Room – Emma Donoghue

room-01.jpg

Jack est en passe de fêter ses 5 ans.  Contrairement aux autres petits enfants de son âge, il n’y aura pas de grosse fête d’anniversaire. Pas de cadeaux en profusion. A peine un gâteau. C’est que Jack vit seul avec sa maman dans une petite pièce dont il n’est jamais sorti. De l’extérieur qu’il pense imaginaire, il ne connaît rien, à part le ciel aperçu de la lucarne et les étranges images que la télévision lui renvoie. Peu importe, il vit en fusion totale avec sa maman qui l’allaite encore et invente d’innombrables jeux pour l’occuper. Seul le grand méchant Nick qui vient visiter sa mère la nuit trouble son sommeil.  Aussi, quand maman lui fait comprendre petit à petit que l’extérieur existe vraiment et qu’il faut tenter de s’enfuir, Jack ne comprend pas et voit son petit monde chamboulé.

 

Jack est le narrateur de cette histoire divisée en différentes parties.  La première est centrée sur la vie à l’intérieur de cette petite pièce qui constitue leur seul univers. Avec son langage enfantin, il donne à voir à sa façon son univers aussi restreint soit-il. Il donne un nom aux objets qu’il côtoie (Monsieur Tapis, Monsieur Lit, Madame Table, Petit dressing…) et semble avoir une vie parfaitement rythmée par des tâches ou des jeux quotidiens : le jour du bain, le jour du ménage, le Cadeau du dimanche apporté par Grand Méchant Nick.

 

« On a des milliers de choses à faire tous les matins, comme donner une tasse d’eau à Madame Plante, dans Monsieur Evier pour pas en renverser partout, et après remettre le pot sur sa soucoupe, sur Madame Commode. Avant, Madame Plante habitait sur Madame Table, mais la figure dorée du bon Dieu lui a brûlé une feuille. Il lui en reste neuf de ma largeur de main et toutes couvertes de fourrure. Maman dit que les chiens sont pareils. Mais les chiens, ça existe que dans Madame Télé. Je trouve un bébé feuille qui commence à pousser : ça fait dix. « 

 

 Sa maman semble vraiment très attentive et tendre à son égard. Elle fait preuve d’une grande inventivité pour occuper le petit garçon et crée des jeux, invente des histoires, à partir d’objets du quotidien, de petits riens faits avec les moyens du bord. Il fait du sport, des activités manuelles, de la lecture. C’est un enfant très vivant qui parait équilibré tandis que sa maman connaît une souffrance qu’il ne comprend pas.  « Maman », elle, souffre de cet enfermement. Même si elle tente d’épargner son fils de ses peurs, elle tombe parfois dans une tristesse et une catatonie auquel Jack est habitué. Son envie de fuite est un mystère pour le petit Jack pour qui la chambre est un véritable cocon. Un « nid » dangereux néanmoins dont la mère va tenter de s’échapper.

 

Sans vous déflorer la suite de l’histoire, je pense que vous avez compris la problématique de cette histoire.  Une mère et son fils, enfermés dans quelques mètres carrés. Un homme dangereux qui leur rend visite la nuit. L’envie de fuir de cette jeune femme qui veut retrouver la vie extérieure.

Voilà un roman qui vous rappellera de sombres pages des faits divers.

Je dois donc dire que je suis vraiment rentrée à reculons dans Room, suspicieuse une fois encore à toute utilisation de faits véridiques pour nous fourguer un simili roman.

Et contre toute attente, j’ai vraiment été bluffé par ce roman !

L’entrée dans le récit ne s’est pas faite évidente. La personnalisation de tous les objets du quotidien de Jack, leur répétition ainsi que la description routinière de leur vie s’avère particulièrement longue et peu passionnante. Pourtant, indispensable, elle ne fait que mettre en relief l’horreur de cette vie limitée, quand bien même Jack ne s’en rend pas encore compte.

Puis peu à peu, le récit prend de l’ampleur. On discerne les questionnements de la maman, son implication dans le développement « normal » de l’enfant, sa difficulté à l’épargner tout en souhaitant lui faire prendre conscience d’un Dehors où la notion de liberté existe.

La suite sera encore plus impressionnante lorsque le Dehors prendra véritablement place dans leur vie. Quelle sorte de vie peut les attendre là-bas ? Peuvent-ils trouver leur place dans une vie où toutes les règles édictées ou presque  sont abolies, où l’espace et la liberté donne le vertige et font peur ?

 

Room est un roman véritablement surprenant, un tour de force qui, loin du pathos attendu, délivre une parole à la fois naïve et terrible, à travers la voix de Jack. Eloge de l’amour et de la maternité, il est aussi une sorte de roman d’apprentissage un peu particulier, celui d’un petit garçon qui découvre le monde et ses possibilités, du haut de ses 5 ans et qui va devoir trouver son propre libre arbitre, indépendant de sa maman. Un roman particulièrement fort que le sujet, de prime abord difficile, ne doit pas vous empêcher d’aborder !

 

 

D’autres avis :

MangoJoelleLa ruelle BleueZarlineClaraVirginie -

 

 


 Titre : Room

Auteur : Emma Donoghue

Editeur : Stock, La cosmopolite

Parution : Aout 2011

    400 pages 

Prix : 21,50€


 

prix lectrices ELLE

26 comments for “Room – Emma Donoghue

  1. 19 mars 2012 at 7 h 26 min

    Les avis sont vraiment positifs sur ce roman… Au départ, je craignais le traitement d’un tel sujet, je vais finir par le lire sans doute…

    • 19 mars 2012 at 1 h 27 min

      POurtant si tu savais mon opinion avant de l’ouvrir ! Ultra négative !! Donc vraiment, n’hésite pas à tenter le coup !

  2. 19 mars 2012 at 7 h 59 min

    Il est dans ma pile depuis sa sortie en anglais… j’ai un peu peur de le lire, en fait mais je sens que je vais m’y mettre bientôt!

    • 19 mars 2012 at 1 h 28 min

      Je crois que le thème fait peur à tout le monde ! Mais il est traité d’une telle manière que l’on est bien loin de la noirceur attendue.

  3. 19 mars 2012 at 8 h 22 min

    Et un de plus dans ma LAL, merci pour cette chronique

  4. 19 mars 2012 at 8 h 45 min

    Comme toi, j’ai eu quelques appréhensions qui ont vite été dissipées.
    Il va réellement falloir que je me décide à publier mon billet sur ce roman si je ne veux pas finir avec une liste de liens plus longue que le billet lui-même !!!

    • 19 mars 2012 at 1 h 34 min

      C’est étonnant de voir que tout le monde a eu à peu près la même attitude / sentiment par rapport à ce roman ! Il faut que tu fasses un billet, oui ! Te connaissant, tu vas nous pondre un super truc bien chiadé !

  5. 19 mars 2012 at 1 h 26 min

    j’avais aussi une appréhension sur le thème, mais là, tu me donnes envie

  6. 19 mars 2012 at 1 h 35 min

    Ce roman ne me tente pas du tout. 

    • 20 mars 2012 at 0 h 05 min

      Je n’en attendais pas moins de ta part, Manu !

      Sinon, bien rentrée ? :)

  7. DeL
    19 mars 2012 at 2 h 12 min

    Je l’ai acheté et fait dédicacer dimanche au Salon du Livre. Il me faisait de l’oeil depuis sa sortie.

    • 20 mars 2012 at 0 h 06 min

      Je ne savais même pas qu’elle était présente dimanche ! J’y étais aussi ce jour-là au salon !

  8. 20 mars 2012 at 6 h 44 min

    Il est dans ma PAL .. Je préfère une version romancée comme celle-ci, que le méli-mélo de Jauffret sur le même genre de faits divers.

    • 21 mars 2012 at 1 h 21 min

      En tout cas, je ne le lirais pas le Jauffret…

  9. 20 mars 2012 at 0 h 59 min

    Le style est surprenant au début et peut rebuter mais j’avoue que je m’y suis très vite habituée ;) Et malgré l’horreur du sujet de départ, cet enfermement, ça reste positif et plein d’espoir ! C’est un aspect que j’ai aussi bien apprécié ;)

    • 21 mars 2012 at 1 h 27 min

      Oui, je crois que tout le monde a été déstabilisé au début !

  10. 20 mars 2012 at 6 h 01 min

    Comme toi, j’ai été  scotchée !!!!!

    • 21 mars 2012 at 1 h 32 min

      Difficile qu’il en soit autrement !

  11. 24 mars 2012 at 8 h 38 min

    Comme toi, j’ai eu du mal avec ces objets personnalisés puis je n’ai plus vu ces noms … Un coup de coeur, je lui ai mis la note maximale ! :)

    • 25 mars 2012 at 3 h 58 min

      Maximale ??! Ah ben non ! Chalandon et Keegan passe avant !

  12. 12 mai 2012 at 9 h 22 min

    bien aimé !

  13. 15 mai 2012 at 0 h 30 min

    si si, bien plus que cela !!!!!!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *