Solovki, la bibliothèque perdue – Olivier Rolin / Jean-Luc Bertini

solovki 01

-

Peu connaissent les îles Solovki. Situé à 500 kilomètres au nord-est de Saint-Pétersbourg, au milieu de la mer Blanche, l’archipel Solovki abrite dès 1923 le SLON, camp de rééducation par le travail devenu dans les années 1930 le plus terrible goulag de l’ère soviétique. Le monastère fondé par des ermites au XVe siècle est dès lors transformé en un camp de détention qui accueillera des intellectuels, des artistes et des aristocrates cultivés. Bien que les détenus soient maltraités, une certaine liberté était de mise. Et c’est ainsi que, grâce aux envois permis de colis familiaux et aux ou confiscations par les autorités de livres interdits s’est constitué une bibliothèque, riche de 30 000 livres, constituée de livres rares et d’éditions originales de grands auteurs, parfois même en langues étrangères.

L’écrivain Olivier Rolin, grand amoureux de la Russie, a voulu enquêter et raconter cette histoire fascinante.
«C’est un cas unique, qui ne s’est jamais reproduit dans les autres camps. D’une part, parce que c’était le premier et qu’ils n’avaient pas encore mis au point leurs procédures. L’idéal révolutionnaire subsistait ; ils n’étaient pas tous devenus flics. D’autre part, sans doute, en raison de la personnalité des premiers prisonniers, des intellectuels, des artistes ou des scientifiques ayant un rapport aux livres.»

Car aujourd’hui, il ne reste rien de cette bibliothèque. Le SLON ferme en 1939, la bibliothèque disparaît. Mais que sont devenus ces fameux livres ? Ont-ils été détruits ? Envoyés ailleurs ?
En compagnie du traducteur russe Valery Kislov, de la réalisatrice Élisabeth Kapnist et du photographe Jean-Luc Bertini, Olivier Rolin est parti enquêter. Débutant au mémorial de Saint-Pétersbourg, où sont conservées les revues publiées au camp, ils rejoignent par la suite les îles Solovki et sondent les archives du monastère en pure perte. Ils poursuivent leur route vers d’autres camps de transit où furent déportés les prisonniers des Solovki : Kem, Medvejegorsk et enfin Iertsevo. Centre d’un grand complexe de camps connu sous le nom de Kargopol, la ville cache dans la salle de mémoire d’une petite bibliothèque locale, des dizaines de livres rescapés marqués du signe triangulaire des Solovki. Le but est atteint, l’émotion affleure et le travail de mémoire suit son cours.

« C’était extrêmement émouvant de retrouver ces livres qui ont représenté la seule liberté des détenus. Imaginer que quelqu’un a lu les Souvenirs d’égotisme de Stendhal dans les conditions du camp est bouleversant ».

De ce voyage sortira un très beau film documentaire, diffusé sur Arte (et encore visionnable ici) qui retrace les recherches d’Olivier Rolin. L’écrivain nous a d’ailleurs offert un roman qui s’inspire de ce voyage : Le météorologue où il enquête sur le parcours tragique d’un scientifique déporté à Solovki.

Jean-Luc Bertini, de son côté, nous donne à voir son travail photographique dans un bel album dont Olivier Rolin signe les textes. Il nous montre la Carélie d’aujourd’hui qui, bien qu’ancré dans les vestiges du passé, poursuit sa route envers et contre tout : les habitants de Solovki qui vivent dans les anciens baraquements du camp, les conditions difficiles climatiques, une certaine humanité qui persiste dans le regard des hommes. Il y a les petites vieilles qui trottinent sur la glace, les enfants qui jouent dans la neige, les travailleurs qui attendent le train, les ménagères qui font leurs courses à l’unique épicerie.
Un territoire glacé et isolé de tout qui se construit sur les cendres du passé, entre mémoire des survivants et vie contemporaine dénuée d’une modernité galopante.

-

D’autres avis :
BauchetteCécile -

-

bertini 01 bertini 02 bertini 03 bertini 04 bertini 05 bertini 06 bertini 07 bertini 08 bertini 09 bertini 10 bertini 11 bertini 12 bertini 13 bertini 14 bertini 15 bertini 16 bertini 17

-

http://www.jeanlucbertini.com/

-

Titre : Solovki, la bibliothèque disparue
Photographies : Jean-Luc Bertini
Textes : Olivier Rolin
Éditeur : Le Bec en l’Air
Parution : Novembre 2014
Prix : 24€

9 comments for “Solovki, la bibliothèque perdue – Olivier Rolin / Jean-Luc Bertini

  1. 29 avril 2015 at 8 h 46 min

    Très beau livre et quelle histoire !
    Les livres sont bien une fenêtre sur la liberté.
    Les photos sont sublimes.

  2. 29 avril 2015 at 14 h 38 min

    Comme tu t’en doutes, celui-ci ( comme le précédent récit de voyage que tu viens de présenter, Cédric Gras ) est dans les listes !

    • 9 mai 2015 at 14 h 09 min

      Comme tu t’en doutes, j’ai fortement pensé à toi en les lisant :) Et je regrette d’autant plus mon silence de ces derniers temps. La reprise des gazettes s’impose !! ;)

  3. 29 avril 2015 at 17 h 25 min

    Quelle belle histoire ! Je file voir le documentaire !

    • 9 mai 2015 at 14 h 10 min

      Alors, il a achevé de te convaincre ? :)

  4. 1 mai 2015 at 13 h 25 min

    Les photos font rêver ! Je vais voir si ma bibli le possède… Je suis devenue fan d’Olivier Rolin en un seul livre (Bakou derniers jours)

    • 9 mai 2015 at 14 h 12 min

      Pas lu celui-là ! Je crois l’avoir découvert avec Port-soudan puis un chasseur de lions. Un auteur dont mon père est un grand fan et dont j’ai découvert l’œuvre voyageuse avant même de le lire !

  5. 26 juin 2015 at 7 h 04 min

    Quel beau billet ! Jamais lu Olivier Rollin , et de plus en plus intriguée ; je commencerai peut-être par l’ Invention du monde cet été…

    • 2 juillet 2015 at 12 h 07 min

      Merci Mior ! J’aime beaucoup le regard de cet homme voyageur, à la fois très documenté et très modeste. Il me dépayse et m’apaise en même temps. Bref, je ne peux que t’inciter à le découvrir ! Je n’ai pas lu l’invention du monde, un titre qui reste à découvrir aussi pour moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *