Crève saucisse – Hureau / Rabaté

creve-saucisse-01Didier est boucher de son état. Marié à Sandrine, père d’ un enfant, il mène une existence banale et routinière entre la vie à la boutique et ses petites soirées avec leur couple d’amis, Eric et Laurence. Pourtant, depuis peu, lorsqu’il est seul, Didier s’acharne sur sa viande en criant des « crève saucisse » plus qu’inquiétants. C’est que notre homme a découvert l’infidélité de sa femme avec son ami Eric et que les faits ne lassent pas de l’énerver !
Patient, Didier essaie de se convaincre que ça va passer. Sauf que ça ne passe pas et que la lecture d’un album de Gil Jourdan va lui donner de bien mauvaises idées et le pousser à l’action…

Aux manettes de cet album, nous retrouvons Pascal Rabaté (Les petits ruisseaux, La Marie en plastique,  Bien des choses, Le petit rien tout neuf avec un ventre jaune) et Simon Hureau ( Intrus à l’étrange) dont c’est la première collaboration. Rabaté au scénario nous offre ici une de ces comédies grinçantes dont il a le secret.
Autour d’un stratagème vengeur et meurtrier, Crève saucisse nous plonge dans la descente aux enfers d’un homme qui devient obsédé par la trahison de sa femme. On pénètre peu à peu dans l’intimité d’un homme qui découvre son cocufiage par inadvertance. Avec le temps, son ressentiment s’accentue et ses tentatives pour reconquérir sa femme restent lettre morte. Aussi, lorsque Didier, bédéphile averti, relit un des Gil Jourdan qui colonisent sa vaste bibliothèque, il sait qu’il a trouvé le moyen de mettre fin aux infidélités de cette dernière.

 

creve-saucisse-02

 

Didier est un personnage à la fois sympathique et antipathique. On ne peut que s’émouvoir devant le cocufiage de ce brave homme, attentif à son fils, toujours aux petits soins avec ses clients pour lesquels il n’hésite pas à faire de petits gestes commerciaux. Pourtant, l’engrenage dans lequel ce dernier va tomber sera plus qu’effrayant. Bien décidé à mettre son plan en question, Didier rumine sa vengeance et encaisse sans mots dire les accrocs au contrat de mariage. On ne pourra aussi qu’apprécier le portrait réaliste et minutieux qui est fait de ces deux couples de français moyens. Leur quotidien, leur routine et puis les rendez-vous des amants et leurs mensonges, la souffrance du mari trompé qui observe à distance la comédie jouée par les infidèles. C’est douloureux et on aurait tendance à blâmer les fautifs. Pour autant, Sandrine semble usée dans son propre couple et voit dans cette aventure extra-conjugale, plus qu’une simple relation sexuelle. Sa détresse est palpable lorsque ses relations avec Eric se font plus distantes. Bref, tout cela est très humain malgré la dureté des faits. Rabaté réussit donc à dresser le portrait de ses différents personnages avec beaucoup de finesse psychologique et sans les caricaturer outre mesure. L’importance donnée aux dialogues est notable et on décrypte même ce qui est dit ou ressentit entre les lignes.

Simon Hureau donne à cette histoire toute sa saveur en accordant beaucoup d’importance aux détails du quotidien. Étalage de viande, rayonnages de Bd dont on aperçoit les titres, …etc. Un soin prégnant qui donne authenticité et réalisme aux décors. Les personnages sont tout aussi soignés et leurs traits expressifs s’épanouissent avec simplicité.

 

creve-saucisse-05

 

Si Crève saucisse ne se remarque pas pour son extrême originalité, on ne pourra pourtant qu’être surpris par le dénouement de cette histoire, dans le cas où bien sûr, vous n’auriez pas lu l’album de Gil Jourdan qui inspire notre héros ! Cette histoire efficace et très lisible se révèle une bonne tranche de vie qui oscille entre comédie de mœurs à la noire ironie et drame policier au final grinçant.

Une lecture plus que plaisante à découvrir donc !

 

 

D’autres avis :
Mo’JéromeYvanYaneck

 

creve-saucisse-03

creve-saucisse-06

 

Titre : Crève saucisse
Dessinateur : Simon Hureau
Scénariste : Pascal Rabaté
Éditeur : Futuropolis
Parution : Janvier 2013

80 pages
Prix : 17€

 

logo-bd-du-mercrediChez Mango

 

 

 

26 comments for “Crève saucisse – Hureau / Rabaté

  1. Mo
    30 janvier 2013 at 0 h 26 min

    J’ai passé un agréable moment de lecture. Après, il lui manque juste un petiti-je-ne-sais-quoi pour être vraiment prenante

    • 30 janvier 2013 at 4 h 32 min

      Oui, je te rejoins. ça n’a pas été le coup de coeur ultime non plus !

  2. 30 janvier 2013 at 3 h 08 min

    Je suis d’accord, c’est une lecture plaisante. Et pour le coup, c’est déjà pas mal.

    • 30 janvier 2013 at 4 h 33 min

      Tout à fait, on ne peut pas en dire autant de tous les albums !

  3. 30 janvier 2013 at 3 h 25 min

    Je ne sais pas à l’occasion peut être. Là j’ai envie de lectures fortes ! ;-)

    • 30 janvier 2013 at 4 h 34 min

      je te comprends ! ça n’est pas l’album qu’il te faut alors !

  4. 30 janvier 2013 at 3 h 27 min

    Pareil, à l’occasion mais je n’ai pas craqué pour l’achat …

    • 30 janvier 2013 at 4 h 34 min

      Sympathique mais pas indispensable, selon moi.

  5. 30 janvier 2013 at 3 h 47 min

    Je n’ai pas été convaincu par la conclusion, que je trouve bien trop sage, bien trop « normale ». J’aurai aimé quelque chose de plus cynique, à la hauteur du reste du bouquin.

    • 30 janvier 2013 at 4 h 35 min

      Oui, je me souviens de ta conclusion. Pourtant, je ne trouve pas que ça se finisse tellement bien. Le héros devient un peu cinglé ^^

  6. 30 janvier 2013 at 5 h 29 min

    J’avoue, moi j’attendais que la femme n’en sache rien et qu’elle vive à côté du tueur de son amant. C’était glaucque, j’aurai adoré ^^

    • 31 janvier 2013 at 1 h 34 min

      Glauque mais gentillet quand même ! La vraie fin est plus hard !

  7. 30 janvier 2013 at 7 h 39 min

    Oui, il me plait bien celui ci !! Et puis j’aime bien Rabaté !!

    • 31 janvier 2013 at 1 h 35 min

      ça fait 2 bonnes raisons :)

  8. 30 janvier 2013 at 0 h 58 min

    J’ai également bien aimé cet album et j’adore la façon dont Rabaté croque ses personnages !

    • 31 janvier 2013 at 1 h 36 min

      Moi aussi, j’aime bien ces anti-héros du quotidien ! :)

  9. 30 janvier 2013 at 2 h 24 min

    Très intrigant ! Merci pour la découverte

  10. 31 janvier 2013 at 1 h 18 min

    Voilà un bon bout de temps que je n’ai pas lu Rabaté. Pourquoi pas celui-ci, même avec ses imperfections? Ce sera toujours mieux que bien d’autres si insipides. Je n’ai pas fait de billets, sur eux d’ailleurs! Rien à en dire sinon que je ne les ai pas finis! 

    • 31 janvier 2013 at 1 h 37 min

      Ouille, carrément pas finis ?! Genre quel titre ? 

  11. :)
    31 janvier 2013 at 1 h 59 min

    Le titre à lui seul est un appel à lire ;)

    • 31 janvier 2013 at 1 h 37 min

      Tu aimes les métaphores charcutières ?

  12. 31 janvier 2013 at 2 h 11 min

    Genre le dernier qui m’a excédée tant je l’ai trouvé insipide: » La grande Odalisque » de Vivès/Ruppert & Mulot. 

    • 2 février 2013 at 1 h 14 min

      Ah bah, je ne l’ai pas lu mais je te crois sur paroles ! J’ai lu bcp de critiques négatives pointant le vide abyssal du scénario. De toute façon, Vivès m’enerve ^^ . Là, il nous sort bientôt un manga de son cru. J’ai l’impression qu’il est sur tous les fronts et qu’on ne parle que de lui. Je trouve ça pénible. Bref, je ne t’en veux pas du tout de ce désamour lol !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *