Femmes en résistance, tome 1 : Amy Johnson – Hautière / Laboutique / Polack / Wachs

femmes-en-resistance-tome-1 01Claire vient de perdre sa tante Eve. Cette dernière lui laisse une boite à laquelle elle tenait particulièrement. A l’intérieur, de vieux papiers, des coupures de journaux en allemand, en anglais qui concernent 4 femmes : Amy Johnson, Mila Racine, Berthie Albrecht, Sophie Scholl. Le lien entre chacune se trouve peut-être dans le carnet qui les accompagne. Le début de la lecture de Claire l’emmène sur les traces d’Amy Johnson, qui s’imposa dans les années 30 comme une aviatrice d’exception qui défia les préjugés sexistes de son époque.

Femmes en résistance est une nouvelle tétralogie scénarisée par Régis Hautière et Francis Laboutique avec l’appui de l’historienne Emmanuelle Polack et qui sera mis en images par un dessinateur différent. Chaque tome présente le destin d’exception d’une figure féminine marquante de la deuxième guerre mondiale. Des femmes qui ont réellement existées et dont le lien se fait à travers le personnage fictif d’Anna Schaerer qu’on pourra suivre au fil des tomes lisibles néanmoins de manière indépendante.

Début des années 30, à Londres. L’aviatrice Amy Johnson, dite Johnny, fait beaucoup parler d’elle dans les journaux. Elle est la première femme à relier l’Angleterre à l’Australie en vol solo (mai 1930). Bien qu’elle ne bat pas le record établi par l’australien Hinckler, elle réussit une véritable performance qui sera salué par tous et la fera connaître du public. Elle a 27 ans et va bientôt rencontrer le pilote Jim Mollison qu’elle épousera en 1932. Alors que son rêve est de devenir pilote de ligne, elle accumule les défis. Mais bientôt son mariage bat de l’aile et les « amants volants » divorcent en 1938. En 1939, la guerre éclate. Amy s’engage dans la section féminine de l’ATA (Air Transport Auxiliary) pour assurer la livraison sur le front d’avions neufs sortis d’usine. Le 5 Janvier 1941, Amy s’acquitte d’une mission de convoiement dans des conditions météorologiques défavorables. Son avion s’écrase en mer et le corps d’Amy n’a jamais été retrouvé. Les conditions mystérieuses de son décès laissent la porte ouverte à de nombreuses interrogations que les scénaristes ont ici fort bien exploités.

femmes-en-resistance-tome-1 03

 

Voilà une série plutôt intéressante qui s’attarde à aborder la deuxième guerre mondiale par un angle différent : les femmes en résistance. De fait, le destin d’Amy Johnson que nous découvrons ici va bien au delà et commence avant la guerre. Féministe avant l’heure qui déplore l’inégalité professionnelle entre hommes et femmes, Amy s’engage avec passion dans l’aviation, chasse gardée des hommes. Multipliant les exploits sportifs, elle se lasse rapidement de la gloire et de l’attention des journaux qui n’hésite pas à la questionner sur sa séparation qui reste sensible avec le célèbre Mollison. Pourtant, c’est une journaliste qui finira par apprivoiser cette femme au fort caractère. Anna Schaerer finit donc par obtenir l’amitié d’Amy, à force de respect et de patience. A tort ou à raison ?
Le choix des scénaristes d’introduire un personnage fictif s’avère fort ingénieux. On découvre la vie d’Amy à travers le carnet légué à Claire mais aussi à travers le regard de cette journaliste curieuse qui semble fascinée par la volonté de fer de l’aviatrice. Reprenant les grandes lignes biographiques de son parcours, l’histoire s’ouvre pourtant sur le côté fictif par l’adjonction de ce personnage qui permet d’imaginer une nouvelle piste quant à la fin tragique de l’aviatrice. Le destin de cette dernière est passionnant et donne parfaitement à voir l’ambiance de l’époque et le rôle des femmes confinées au salon.

Derrière la belle couverture, se cache un dessin qui m’a beaucoup moins emballée. C’est Pierre Wachs (Opération vent printanier) qui met en image ce premier album. Son trait épais, sans grande aspérité offre au scénario un style tout ce qu’il y a de plus classique. Aplats de couleur peu nuancés, ombres artificielles sans dégradés, personnages plus ou moins figés. Si le dessin manque de relief, on notera tout de même que l’ambiance de l’époque est bien traduite avec les décors londoniens, le style des voitures et des avions, les vêtements des personnages qui permettent tout de même de s’immerger dans cette histoire sans aucun problème.

Si l’album ne présente pas grand intérêt graphiquement, le scénario mérite pourtant que l’on s’y attarde. Le destin hors du commun d’Amy Johnson est vraiment à découvrir !  Un dossier historique de 4 pages sur Amy Johnson complètent d’ailleurs l’album de manière non négligeable et remet en perspective l’histoire qui vient d’être lue dans la réalité historique.

 

femmes-en-resistance-tome-1 02

femmes-en-resistance-tome-1 04

femmes-en-resistance-tome-1 05-

-

Titre : Femmes en résistance : Amy Johnson
Scénaristes  : Régis Hautière, Francis Laboutique, Emmanuelle Polack
Dessinateur : Pierre Wachs
Éditeur : Casterman
Parution : Août 2013
64 pages
Prix : 13,95€

 

10 comments for “Femmes en résistance, tome 1 : Amy Johnson – Hautière / Laboutique / Polack / Wachs

  1. 27 août 2013 at 10 h 06 min

    Je serais bien preneuse ! Femmes, Résistance, le trait clair, un peu rétro (si je puis m’exprimer ainsi, j’ai peur de dire des bêtises !) : je vais zyeuter (dans ton magasin ?)

    • 27 août 2013 at 16 h 34 min

      Toi qui aime les histoires de guerre, je ne serais pas étonnée ! Attention, la partie résistance n’intervient qu’à la fin. On découvre le destin de cette femme de manière plus large. Le dessin, je n’ai pas accroché donc mais du coup, il est certainement plus grand public et tu y seras surement plus sensible que moi. Trouvable dans mon magasin, évidemment ! ;)

  2. 28 août 2013 at 8 h 13 min

    C’est vrai que graphiquement ça ne m’attire pas du tout. Maintenant Hautière est au scénario alors forcément ça m’intéresse.

    • 28 août 2013 at 14 h 30 min

      Ben voui, ça joue en sa faveur :) Je lirais les suivants. Je vous dirais !

  3. 28 août 2013 at 13 h 41 min

    Pareil, le récit m’intéresse mais le graphisme tout plat me calme.

    • 28 août 2013 at 14 h 31 min

      Oui, c’est un peu dommage. Je vais suivre quand même la série parce que le sujet me semble vraiment intéressant et que surtout chaque album aura un dessinateur différent. Affaire à suivre donc !

  4. 29 août 2013 at 20 h 39 min

    L’idée de la série me plait et je ne trouve pas le dessin si terrible que ça; un peu plat, ok, classique mais pas catastrophique. Ca ne devrait pas me stopper…

    • 30 août 2013 at 17 h 42 min

      Non, pas catastrophique, n’exagérons pas ! Je la conseille quand même car scénaristiquement, la qualité est là !

  5. 11 septembre 2013 at 16 h 10 min

    Cette série à l’air très intéressante. Je la note.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *