Première neige sur le mont Fuji – Yasunari Kawabata

Derrière ce titre à la saveur toute poétique, se cache un recueil de nouvelles inédites, écrites entre 1952 et 1960 par le grand écrivain japonais, Yasunari Kawabata.

On traverse ces textes en voguant sur un souffle mélancolique où l’épure et la subtilité se combinent pour offrir des tableaux éphémères à la fois transparents et opaques d’où sourd une certaine forme d’étrangeté et parfois de fantastique.

Première neige sur le mont Fuji, qui donne son titre au recueil, nous livre les retrouvailles impromptues de deux anciens amants.
«Sept ou huit ans auparavant, Utako et Jirô s’étaient aimés, puis elle avait épousé un autre homme, dont elle venait récemment de divorcer. Aujourd’hui, elle partait avec Jirô pour un voyage à Hakone. Un voyage lourd d’arrière-pensées.»
Mais le temps a passé. L’invitation de Jirô est pur. Il faut savoir laisser certaines choses derrière soi pour mieux avancer.

A son tour, le personnage de Terre natale qui revient dans son village d’enfance mélange présent et passé, rêve et réalité, incapable d’accepter la perte d’une époque et de ses souvenirs.

Dans En silence, c’est un écrivain à moitié paralysé qui se refuse désormais à écrire et même à parler. La communication est coupé avec ses proches tandis que sa fille s’occupe du vieil homme. Sont-ils si différents de ces fantômes qui semblent hanter les taxis avoisinants et devant lesquels, il faut garder le silence ?

Des Gouttes de pluies, Une rangée d’arbres : la nature s’invite dans les pages. Les saisons passent, des ginkgos se dépouillent de leurs feuilles devant une famille étonnée.
« - (…)Quand même, je suis surprise de n’avoir rien remarqué alors que je suis censée les voir tous les jours.
- C’est qu’on se contente de les voir, sans vraiment les regarder ».
Ailleurs, les gouttes de pluie sont prétextes à dispute dans une pension où couples, jalousie et infidélité font bon (mauvais) ménage.

L’ouvrage se referme sur un homme amoureux, la jeune fille et son odeur. Leurs entrevues secrètes et furtives se font au cœur du temple de la famille où est enterré la mère suicidée de cette dernière. La vie, l’amour et la mort se mélangent alors dans les effluves parfumées du corps d’une jeune femme.

premiere neige 02© Yukio Ohyama

Beaux paysages émotionnels qui naissent à partir de trois fois rien, silences coupables, mortifères ou apaisés, mélancolie doucereuse du temps qui passe : les nouvelles de Kawabata, en apparence simple, demandent apprivoisement. Leur contenu est simple, l’histoire tient en quelques lignes tout en laissant le lecteur percevoir des thèmes plus profonds : l’importance du temps qui passe, l’amour et la mort immanquablement liés, le silence et les incompréhensions, l’écriture, la solitude.
L’épure stylistique, néanmoins très travaillé, est de mise mais de subtils détails semblent indiquer que l’intérêt est ailleurs, où tout du moins que ces détails sont parfois plus importants que la narration elle-même : le Mont Fuji qui domine, une odeur au souvenir durable, la vision d’un corps blanchi ou l’émotion fugitive due à une fleur.

Tout l’art de l’auteur est là, condensé dans ces quelques nouvelles où son univers singulier et délicat s’épanouit au creux d’une atmosphère évanescente où l’émotion prime. Une émotion essentielle, fil conducteur de son œuvre comme ce dernier le décrivait ailleurs :

«Autrement dit, l’émotion de la beauté suscite avec force le sentiment de l’amour pour autrui. Ici, les « amis » peuvent renvoyer à « l’humanité » tout entière. D’ailleurs, au Japon, il est de tradition que les mots se rapportant à la beauté changeante des saisons, « neige, lune, fleurs », expriment le beau dans son ensemble, avec les monts et les rivières, les arbres et les plantes, l’univers tout entier, la nature tout entière, incluant jusqu’aux sentiments humains.»

 

D’autres avis :
Leiloona -

-

Titre : Première neige sur le mont Fuji
Auteur : Yasunari Kawabata
Éditeur : Albin Michel
Parution : Septembre 2014
156 pages
Prix : 16€

8 comments for “Première neige sur le mont Fuji – Yasunari Kawabata

  1. 27 décembre 2014 at 21 h 06 min

    Je retrouve les différentes émotions ressenties lors de la lecture du recueil grâce à ton billet. :)

    • 1 janvier 2015 at 18 h 48 min

      Ton billet était très beau, j’ai bien senti ton émotion en te lisant :)

  2. 29 décembre 2014 at 10 h 38 min

    Je ne connaissais pas du tout mais après lecture de ton billet, ça me fait très envie. Merci pou la découverte !

  3. 29 décembre 2014 at 15 h 09 min

    J’aime beaucoup beaucoup cet auteur. Sa douceur, sa délicatesse, sa poésie…
    Je ne suis habituellement pas fan du format nouvelles, mais pour Kawabata je pourrais faire une exception.

    • 1 janvier 2015 at 18 h 51 min

      Tout pareil pour les mêmes raisons que toi ! Pas fan non plus des nouvelles mais ici, il y a une tel poésie qui ressort de ces textes !

  4. 30 décembre 2014 at 12 h 55 min

    J’ai noté Pays de neige de cet auteur. J’ajoute ce titre-ci ! ;-)

    • 1 janvier 2015 at 18 h 51 min

      Pays de neige est dans ma PAL depuis de … nombreuses années… mais son heure viendra un jour !!

  5. 2 janvier 2015 at 16 h 10 min

    L’année commence bien avec ce recueil tentateur ! Merci et bonne année à toi, Choco ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *