Goligo, tome 1 – Gobi

goligo t1 01Lila est arrivée tout bébé sur l’île de Louma. Son père l’y a emmené pour d’obscures raisons, refusant d’indiquer à sa propre mère l’endroit où ils se trouvent. Après un premier repas à l’auberge du village, le père et sa fille sortent se promener. Les premiers pas du bébé que son père souhaite immortaliser en photo se termineront en drame : ce dernier tombe de la falaise et si son corps n’est pas retrouvé, nul doute qu’il n’ait pu survivre à une telle chute. Adoptée par la famille des aubergistes, la petite a grandit et nous la retrouvons une dizaine d’années plus tard. Bercée par les histoires locales faites de mythes et de légendes, elle se comporte comme une vraie gamine du crû. Tant et si bien, qu’elle devient la cible des moqueries des filles de son âge, bien plus préoccupées par leurs propres personnes que par des histoires éculées auxquelles plus personne ne croît. Pourtant Lila n’en démords pas, la Grande Ogresse existe bien. Si sa grand-mère Baba, partie prenante de son culte, ne la dément pas, elle souhaiterait tout de même que sa petite fille adoptive garde le sens des réalités. Mais ce n’est pas le mauvais caractère de la jeune fille qui va aider à apaiser leur relation, ni les vaines et douloureuses attentes de Lila de découvrir un jour ses véritables origines.

Cette nouvelle série jeunesse publiée dans la collection Tchô s’avère une aventure très rafraichissante.Le jeune lecteur fera connaissance avec une jeune fille d’une dizaine d’années qui ne s’en laisse pas compter ! Avec son caractère affirmé, Lila ne se laisse pas atteindre par les moqueries de ses camarades de collège et va jusqu’au bout de ses convictions. Elle préfère trainer avec le vilain petit canard du village, son seul vrai ami, plutôt que de devoir supporter les méchancetés de Victoire et de ses copines. Plutôt dynamique et joyeuse, Lila se laisse pourtant aller à quelques accès de tristesse quand le souvenir de son père vient la hanter.

Gobi nous invite ici à un univers plus qu’original nimbé de légendes qui, d’une certaine façon, rappelle la culture japonaise traditionnelle, très attachée à un socle de traditions folkloriques.
De prime abord, on y suit le quotidien d’une jeune adolescente et les relations plus ou moins conflictuelles qu’elle entretient avec ses proches, les questionnements que cette dernière se pose quant à son histoire personnelle.
Pourtant en parallèle, se construit une intrigue autour de l’île et de ses légendes. Lila connait toutes les histoires liées à l’île que sa grand-mère Baba lui a racontée : Louma la Grande ogresse qu’on célèbre tous les ans par un culte dansant ; la découverte de l’île par le peuple Karak, les premiers insulaires qui baptisèrent l’archipel Kapouaris en hommage au Kapouari, un animal qui tient du singe. Tout un pan qui va prendre de l’ampleur dans la suite de l’histoire, compte tenu de l’énorme révélation sur laquelle se ferme ce premier tome.

Loin d’être une énième histoire girly pour fille, Goligo surprend par son mélange des genres. A la fois dynamique, mélancolique et fantastique, la narration semble poser les bases d’une sorte de conte où poésie, courage et humour semblent être les maîtres-mots. Si le début semble un peu tâtonnant de par sa capacité à partir dans tous les sens et à ouvrir de nombreuses pistes, l’album finit par convaincre autant par son ambiance que par ses personnages.
On retrouve tout cela dans le dessin de Gobi : un monde coloré, punchy, pétillant qui surprend par sa palette aux tons pastels et ses traits ronds. On y retrouve une influence manga notable qui rappelle sans aucun doute les animés japonais. Seul petit reproche : si on prend plaisir à découvrir cet univers si singulier et riche de détails, on se perd parfois devant leur profusion qui casse un peu la fluidité de la lecture.

Goligo reste une série à surveiller de prêt. On attend la suite de cette histoire plus qu’entraînante avant d’être totalement convaincue. En attendant, je la conseille sans restriction aux jeunes lecteurs qui pourront y trouver un peu d’originalité comparé aux autres séries classiques.

-

Lien :
- Blog de l’auteur

D’autres avis :
David Fournol -

-

goligo t1 02

goligo t1 04

goligo t1 03

-

Titre : Goligo, tome 1 : la grande chute
Scénariste /Dessinateur : Gobi
Éditeur : Glénat, Tchô
Parution : Octobre 2013
112 pages
Prix : 14,95€

logo-bd-du-mercredi

Chez Mango

3 comments for “Goligo, tome 1 – Gobi

  1. 8 janvier 2014 at 13 h 59 min

    Si c’est un peu différent des séries jeunesse « classiques », j’en connais une qui pourrait être intéressée.

    • 10 janvier 2014 at 0 h 19 min

      C’est pas la bd du siècle, hein, mais c’est sympa et ça change de d’habitude ! Tiens-moi au courant s’il passe dans votre maisonnée !

  2. 10 janvier 2014 at 4 h 48 min

    La couverture est tonique et l’histoire a tout pour plaire; Bon début de série – à suivre donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *