Mangas Shojo express

 

Comme le titre du billet l’indique,

voici une petite série de titres manga lus ces derniers mois, réservés aux filles (ou pas ) !

 

 

 

lovely-love-lie-t1-01lovely-love-lie-t2-01lovely-love-lie-t3-01

 

Lovely love lie, tomes 1 à 3 :

Riko est une jeune fille innocente qui ne connaît pas grand chose de l’amour. Fan du groupe musical Crude Play, elle-même, elle chante en amateur au sein d’un petit groupe de lycéen formé avec ses amis. Un jour, pourtant, elle fait la connaissance de Aki, un garçon séduisant qui va devenir son petit ami. Ce qu’elle ignore, c’est que ce dernier est un des membres secrets de Crude Play, celui qui compose les chansons du groupe tout en refusant de s’afficher à visage découvert. Engoncé dans une relation amoureuse compliquée avec la chanteuse Mari, Aki semble s’être lancé dans cette relation avec Riko, un peu par jeu ou par dépit. Avant de s’attacher peu à peu à la jeune fille. Les choses se compliquent bientôt quand le meilleur ami de Riko laisse éclater sa jalousie (serait-il amoureux ?) et surtout quand le petit groupe de Riko est recruté par le producteur de Crude Play… (serais-ce une stratégie ?)

Cette histoire ne révolutionnera pas le genre, c’est clair  : l’héroïne d’une naïveté sans fond mais qui reste malgré tout attachante, le meilleur ami amoureux secrètement, l’artiste torturé qui va retrouver son équilibre grâce à une fille simple et sans histoire, le milieu musical et ses spécificités. L’histoire est sympathique à lire et possède son lot de rebondissements et de mensonges qui dynamisent le récit. Le dessin, de son côté, est plus que correct : fin, précis et très expressif.

Si Lovely love lie est un manga tout ce qu’il y a de plus classique, il devrait convenir aux amatrices de romantisme un chouia torturé et peut s’adresser à de très jeunes adolescentes, tant ces premiers tomes ne dépassent pas le stade du bisous bisous !

(9 volumes en cours au Japon et en France)

 

Titre : Lovely love lie
Dessinateur / Scénariste : AOKI Kotomi
Éditeur : Soleil
Parution : Avril 2011 / Juillet 2011
192 pages
Prix : 6,95€

 

 

hotaru-t1-01 hotaru-t2-01hotaru-t3-01

 

Hotaru, tomes 1 à 3 :

Hotaru est une jeune femme qui, à 27 ans est encore célibataire. Alors qu’elle affiche une image de working girl parfaite au travail, elle se laisse complètement aller chez elle, à paresser, à boire de la bière et à vivre dans un désordre totalement assumé.  » Je préfère rester à la maison et dormir que de vivre une histoire d’amour.  » Sauf que les choses vont se compliquer lorsqu’elle découvre que les propriétaires de son logement sont les parents de son patron, et que ce dernier, Takano, a décidé de venir réinvestir les lieux ! La cohabitation commence bon gré, mal gré, et notre « poisson séché » va peu à peu se nourrir des conseils avisés de Takano qui vont l’aider à s’ouvrir au nouvel employé du bureau, Makoto Teshima, pour lequel elle craque complètement.

Destinée à un public de femmes plus mûres (genre josei) , cette série surfe bien évidement autour de la vie amoureuse de notre héroïne mais avec un ton plus adulte. Si on décèle une très classique relation triangulaire entre Hotaru et les deux hommes qui gravitent autour d’elle, Hotaru séduit par son humour présent à toutes les pages. On retrouve régulièrement notre héroïne dans des situations peu reluisantes. Son mode de vie est en totale opposition avec celui de son patron, maniaque de l’ordre, et donne lieu à de nombreuses situations humoristiques. Pour autant, les scènes plus en émotion ne sont pas absentes et, en montrant ses faiblesses, rendent la jeune femme très attachante.

Au final, cette série de 15 tomes (12 parus actuellement) est une bonne surprise qui devrait plaire aux jeunes trentenaires, amatrices de romantisme et d’humour.

 

Titre : Hotaru
Dessinateur / Scénariste : Satoru Huira
Éditeur : Kana, Big Kana
Parution : Janvier 2011 / Mars 2011
192 pages
Prix : 6,85€

 

 

blue-t1-01blue-t2-01blue-t3-01

 

Blue, tomes 1 à 3 :

Après 3 ans passés à Tokyo, Mimi a décidé de retourner vivre sur sa petite île natale. Accueillie à bras ouverts par ses 3 amis d’enfance, elle tente de retrouver un équilibre. C’est que la jeune fille vient de connaître un chagrin d’amour qu’elle tente de fuir par son retour. Mais les choses sont loin d’être apaisées. L’ancien amant tente un retour de flamme tandis qu’un de ses amis d’enfance se positionne désormais clairement en amoureux.

Très classique histoire, Blue nous plonge dans les méandres amoureux de 4 adolescents. 2 garçons, 2 filles, et plusieurs combinaisons qui devraient en laisser certains sur le carreau. La trame sentimentale laisse peu de place à l’humour et se concentre essentiellement sur les émois des personnages que nous voyons évoluer rapidement. Chaque personnage a son caractère et semble quelque peu torturé par des soucis amoureux. Si l’intrigue ne tourne pas pendant des pages autour du pot, le décor provincial et insulaire qui donne une touche dépaysante offre une ambiance fraiche, simple et un tant soit peu posée. Les relations sexuelles sont ici évoquées, mais en en toute subtilité, néanmoins certaines situations plus matures (adultère, relation avec un professeur) qui se présenteront font que la série ne cible pas un jeune lectorat.

Blue est une histoire un peu mélancolique qui se lit avec plaisir, bien qu’elle s’avère très classique. On retiendra surtout le portrait de ces amours contrariés qui devraient parler à tout un chacun et une galerie de personnages, certes un peu stéréotypés mais attachants.

Série en 8 volumes (5 parus pour le moment)

 -

Titre : Blue
Dessinateur / Scénariste : Kozue Chiba
Éditeur : Kaze
Parution : Février / Avril / juin 2012
192 pages
Prix : 6,69€

 

chocolate-girl-t1-01 chocolate-girl-t2-01chocolate-girl-t3-01

 

Chocolate Girl, tomes 1 à 3 :

Kyoko travaille pour une agence qui manage les stars. Gaffeuse, empruntée, cette dernière rate systématiquement ses missions. En passe d’être mutée dans un autre service, cette dernière se voit offrir une dernière chance : recruter l’acteur de théâtre Riku. Hélas, l’homme est réputé pour son intransigeance, son mauvais caractère et ses refus systématiques de travailler dans le cinéma ou la publicité. Bien décidée à sauver son poste, Kyoko met tout en œuvre pour convaincre Riku et contre toute attente, réussit : la voilà même désormais manageuse de ce dernier. Mais autant dire que les relations ne vont pas être de tout repos entre ces deux caractères maladroits.

Une fois n’est pas coutume, Chocolate girl est une courte série de 3 volumes. Bien que l’histoire soit prévisible, on ne peut que s’attacher à ce duo non stéréotypé qui touche par sa maladresse et ses faiblesses.
Kyoko manque d’expérience et sa naïveté lui vaut de nombreux échecs. De son côté, Riku semble froid et insensible et donne une image d’acteur hautain et inaccessible. En vérité, notre homme manque clairement de confiance en lui, depuis qu’il a connu un échec lors de la prise vidéo d’une scène de sexe !
Pour autant, ces deux personnages ne vont pas manquer de se rencontrer et de s’apprécier peu à peu, tout en s’asticotant continuellement. Car Chocolate girl ne manque pas d’humour, loin de là, et offre un couple piquant et amusant. L’inévitable rival (un autre acteur de l’agence qui va tenter de séduire Kyoko et de sabrer le travail de Riku) sera de la partie et compliquera quelque peu le scénario.

Une série adulte (sexe non tabou ici !) qui convainc par son dynamisme, sa bonne humeur et ses situations et dialogues humoristiques plus que savoureux !

 

 

Titre : Chocolate Girl
Dessinateur / Scénariste : YOSHIHARA Yuki
Éditeur : Soleil
Parution : Juillet / septembre / Novembre 2012
192 pages
Prix : 6,99€

 

5 comments for “Mangas Shojo express

  1. 10 décembre 2012 at 3 h 42 min

    Trop girly pour moi tout ça (en même c’est des shojo donc rien de plus normal^^).

    • 14 décembre 2012 at 3 h 58 min

      voui, je crois que tu n’es pas la « cible » ^^

  2. 10 décembre 2012 at 4 h 18 min

    Mangas notés pour le Dragon 2012

  3. 10 décembre 2012 at 2 h 53 min

    Chocolat girl est déjà sur ma wish list.

    Par contre je n’ai pas accroché avec Hotaru, probablement parce que j’ai vu la série que j’ai beaucoup apprécié. hors pour une fois, les deux sont assez différents et je préfère le drama.

    • 22 décembre 2012 at 3 h 43 min

      PAs révolutionnaire mais cette courte série se laisse lire. Hotaru m’a beaucoup plu au contraire. J’ai vu 1 ou 2 épisodes du drama par la suite mais, je ne sais pas, je n’ai pas persisté…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *