Punk rock Jesus – Sean Murphy

punk-rock-jesus 01Nous sommes dans un futur proche, en 2019. La société de production Ophis s’apprête à lancer une nouvelle émission de télé-réalité sulfureuse : elle souhaite mettre en scène un clone de Jésus, obtenu par l’ADN du Saint-Suaire. Alors que ce nouveau programme fait polémique notamment auprès de la NAC (Nouvelle Amérique Chrétienne) qui se mobilise contre ce blasphème, le producteur Slate organise la venue de ce nouveau Christ. Entouré du Dr Sarah Epstein, spécialiste de la génétique, de Tim, un petit génie de l’informatique et de Thomas McKael, un ancien terroriste de l’IRA, chargé de la sécurité, Slate met en place un grand show télévisé et recrute par casting la future mère de Jésus : Gwen, une jeune adolescente vierge. Enfermé sur l’île ultra-sécurisé de J2, tout ce petit monde suivi 24h sur 24 par les cameras, ne va pas forcément évoluer comme il était prévu…

Après Joe, l’aventure intérieure, je découvre à nouveau un comics totalement renversant du fameux Sean Murphy ! L’auteur nous invente ici un récit d’anticipation qui a tout d’une charge virulente contre la religion, ses dérives sectaires et contre la société du spectacle qui met en scène l’individu.
L’auteur invente ici la création d’un show mettant en scène la naissance de Chris, le clone de Jésus, depuis sa naissance. Ce dernier naîtra donc sous le regard de milliards de téléspectateurs et aura une vie qui ne lui appartient plus. En effet Slate, avide des gains que l’émission et sa forte audience devrait lui rapporter, veut tout contrôler. La mère et l’enfant sont enfermés sur l’île dont ils ne peuvent partir. L’éducation de Chris est édulcorée, se veut religieuse et créationniste, tandis que ses camarades de jeu sont des hologrammes. Sa mère Gwen s’enfonce peu à peu dans l’alcoolisme tout en multipliant les tentatives de fuite, en vain. Chris grandit donc sous la férule du Docteur Epstein et de Thomas, chargé de sa protection. Si les premières années, Chris se contente de faire ce qu’on lui dit, un drame à son adolescence va pousser le jeune homme à la rébellion. Chris sera désormais le chantre libertaire d’un engagement anti-religieux qu’il chantera à la face du monde.

Voilà une histoire qu’on ne lâche pas dès l’instant où l’on découvre le piège médiatique dans lequel les personnages sont engagés. L’auteur nous offre d’ailleurs une belle galerie à la psychologie travaillée. Le Docteur Epstein reconnaît les dérives de son job mais accepte les compromissions en échange du financement de ses recherches sur les algues contre le réchauffement climatique. Incapable de faire des choix, elle tente malgré tout d’alléger les charges qui pèsent contre Gwen et Chris. Thomas McKael est né dans une famille irlandaise catholique. Le drame familial qui a coûté la vie à ses parents l’a poussé à s’engager corps et âme dans l’IRA avant de découvrir une vérité qui fait mal. Soucieux de trouver la rédemption auprès de ce clone de Jésus, il choisit de protéger Chris envers et contre tout. Gwen est une jeune femme un peu paumée que la venue de Chris et son enfermement sur l’île dépasse. Rejetée par sa famille, elle pense être une mauvaise mère et cherche à retrouver sa liberté et celle de son fils. Aussi, chaque personnage apporte une vision, une sensibilité différentes quant aux écueils qui se présentent. On s’attache à chacun d’eux, on tremble pour eux. On les voit évoluer avec crainte ou plaisir. Et on s’attend forcément à une fin dramatique.

C’est que le futur imaginé par Sean Murphy est loin d’être reluisant. Comme vous l’avez compris, le système médiatique est amplement critiqué ici et l’auteur dénonce avec force les rouages de cette industrie qui écrase ses prochains pour mieux en retirer profits. La façon dont Chris et sa mère sont manipulés sont révoltantes. Le spectacle quotidien de leur enfermement suivi avec passion par une flopée de téléspectateurs en dit long sur notre soif de voyeurisme mais aussi sur cet envie de croire à quelque chose de spirituellement supérieur.
Car le propos central de l’auteur est surtout de dénoncer la religion et ses dérives fondamentalistes. Chris, élévé dans une foi chrétienne aveugle, finira par se révolter contre cette dernière. Thomas qui a grandit dans un carcan catholique a finit par tuer en son nom. Les extrémistes de la NAC, de leur côté, n’hésitent pas à devenir des terroristes pour justifier leur engagement religieux. La question de la foi est ici posée frontalement et c’est d’autant plus notable que l’auteur nous apprend en postface son propre cheminement quant à ses croyances qu’il a finit par abandonner.

L’énergie, le dynamisme, la rage désespérée qui transpire de cette histoire se retrouve avec brio dans le somptueux dessin de l’auteur. La mise en scène est tout en mouvement. Les angles de vue, le découpage accentuent la force et le poids des images. Les visages des personnages sont tranchants, leurs traits anguleux et leurs regards souvent sombres et torturés. Même les sourires semblent faux et grinçants. Les scènes de combats et de poursuite avec Thomas ont un côté cinématographique. Bref la violence morale et identitaire que l’on sent se retrouve dans cet album extrêmement maîtrisé.

Punk rock Jésus s’est révélé une véritable claque, à la fois graphique et narrative. Mettant la question de la foi au centre du récit, Murphy nous oblige à nous interroger sur nos propres croyances : Croire en soi-même, croire en un Dieu ? Lequel de ces choix est le meilleur ? Pour l’auteur, il est une évidence que l’homme est seul maître de son destin. Pour le meilleur et pour le pire. A vous de trouver votre voie.

-

D’autres avis :
YaneckZaelleYvan -

punk-rock-jesus 02

punk-rock-jesus 04

punk-rock-jesus 05

punk-rock-jesus 03

-

Titre : Punk Rock Jésus
Auteur : Sean Murphy
Éditeur : Urban Comics
Parution : Septembre 2013
232 pages
Prix : 19€

 

logo-bd-du-mercredichez Mango

20 comments for “Punk rock Jesus – Sean Murphy

  1. 30 octobre 2013 at 9 h 53 min

    Les avis sur cet album sont dithyrambiques, ça m’interpelle. Et puis comme j’étais passé à coté de « Joe », ce serait l »occasion de me réconcilier avec Sean Murphy.

    • 8 novembre 2013 at 21 h 40 min

      Tu vois, moi qui suis connu pour mon manque d’enthousiasme envers les comics, je me suis régalée avec ces 2 titres. C’est un signe ^^

  2. 30 octobre 2013 at 11 h 41 min

    L’idée de départ est absolument géniale !! De là à dire que j’adhérerais au dessin, je ne sais pas…

    • 8 novembre 2013 at 21 h 42 min

      Il faut que tu tentes de passer au dessus. C’est un style graphique que je commence tout juste à appréhender et je dois reconnaître que je me laisse tout doucement attrapée !

  3. 30 octobre 2013 at 13 h 05 min

    Excellente conclusion, excellent article, excellent bouquin…. Good Job, agent Choco ;o)

  4. 30 octobre 2013 at 13 h 48 min

    Vu la couverture, je ne me serai absolument pas arrêtée dessus mais là tu viens de me faire changer d’avis !

    • 8 novembre 2013 at 21 h 44 min

      Pourtant, je la trouve particulièrement percutante cette couverture ! C’est ptet mes souvenirs de punk lycéenne qui remontent ^^

  5. 30 octobre 2013 at 14 h 36 min

    déjà noté, me réjouis de le découvrir.

  6. Mo
    30 octobre 2013 at 14 h 37 min

    A mon tour de le lire maintenant. J’ai hâte ! ;)

    • 8 novembre 2013 at 21 h 44 min

      Alors, t’en est où ?!

  7. 31 octobre 2013 at 6 h 10 min

    Quel cauchemar, le point de départ! Un futur pas si lointain que ça peut-être! J’ai noté cet album en tout cas!

    • 8 novembre 2013 at 21 h 45 min

      Oui, c’est assez effrayant, tant ça n’est pas si loin de ce que l’on voit parfois…

  8. 31 octobre 2013 at 7 h 32 min

    Le dessin ne me tente pas mais l’histoire oui… Cruel dilemme !

    • 8 novembre 2013 at 21 h 46 min

      Il faut tenter alors ! :p

  9. 4 novembre 2013 at 19 h 23 min

    J’étais passé à coté de « Joe, l’aventure intérieure » comme Jérôme, mais cet album-ci est un gros coup de coeur !!!

    • 8 novembre 2013 at 22 h 05 min

      ça m’étonne de toi, tu es au taquet question comics ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *