Pinocchia – Gibrat / Leroi

pinocchia-01Galipetto est un vieux menuisier dont la solitude devient bien pesante. Grace à un petit coup de pouce du ciel et d’un miroir magique, va lui venir l’idée de créer une poupée de bois sur laquelle il pourra essayer tous ses fantasmes. Après avoir besogné cette dernière, qu’elle n’est pas sa surprise le lendemain matin, quand il découvre que Pinocchia a pris vie ! Le menuisier et son œuvre vont dès lors être entraînés contre leur gré dans des aventures où l’érotisme a toute sa place !

Vous l’aurez compris, Pinocchia est une relecture coquine du fameux conte de Collodi. Galipetto est un vieil homme qui refuse d’avoir usage de la veuve poignet et sa création Pinocchia est une superbe femme aux formes plantureuses qui ne laisse personne indifférent. De fait, la donzelle qui a un crâne de bois, est d’une bêtise sans fond et ne pense qu’à faire plaisir à son « papa ». Le pauvre menuisier, victime des circonstances et accusé de perversion, va se retrouver en prison pour un temps tandis que notre Pinocchia va se laisser abuser par une bande de mauvais garçons, Renardo et Catho, qui croiseront son chemin. Flairant la bonne affaire, ils utiliseront la belle ingénue pour se faire de l’argent en jouant de sa naïveté. Pinocchia se prête avec plus ou moins de bonne grace à divers jeux sexuels. Au cours de ses différentes aventures et rencontres, elle finira par découvrir que mentir lui vaut une augmentation mammaire qu’on peut habilement réduire en la fouettant…! Pendant ce temps-là, Galipetto cherche toujours sa pinocchia. La retrouvera-t’il ?

 

pinocchia-09

C’est le célèbre Jean-Pierre Gibrat (Le vol du corbeau, Le sursis, Mattéo) qu’on retrouve là où on ne l’attendait pas : dans un album érotique scénarisé par Francis Leroi. Le dessin du maître est d’ailleurs l’un des attraits principaux de cette histoire où l’on retrouve avec bonheur son talent. Il nous offre une charmante Pinocchia qui ne laisse pas de bois et démontre combien l’homme sait mettre en valeur les femmes. S’il n’atteint pas le niveau de ses œuvres suivantes précités, on retrouve malgré tout ce qui en fait leurs qualités : des couleurs qui ont l’art de sublimer le dessin, des personnages expressifs bien distincts, des décors soignés et fouillés. En bonus, ici, tout l’aspect érotique qu’il se plaît à mettre en scène (effeuillage, fellation, lesbianisme, punition, etc…) sans pour autant tomber dans une vulgarité gratuite. La belle est très souvent dénudée et les situations érotiques se multiplient sans dériver dans le scabreux. Pas de gros plans salaces sur les sexes des uns et des autres, on reste dans une certaine forme de suggestion explicite. Seule la poitrine plantureuse et les fesses de notre héroïne sont exploitées, avec un certain art, je dois dire.
La narration de Leroi reste de son côté assez classique. On retrouve une héroïne parfaitement idiote, véritable marionnette dans les bras des hommes et qui a l’art et la manière de se (faire) fourrer dans les arnaques dont elle est la victime. Les féministes pur sucre passeront leur chemin (en même temps, en bd érotique, on ne peut pas citer grand chose qui soit à destination des femmes…). Le scénario est sans surprise donc et même un peu creux, les scènes érotiques pas vraiment émoustillantes.
Pour autant, on lit cette histoire avec beaucoup de plaisir. L’idée parodique de cette pinocchia est plutôt sympathique. On sourit souvent aux situations parfois farfelues et décalées. Je peux citer pour exemple la scène où Pinocchia est obligée de mentir tout haut afin de gonfler ses flotteurs mammaires pour éviter la noyade. L’humour relève finalement le niveau de cette histoire qu’on prendra au premier ou au deuxième degré.

Bref, si le scénario ne se targue pas d’être inoubliable, on retiendra l’excellent dessin de Gibrat et on s’amusera aux péripéties improbables de cette poupée de bois non moins improbable !

 

pinocchia-02

 

pinocchia-03

Quelques vignettes plus explicites :

pinocchia-04

pinocchia-05

pinocchia-06

pinocchia-07

pinocchia-08

-

Titre : Pinocchia
Dessinateur  : Jean-Pierre Gibrat
Scénariste : Francis Leroi
Éditeur : Albin Michel
Parution : Novembre 1995

62 pages
Prix : 15,50€

-

Marilyne vous propose de faire escale auprès de quelques femmes du monde…

-

logo-bd-du-mercredi BD du mercredi chez Mango

8 comments for “Pinocchia – Gibrat / Leroi

  1. Mo
    4 septembre 2013 at 7 h 59 min

    Forcément tiens… il s’il est question de fouet… :P
    Mais je passe tout de même ^^ Pas trop tentée sur le coup, même si c’est Gibrat au dessin

    • 5 septembre 2013 at 14 h 26 min

      Yep, je comprends ! Je m’initie à la BD érotique et c’est pas si simple de trouver des albums qui m’intéressent… Là, pour le coup, je me suis beaucoup amusée !

  2. 4 septembre 2013 at 12 h 39 min

    Un Gibrat que je ne connaissais pas. Bon, une réécriture érotique de Pinocchio, pourquoi pas, si je tombes dessus par hasard (tu parles…).

    • 5 septembre 2013 at 14 h 27 min

      Pas sûr qu’il mette en avant cet aspect-là de son œuvre ! Toi, tomber sur des trucs cochons pas hasard… la bonne blague ! ^^

  3. 4 septembre 2013 at 13 h 40 min

    Malgré Gibrat, malgré l’humour, je crains de rester pur sucre…

    • 5 septembre 2013 at 14 h 28 min

      Voui… Mais je ne lâche pas l’affaire. Je trouverais celle qui te faut ^^

  4. 8 septembre 2013 at 17 h 05 min

    Osée, drôle et parodiant Pinocchio? Je prends! J’espère que tu en dénicheras d’autres de cet acabit!

    • 9 septembre 2013 at 13 h 33 min

      héhé, coquine ! ;)
      J’ai trouvé une autre parodie… mais chut, affaire à suivre ! :mrgreen:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *