige recouvre la montagne, le paysage est silencieux et apaisant. Ou presque. Car quelqu’un semble roder autour de la cabane qui les héberge et les menacer.

L’atmosphère est envoutante et très vite, le lecteur est plongé dans un décor mythique sorti tout droit d’une estampe japonaise. Les décor sont purs et enneigés. Le trait se fait doux et aérien. Une certaine forme de poésie se dégage, en cela accompagnée par les citations de quelques haikus dont est friande Atsuko. L’étrangeté se mêle à l’histoire. Seuls au milieu de la forêt, ils doivent faire face à une incursion mystérieuse dans la cabane, à des traces de pas dans la neige. Les Yokais sont-ils de la partie ?


Personnage à la fois mystérieux et charismatique, Jonathan donne une dimension différente au récit d’aventure classique en s’approchant de la quête intérieure et spirituelle. Voyageur au long cours, curieux et sans attaches, il sait partir au bout du monde pour les beaux yeux d’une inconnue. Silencieux et solitaire, il recherche avant tout l’harmonie et la simplicité des échanges, des rencontres. C’est un homme sensible, pudique et plutôt sentimental qui nous offre bien souvent de belles amours impossibles.

 

Cosey nous offre ici encore un très bel album qui ne dépareille pas de ses prédécesseurs. Le lecteur suit avec lenteur et empathie le parcours de Jonathan. Le héros s’attache à la belle Atsuko et son histoire de famille plus qu’intriguante. L’auteur réussit avec succès à faire tenir en un seul album une histoire complète sans temps mort mais sans hâte excessive, bien au contraire. Cosey laisse une large place à la contemplation, aux silences qui ont parfois plus de poids que les paroles. Les paysages grandiloquents qu’il nous offre sont d’une beauté toute particulière entre réalisme et poésie picturale. On y découvre des arbres aux branches noueuses, de grand toris de bois et des ponts aux courbes toutes japonaises. L’évasion est garantie mais n’est pas le seul élément de cet album. Le scénario tourne autour d’un mystère familial dont la révélation finale sera plutôt surprenante, et autour de l’amour, éternel vecteur de vie. D’ailleurs Jonathan, fidèle à lui-même, oscillera entre amitié et amour platonique avec Atsuko.

 

Voilà donc un album qui, tout en nous menant sur les pas d’un secret de famille, nous offre une magnifique tranche de rêverie et d’imagination. Le passé et le présent s’entremêlent pour mieux pousser ses personnages dans des voyages intérieurs qui les aideront à mieux se connaître eux-mêmes.

 

« Crois-tu que connaître l’histoire de quelqu’un, c’est le connaître ? »

 

C’est un très beau voyage en terre japonaise, un album aux couleurs du souvenir et de l’amour qui, tel un haiku, ne manquera pas de faire mouche en peu de mots. Une parenthèse de douceur et de sérénité qui donne à voir la part lumineuse des hommes. N’hésitez donc pas à aller à la rencontre de Jonathan !

 

Liens :

Interview de l’auteur

 

 

atsuko 02

 

atsuko-03.jpg

 

 

atsuko-04.jpg

 

 

 


Titre : Jonathan, tome 15 – Atsuko

  Auteur : Cosey

Editeur : Le lombard

Parution : Novembre 2011

    58 pages 

Prix : 15,95€



16 comments for “Jonathan, Atsuko – Cosey

  1. 30 janvier 2012 at 0 h 48 min

    J’ai prévu de le lire très bientôt, j’ai donc parcouru ton avis en diagonal pour ne pas être trop influencé. En même temps sur cette série, on sait généralement à quoi s’attendre.

    • 31 janvier 2012 at 3 h 33 min

      Oui, si on connaît les précédents opus, on ne sera pas dépaysé, enfin dans l’autre sens du terme ^^

  2. 30 janvier 2012 at 2 h 18 min

    J’ai lu cette bande dessinée la semaine dernière et je n’ai pas encore fait ma note de lecture au propre donc je ne lis pas ton article pour l’instant.

    Dommage que tu ne participes pas au challenge Dragon 2012 !

    • 31 janvier 2012 at 3 h 34 min

      Figure-toi que j’ai mis de côté ton billet en me disant que j’allais y réfléchir !

  3. 30 janvier 2012 at 6 h 50 min

    j’ai cet album, et je ne sais pour quelle raison, mais je n’arrive pas à partir dans la lecture … peut être le mot « lenteur » m’empêche de prendre goût à cette aventure ?!…

    • 31 janvier 2012 at 3 h 35 min

      Ah bon ?! C’est dommage ! Tu sais question contemplation, Taniguchi est pire ^^

  4. 30 janvier 2012 at 8 h 45 min

    J’adore Cosey et cette série! Pas encore eu l’occasion de lire le dernier Jonathan mais ça ne devrait pas tarder…

    • 31 janvier 2012 at 3 h 36 min

      Alors, tu ne pourras que l’apprécier comme les autres volumes !

  5. 30 janvier 2012 at 1 h 01 min

    Coucou ! Je voulais savoir si tu avais bien reçu mon mail au sujet du challenge ? A bientôt.

    • 31 janvier 2012 at 3 h 41 min

      Oui oui, comme je te l’avais indiqué dans un commentaire, mail bien  reçu ! Pas eu le temps de te répondre et malade depuis plusieurs jours pour couronner le tout…

      Super projet, vraiment. Mais comme je te l’avais annoncé, je manque énormément de temps en ce moment et ne peux m’investir dans ce projet d’envergure mais néanmoins enthousiasmant. En tout cas, je le relayerais sur mon blog dès que tu le lanceras !

  6. 31 janvier 2012 at 6 h 07 min

    Dac. Je te tiens au courant. Merci beaucoup à toi en tout cas, j’adorerais que tu puisses en parler sur ton blog. Et à l’occasion, si tu veux participer, tes billets seront les bienvenus. Tu as toujours des lectures intéressantes !

    A bientôt.

    • 31 janvier 2012 at 1 h 13 min

      ça sera avec grand plaisir !

      En ce moment, pas de lectures japonaises hélas… J’espère réussir à m’y remettre pour le mois de mars !!

  7. 31 janvier 2012 at 8 h 23 min

    Il semblerait que je sois la seule à ne pas connaître cette série. Comme il y a toute la série dispo à ma biblio je vais essayer de remédier à ça lors de mon prochain passage. A lire dans n’importe quel ordre ou pas ?

    • 31 janvier 2012 at 1 h 16 min

      Disons qu’elle n’a plus le vent en poupe aujourd’hui :) En tout cas, n’hésite pas à attaquer les autres tomes : le personnage du voyageur devrait te plaire ! Et oui, même si on suit Jonathan à travers les années, chaque album peut se lire indépendament.

  8. 21 février 2012 at 4 h 52 min

    Je ne connais pas du tout cette série mais j’avoue que je suis un peu larguée maintenant, côté bd classiques ;) Pourtant, je vois que je rate de bonnes choses … à la biblio, je me précipite toujours au rayon romans graphiques et néglige la section albums en série !

    • 27 février 2012 at 7 h 46 min

      J’ai découvert cette série adolescente grace à mon père voyageur à qui le personnage parlait bien ! C’est une série mais chaque album est indépendant. C’est vraiment à découvrir, ça change totalement d’ambiance par rapport à la majorité des autres héros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *