Nuits de noces – KIM Dong-Hwa

L.10EBBN001169.N001_NUITdNoce_C_FRBunnae vient tout juste de se marier. Elle passe sa première nuit en compagnie de son mari qui, un peu emprunté, n’ose pas lui ôter son joli habit traditionnel. Alors que les voisins épient les jeunes mariés et se moquent de leur inexpérience, le jeune homme se perd en métaphores fleuries pour lui signifier son attirance. Bientôt la pluie aura raison des curieux et notre couple, aidé d’un peu d’alcool, se laissera aller à des étreintes plus intimes.

C’est le dessinateur coréen KIM dong-ha qui nous offre cet album, conçu tout spécialement pour Casterman. On y retrouve un thème qui lui est cher : celui des femmes, de leur intimité et de leurs amours.
C’est Bunnae elle-même qui nous raconte son histoire. Tout d’abord, celle de sa première nuit de noce. Les mariés, un peu gauches et timides, doivent passer par le rite de la nuit de noces. Un passage un peu effrayant pour qui ne connaît pas les secrets de l’amour charnel. Pourtant, quelque peu enivrés, le couple finira par passer à l’acte.
Les saisons se suivent et hélas, l’époux finira par décéder. Bunnae vit désormais seule.
C’est à l’âge de la vieillesse que nous retrouvons celle-ci. L’entretien d’une maison lorsque l’on est une veuve est quelque chose de difficile. Un charpentier fort aimable se propose un jour de lui prêter main forte. Entreprenant, notre homme lui fait bientôt une cour qui, contre attente, se terminera par une seconde nuit de noces…

nuits de noces 04

Cet album délicat tient en peu de mots : deux histoires d’amour et l’intimité amoureuse qui les accompagnent. Il y a le premier amour de la jeunesse. Frais, passionné, il se place sous le signe de la découverte et de la fougue. Puis c’est l’union tardive de deux veufs qui redécouvrent la tendresse et les caresses. L’auteur les dévoile avec pudeur et décrit avec poésie ces moments de sexualité, pourtant très concrets. Utilisant de très belles métaphores, il réussit à témoigner de toute la sensualité de ce moment, de la sensibilité de ses acteurs. On reste très ému devant leur naïveté puis plus tard devant la réappropriation progressive d’un acte longtemps oublié. Les choses se font plus douces, plus lentement mais le couple ne se refuse pas une certaine sensualité.

« O mon adoré…
Tu es la montagne que je mettrai une vie entière à escalader…
sans être certaine d’en atteindre le sommet… »

Très contemplatif, l’album se fait souvent silencieux. Le passage du temps se fait jour à travers celui des saisons. La nature semble importante et les références aux fleurs se font nombreuses, prétextes à un parallèle à la femme aimée et à sa « fleur de bignone ».

« La bignone symbolise la quintessence de la féminité tant par sa couleur  que par sa délicatesse. Le jour, elle évoque une femme vertueuse soigneusement peignée…ce qui n’empêche pas de dégager une sensualité torride au clair de lune. On raconte que la fleur de bignone n’est jamais aussi belle que lorsqu’elle se fane. Comme une grande dame, elle tombe élégamment de sa tige sans un faux pli. »

On connaissait le trait élégant de l’auteur dans Histoire, couleur terre. L’auteur pare ici son dessin de couleurs vives et on peut presque le regretter. Franches, sans grandes nuances, elles semblent aplatir la finesse du dessin minimaliste. On finit pourtant par s’y habituer et apprécier les paysages fleuris, les tenues traditionnelles des personnages.

Délicat et touchant, le récit de ces Nuits de noces se savoure en toute simplicité. Nous plongeant au cœur de la vie amoureuse d’une femme dans ses moments les plus symboliques, l’auteur nous rappelle que le charme et la sensualité ne sont pas l’apanage des jeunes couples et souligne avec subtilité les charmes de la vie traditionnelle d’autrefois.

-

D’autres avis :
Zaelle -

L.10EBBN001169.N001_NUITdNoce_Ip001p080_FR

-

Titre : Nuits de noces
Auteur : KIM Dong-Hwa
Éditeur : Casterman
Parution : Avril 2013
80 pages
Prix : 15€

logo-bd-du-mercredichez Mango

logo semaine coréenne 2013

10 comments for “Nuits de noces – KIM Dong-Hwa

  1. Mo
    6 novembre 2013 at 10 h 13 min

    C’est particulier la présence de couleurs. Je me représente mal les choses je crois.
    Elle ressemble comme deux gouttes d’eau à l’héroïne de « Histoire couleur terre »

    • 8 novembre 2013 at 22 h 07 min

      Je n’avais pas fait le lien avec l’autre héroïne, je dois dire.
      Au début, les couleurs m’ont un peu agressée. Et puis, tu finis par apprécier la vivacité de l’ensemble.
      Malgré tout, Histoire couleur terre est tout de même un cran au dessus, y’a pas photo !

  2. 6 novembre 2013 at 11 h 33 min

    C’est le même auteur que la bicyclette rouge non ? J’adore son trait minimaliste, tu me donnes très envie de partir à la découverte de ces nuits de noces.

    • 8 novembre 2013 at 22 h 07 min

      Oui, en effet ! J’avais été moins sensible à ces histoires là mais oui, cet album pourrait te plaire !

  3. 6 novembre 2013 at 11 h 52 min

    Une fois n’est pas coutume, je suis conquise par l’histoire et le dessin de ce manga…!

    • 8 novembre 2013 at 22 h 08 min

      Celui-ci est très facile d’accès. Pour une fois, tu ne devrais pas avoir de difficultés à t’immerger dedans ! :)

  4. 6 novembre 2013 at 14 h 37 min

    Les dessins sont superbes et délicats et le thème n’est pas si souvent abordé de cette manière-là.

    • 8 novembre 2013 at 22 h 09 min

      Oui, j’ai bien aimé le parallèle entre ces deux nuits de noces, appréhendées de manière totalement différente avec l’âge. C’est très touchant et effectivement c’est un sujet peu abordé que la sexualité des anciens !

  5. 10 novembre 2013 at 14 h 31 min

    De cet auteur ,’ai adoré la bicyclette rouge ! je ne peux que te le conseiller pour ce dessin et une histoire tendre , la campagne coréenne

    • 11 novembre 2013 at 16 h 27 min

      J’ai lu il y a longtemps la Bicyclette rouge :) Mais, comme je le dis dans un autre commentaire, je lui préfère largement son Histoire couleur terre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *