Petites coupures à Shioguni – Florent Chavouet

petites coupures 01Une ville japonaise à la nuit tombée. Un restaurant qui n’a pas de clients. Des prêteurs qui viennent réclamer leur dû. Et une jeune fille qui fuit les lieux et raconte l’incident au taxi qui la conduit. Tout est en place pour un bon polar, sauce japonaise ! Sauf que l’auteur a l’art et la manière de tromper son lecteur et que les faits ne sont pas forcément ce qu’ils laissent paraître… !

On connaît Florent Chavouet et son amour du Japon, précédemment découvert dans Tokyo Sanpo et Manabe shima, carnets de voyage qui nous emmenait au cœur de la capitale japonaise et d’une petite île de l’archipel. Désormais, c’est une fiction qu’il nous offre tout en restant dans son univers favori : le Japon !

L’histoire se situe à Shioguni, ville imaginaire, où une flopée de personnages se mélangent dans un sacré sac d’embrouilles : le cuistot d’un petit restaurant, trois yakuzas en costumes, une jeune pickpocket, un duo de flics un peu patauds et un tigre qui se balade en liberté. Les faits se mettent en place tout doucement et il faut quelques pages pour saisir ce qui peu à peu se construit sous nos yeux. C’est que, de fait, la construction est plutôt complexe, mélangeant les points de vue, la chronologie et offrant différentes versions d’un même fait. Le lecteur comprendra alors que certains personnages ne disent pas l’entière vérité et travestissent quelque peu leur rôle ou leur implication. Un sacré puzzle qui se trouve en plus ponctué de nombreux témoignages, de notes d’enquêtes des agents de police ou d’articles de presse. Au final, que s’est-il réellement passé ? Qui ment ? Qui n’est pas ce qu’il prétend ? Il vous faudra le lire jusque la fin pour découvrir le pot aux roses !

On retrouve donc ici avec grand plaisir le style graphique bien particulier de Chavouet. Les planches se présentent toujours sous une profusion de détails avec des découpages et des angles de vue innovants. Notez les murs ornés de graffitis, d’affiches, les enseignes aux néons, les objets qui traînent sur les comptoirs ou les tables. Le travail sur la couleur m’a paru encore plus travaillé que dans ses 2 précédents albums. Plus riches, plus fortes, les couleurs accentuent l’atmosphère et densifient le mystère. C’est un Japon urbain et authentique qui est donné à voir ici et l’auteur peut s’appuyer à juste sur ses nombreux séjours japonais pour nous livrer un portrait réaliste.

Entre polar, film de yakuza, comédie burlesque aux nombreux quiproquos, Petites coupures à Shioguni se révèle une histoire étonnante qui mélange les genres et s’appuie sur une construction très réfléchie mais impeccable. L’inventivité de la narration et de l’illustration fait tout le sel de cet album dont l’histoire reste au final assez simple. La fin m’a d’ailleurs semblé un peu en deçà, moins forte, laissant un voile de mystère légèrement frustrant sur le devenir de la jeune héroïne.

Une réussite dans tous les cas, prouvé notamment par sa nomination dans la sélection officielle au festival d’Angoulême.

 

D’autres avis :
JérômeDavid Fournol -

-

petites coupures 02

petites coupures 03

petites coupures 04

petites coupures 05

petites coupures 06

petites coupures 07

-

Titre : Petites coupures à Shioguni
Scénariste / Dessinateur : Florent Chavouet
Éditeur : Picquier
Parution : Novembre 2014
160 pages
Prix : 21,50€

13 comments for “Petites coupures à Shioguni – Florent Chavouet

  1. 5 janvier 2015 at 13 h 25 min

    J’ai adoré. C’est d’une telle inventivité, tant au niveau graphique qu’en terme de narration ! Vraiment impressionnant.

    • 24 janvier 2015 at 14 h 14 min

      Oui, l’auteur est sorti de sa zone de confort des carnets de voyage et c’est tant mieux !

  2. keisha
    5 janvier 2015 at 15 h 39 min

    Graphisme un peu space, oui, mais j’ai noté l’auteur (y’en a qu’un à la bibli, snif)

    • 24 janvier 2015 at 14 h 14 min

      Ses précédents albums ont un graphisme plus léger mais tout aussi innovant. Tu devrais commencer par ceux-là si tu veux découvrir l’auteur !

  3. 6 janvier 2015 at 7 h 44 min

    Je pourrais passer des heures à feuilleter les livres de Chavouet tant j’aime son travail.

    • 24 janvier 2015 at 14 h 16 min

      Il y a tellement de détails dans ses dessins !

  4. 6 janvier 2015 at 18 h 20 min

    Il me fait super envie celui-là !

    • 24 janvier 2015 at 14 h 15 min

      Dommage que le père noël soit déjà passé ! :)

  5. 8 janvier 2015 at 13 h 31 min

    Il me tente beaucoup…

    • 24 janvier 2015 at 14 h 18 min

      Un craquage ! Un craquage ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *