Mamada, tome 1 – David Ratte

mamada t1 01Mamada est la chef d’une tribu himba de Namibie. Si personne ne l’a détrôné, c’est qu’elle a mauvais caractère et que tout le monde évite de se frotter à sa mauvaise humeur légendaire. Mamada est en colère contre tout le monde : son mari ivrogne, sa fille branchée sur ipod qui se trimballe les chevilles nues (quel indécence !), les crétins de touristes blancs qui cherchent du folklorique et les vieilles du village qui se moquent d’elle. D’ailleurs, ce jour-là, Mamada est venue réclamer séance tenante un gri-gri pour devenir meilleure chasseuse au sorcier de la tribu. Munie de sa boite de coca montée en collier, la voilà arpentant la plaine à la recherche de gibier. Mais voilà qu’une étrange capsule volante vient de s’écraser à ses pieds. Alors qu’elle se remet du choc, un gaz est libéré pour mieux s’insinuer en elle et dans un petit oiseau à proximité. Elle ignore encore que ce gaz vient de lui offrir un drôle de pouvoir. Imperturbable, Mamada s’en retourne à son village, chassera une fois de plus des touristes inopportuns et s’apprête à passer un savon à ce pauvre sorcier incapable quand la voilà téléportée dans le métro parisien…

L’auteur du Voyage des pères nous emmène ici dans un voyage haut en couleurs ! Mamada est le personnage improbable qui donne le ton de cette histoire. Revêche, râleuse, la figure plutôt mauvaise, Mamada semble peu appréciée des villageois qui n’hésitent pas à se moquer de cette tigresse derrière son dos. C’est qu’elle n’est pas aimable notre chef de tribu et les touristes en sont les premiers à faire les frais. Vivant à la traditionnelle, vêtue d’un pagne et le corps enduit de terre rouge, elle n’est pas prête à faire des compromis pour quelques sous. De fait, notre mégère va hériter d’un pouvoir qui va la dépasser quelque peu. Tandis que notre petit oiseau va devenir un tueur de lion (!), Mamada fait disparaître des foules et se téléporte à Paris. Un vrai choc des cultures au point qu’elle pense être au royaume des morts !

David Ratte nous amuse beaucoup avec cette histoire qui joue sur les contrastes et sur une succession de scènes moqueuses qui n’épargnent personne. L’attitude de notre héroïne est plus que savoureuse. Ne se laissant jamais démonter et usant d’un verbe riche et moderne, elle se déjoue des pièges de notre monde contemporain avec panache (et accessoirement avec son étrange pouvoir) pour mieux nous épater. Alors qu’elle va évoluer à Paris en compagnie d’une jeune adolescente suicidaire qu’elle va sauver, un troupeau de parisiens se rendant au travail se retrouve au beau milieu de la Namibie. Le scénario ouvre ainsi de nombreuses portes et nul doute que l’auteur saura jouer sur les deux tableaux. Une manière bien humoristique (qui rappellera certains films) de dresser un portrait sarcastique de notre quotidien à travers l’œil neuf d’une culture différente. Les ressorts comiques devraient donner toute leur mesure dans la suite de cette histoire qui ne se contente pas d’aligner des gags humoristiques.
L’auteur n’hésite pas ici à égratigner le tourisme intensif qui menace à terme la culture himba en la cantonnant à une parade folklorique qui perd de son sens, et se permet d’épingler les pauvres parisiens devenus de véritables zombies à force de se noyer dans le travail ou encore les racailles de quartier dans leur bolide tuné.
Son trait arrondi s’accommode bien de cet univers. Mais surtout, on notera un haut niveau d’expressivité, tant au niveau des animaux que des humains. Entre la trogne renfrognée de Mamada, les visages ahuris des parisiens et les visages des animaux, on se réjouit de découvrir les effets comiques sur chacun des personnages. Un réel dynamisme donc qui appuie un scénario très en verve.

L’idée ne semble pas nouvelle mais David Ratte réussit avec brio à nous offrir un récit totalement surprenant auquel la figure de poigne de Mamada donne toute sa force.  Fantastique, absurde, humour décalé sont au rendez-vous  et nous offre à chaque page son lot de sourire.
Voilà une nouvelle série à offrir ou à s’offrir sans aucune restriction !

 

L’auteur nous parle de la genèse de Mamada :

« Cette nouvelle série est le fruit de plusieurs envies. Je souhaitais raconter une histoire avec une super-héroïne atypique, qui sorte un peu des clichés manichéens de ce genre-là. Je désirais aussi confronter deux types de civilisations, de mentalités totalement différentes et de pointer du doigt les aberrations du monde occidental. Enfin, j’avais envie de dessiner l’Afrique profonde et ses habitants. J’ai été inspiré par Pieds nus sur la Terre Rouge, le livre de Solène Bardet où elle raconte son séjour parmi les Himbas. Je reconnais volontiers que j’ai pris quelques libertés par rapport à la vie réelle de ces tribus, mais leurs modes de pensée m’ont séduit. J’ai eu envie de les retranscrire dans Mamada. »

 

mamada t1 02

mamada t1 04

mamada t1 03

Titre : Mamada, tome 1 : époustouflante migrante
Scénariste /Dessinateur : David Ratte
Éditeur : Paquet
Parution : Septembre 2013
48 pages
Prix : 13,50€

4 comments for “Mamada, tome 1 – David Ratte

  1. 16 novembre 2013 at 11 h 09 min

    Ca a l’air rigolo ! Dans la lignée de ce qu’a fait David Ratte !

    • 25 novembre 2013 at 12 h 54 min

      Bizarrement, je n’ai pas lu ses albums précédents mais cette Mamada m’a vraiment conquise !

  2. 16 novembre 2013 at 14 h 16 min

    J’ai hâte de la lire ! J’avais adoré ses précédentes BD et celle-ci m’a l’air tout aussi bien.

    • 25 novembre 2013 at 12 h 55 min

      Je ne saurais comparer avec ses précédents albums mais oui, Mamada est trop chouette ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *