Daytripper – Fábio Moon / Gabriel BÁ

daytripper-01.jpg

Brás a 32 ans. C’est le jour de son anniversaire et son père l’a encore oublié. Alors qu’il travaille pour la rubrique nécrologique d’un journal, son père est un célèbre écrivain qui l’écrase de sa supériorité et de son succès. Mais on ne choisit pas sa famille et ce soir-là, Brás décide tout de même d’aller assister au gala donné en l’honneur de son père. Le détour par le café du coin pour acheter des cigarettes lui sera fatal. Il mourra par balles quelques minutes plus tard.

Brás a 21 ans. Il a toute la vie devant soi. Avec son ami Jorge, il est parti au Salvador où il rencontre la belle Olinda. Mais il y rêvera de la déesse de la mer qui prendra bientôt sa vie. Il mourra noyé dans les festivités qui célébreront la déesse.

Brás a 28 ans. …. et ainsi de suite, tout au long des 10 chapitres qui constitue cet album.

 

Vous l’aurez compris, le héros de cette histoire est Brás. Nous le suivons à travers les chapitres, à des âges différents et de manière non chronologique. Et si notre personnage meurt à chaque fin de chapitre, se profile pourtant le portrait d’un homme à travers ses possibles.Si vous supprimez toutes les morts et que vous remettez dans l’ordre le fil de vie du personnage, vous pouvez redessiner le parcours d’un homme, à travers les moments clés de son existence.

 

Car c’est bien de cela qu’il s’agit : de ses petits moments insignifiants qui construisent votre vie, de ces choix pris plus ou moins consciemment qui peuvent déterminer une vie entière.

 

 » N’est ce pas étrange que l’on semble toujours se souvenir des détails les plus anodins de notre quotidien… alors que l’on oublie trop souvent le plus important ? »


A travers ce procédé original de faire mourir le protagoniste principal à chaque chapitre, les auteurs mettent l’accent sur le pouvoir de la vie à travers la mort.  » La mort fait partie de la vie » comme le dit un des personnages. Et de fait, c’est elle qui donne de l’importance à ces moments précieux, rares et éphémères que l’on vit tous. La mort peut surgir à tout moment et il est important de profiter du moment présent, voilà ce que nous disent en substance les frères Moon et Bá.

 

 » Bràs se réveilla et comprit qu’au coin de la rue , cet avenir que vous aviez prévu et espéré n’était pas toujours celui qui vous attendait. En réalité, c’était généralement tout le contraire… en sortie de virage, ne se trouvait qu’un autre grand et ennuyeux point d’interrogation. ça s’appelait la vie. »

 

Daytripper est tout simplement un chef d’oeuvre. La perle de l’année que j’attendais !

Sous l’apparence d’une fausse simplicité, cet album se penche sur l’existence toute entière. Il y sera question de filiation, de l’amour, de l’amitié, mais aussi de l’écriture et de la transmission. Il y sera question de nos choix de vies, ceux qu’on prend un peu par hasard et les autres, mûrement réfléchis. Il y sera question de la vie et de la mort, la notre, celles de nos proches. De ce que nous transmettons à nos enfants. De la façon dont tout cela nous construit et nous permet d’avancer. Du fait qu’accepter la mort est une manière d’accepter la vie, et inversement.

La qualité graphique n’est pas en reste mais je n’ai même pas envie de vous en parler !


Daytripper est un album extrêmement fort qui parlera à chaque lecteur de façon différente. C’est un de ses albums précieux qui, par une construction intelligente, hors-norme et des dialogues soignés et réfléchis, atteint à une sorte d’universalité tout en touchant à l’intime, à l’émotionnel du lecteur.

C’est un album vibrant qui m’a personnellement bouleversé, comme tant d’autres avant et après moi.

 

Un album qui, entre tristesse, nostalgie et joie de vivre donne envie de VIVRE tout simplement.


« La vie est belle, mon pote »


Oui, la vie peut être belle. Profitons en.

 



On ne s’étonnera pas du parrainage de Pedrosa, qui signe la préface, et de Craig Thompson, qui s’est chargé de la postface, deux auteurs qui ont mis l’humain au coeur de leur travail.

 

Extraits :

 

 » La vie est comme un livre, fils. Et tous les livres ont une fin. Peu importe combien tu aimes ce livre, tu arriveras à la dernière page et ce sera fini. Aucun livre n’est complet sans une fin. Et une fois que tu y es, au moment où tu lis les derniers moments, tu sais à quel point le livre est bon. Ça sent le vrai. « 

 

 » Quand tu accepteras qu’un jour, tu mourras… Tu rofiteras vraiment de la vie. C’est ça le grand secret. C’est ça, le miracle. « 

 

 

D’autres avis :

Mo’DavidZorgZaelleJéromeLunch et BadelelYvanOliv’David FK.BD -

 

Liens :

Préview

Interview video des auteurs

 

daytripper-02.jpg

daytripper-03.jpg

 

daytripper-04.jpg

 


Titre : Daytripper, au jour le jour

Auteurs : Fábio Moon / Gabriel BÁ

Éditeur : Urban comics

Parution : Avril 2012

  256 pages 

Prix : 22,50€


 

Challenge roaarrr

Eisner Award du meilleur album 2011

 

bd du mercredi

Chez Mango

 

 

26 comments for “Daytripper – Fábio Moon / Gabriel BÁ

  1. 5 septembre 2012 at 7 h 13 min

    Deuxième billet sur cette BD, tout aussi enthousiaste!

    • 5 septembre 2012 at 1 h 16 min

      Y’en a eu pleins d’autres et franchement pour moi, c’est l’incontournable de l’année. Faut vraiment que tu le lises !!!

  2. 5 septembre 2012 at 0 h 09 min

    Il m’avait échappé, cet album, et pas plus tard qu’hier je l’ai repéré chez Cachou. Hmm… ça sent l’acquisition prochaine !

    • 5 septembre 2012 at 1 h 17 min

      S’il n’y en a qu’une à retenir de l’année, c’est celle-ci !!

  3. 5 septembre 2012 at 1 h 57 min

    J’ai vu l’album chez Cachou, très émue et incapable d’expliquer pourquoi. Chez toi, on comprend mieux :)

    • 5 septembre 2012 at 1 h 18 min

      Est-ce que, au moins, ça t’a convaincue de lire cette bd ?!

  4. 5 septembre 2012 at 4 h 11 min

    « Un chef d’oeuvre, la perle de l’année » : je suis 100% d’accord avec toi. Rien lu de mieux niveau BD en 2012. Un très grand album !

    • 5 septembre 2012 at 1 h 19 min

      Je replussoie ^^ La claque de l’année dernière, c’était Portugal. Cette année, Daytripper. Moi, je dis, y’a pas de hasard !

  5. 5 septembre 2012 at 6 h 32 min

    Un billet qui donne vraiment envie. J’aime beaucoup l’originalité de la construction, donc je note ce titre!

    • 5 septembre 2012 at 1 h 21 min

      Je suis vraiment heureuse de te convaincre un peu !

  6. 5 septembre 2012 at 6 h 32 min

    Bon, c’est décidé, je me le commande de suite !!

    • 5 septembre 2012 at 1 h 21 min

      T’es obligée Noukette ! Ce titre, crois-moi, c’est The best ^^

  7. 5 septembre 2012 at 6 h 51 min

    Un incontournable de cette année !!!

    • 5 septembre 2012 at 1 h 22 min

      Oh ouiiiiiiiiiii ! Angoulême, fais gaffe à toi ^^

  8. 5 septembre 2012 at 7 h 11 min

    Je l’ai proposé la semaine dernière dans le top bd. Et moi aussi, j’ai pris une immense claque. Vraiment, c’est un chef d’oeuvre, il n’y a pas d’autre mots possible.

    • 5 septembre 2012 at 1 h 57 min

      Non, pas d’autres mots, je suis d’accord !

  9. 5 septembre 2012 at 7 h 37 min

    Je trouve le principe génial ! Je crois qu’elle ne va pas tarder à rejoindre mon chez-moi cette BD ! 

    • 5 septembre 2012 at 1 h 57 min

      PLus que le principe, c’est le contenu qui est génial ! :)

  10. 5 septembre 2012 at 9 h 17 min

    Découvert hier chez Cachou, acheté aujourd’hui, commencé tout à l’heure dans les transports en faisant bien attention de ne pas l’abimer. Les dessins et les couleurs sont magnifiques. L’histoire, j’attends de voir, mais j’ai déjà un bon pressentiment.

    • 5 septembre 2012 at 1 h 57 min

      Tu vas pleurer, j’en suis sure ! ;)

  11. 5 septembre 2012 at 3 h 45 min

    Ben écoute, je trouve l’idée intéressante pour mes cours (shame on me, c’est pas une bonne motivation, hein…)

    • 11 septembre 2012 at 1 h 09 min

      Bon, c’est pas gagné quoi !

  12. 5 septembre 2012 at 3 h 53 min

    Je suis d’accord avec toi Choco, et avec tous ceux qui l’ont lu et chroniqué avant toi d’ailleurs : ce livre est l’incontournable de l’année !

    C’est beau, autant graphiquement (même si tu n’en parles pas ^^) que narrativement. C’est intelligeant, poignant, bouleversant… y’a pas de mots, c’est magistralement construit et on en reste coi.

    Pour Angoulême je veux bien mettre une petite pièce mais bon, ils sont du genre à te trouver d’autres titres pour créer la surprise alors… je miserai plus sur un Grand Prix ACBD ou un prix des libraires. C’est plus juste généralement :P

    • 11 septembre 2012 at 1 h 12 min

      Ben voui, la flemme de parler dessin après avoir tout dit sur le scénar ^^

      POur Angoulême, je ne conçois même pas qu’il ne soit pas nominé. Après, pour un prix, c’est autre chose, on connaît la chanson… ACBD et le prix des libraires c’est un bon pronostic ! En général, je suis d’accord avec leur choix, toujours très pertinents. Ouais, on est trop fort nous les libraires

  13. 10 septembre 2012 at 2 h 28 min

    la perle de l’année ! alors là je note et surligne tout de suite !

    • 11 septembre 2012 at 1 h 17 min

      Je dirais même : Achète !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *